ABHOMINE
Proselyte Parasite Plague
Death/Black Metal
Hells Headbangers/Osmose Prod.
★★★☆☆

Alors qu’Angelcorpse ne fit qu’un come-back éphémère sur la scène mondiale en 2015 pour finalement re-splitter en 2017, voici que son bassiste/chanteur Pete Helmkamp resurgit des entrailles de la Floride sur la scène Blackened Death Metal la plus virulente et brutale qui soit avec son second effort solo d’Abhomine. Accompagné de Cazz Cameron Sproul Grant III alias « The Black Lourde of Crucifixion » (rien que ça ! Pas évident à décliner lors d’un contrôle d’identité à Miami) à la batterie/chant, Abhomine fait simple mais efficace sur Proselyte Parasite Plague, peut-être un peu trop simple même… Riffs primitifs au niveau des guitares sous-accordées, growls infernaux dégoulinants des deux Yankees au micro (« Infidel And Unclean »), basse vrombissante du frontman d’Angelcorpse, sonorités old school privilégiant les graves et médium… Pas de chichi donc ici ni aucun superflu de la part de notre duo américain, vous l’aurez compris, que ce soit dans la technique instrumentale relativement basique, ou bien la production sonore maison plutôt spartiate. Si le premier disque Larvae Offal Swine paru il y a quatre ans sur le label français Osmose Productions (label historique d’Angelcorpse) n’avait déjà guère révolutionné le genre musical, il en va de même sur Proselyte Parasite Plague. C’est brutal, old school et underground. D’une durée moyenne de trois à quatre minutes, les six nouveaux morceaux qui composent ce second méfait sont d’une bestialité à toute épreuve mais manquent (volontairement) cruellement de contraste et de diversité, rendant l’ensemble, pourtant direct et rentre-dedans, très linéaire (« Progeny Devoid »). On ne fait quasiment alors même pas de différence d’un titre à l’autre du coup, Abhomine ne soignant que peu ses intros et se moquant bien des préliminaires. Bien sûr, c’est le style qui veut ça mais nous sommes en 2020 ! Déjà que le dernier album en date d’Angelcorpse, Of Lucifer and Lightning, n’avait pas vraiment convaincu en 2007, Pete Helmkamp a du mal à présent à se renouveler également sur Proselyte Parasite Plague souffrant d’un manque évident d’inspiration et de recul artistique, cette second tentative de prosélytisme Death/Black Metal avec Abhomine n’étant pas concluante. N’empêche qu’en live, Abhomine et Angelcorpse, ou ses autres projets (Revenge, Order Of Chaos…), demeurent dévastateurs. Alors à quand un album d’Abhomine de la trempe d’un bon vieux Angelcorpse, Monsieur Helmkamp ? [Seigneur Fred]

Abhomine : Pete Helmkamp (basse, guitare, chant) et Cazz Cameron (batterie, chant)

ABHOMINE : Proselyte Parasite Plague

Fermer le menu