Utilisant un terme latin signifiant « pour toujours » ou « à l’infini », Ad Infinitum est fidèle à son sujet et sort un premier album qui risque de marquer assurément les auditeurs de Power Metal symphonique pour un bon moment, présentant là un groupe ambitieux, talentueux et créatif. Avec Chapter I : Monarchy, les Suisses donnent naissance à un opus bien construit et rythmé. Sa frontwoman nous dévoile les détails de ce premier volet qui en appelle d’autres ! [Entretien avec Melissa Bonny (chant) par Jérémie Bénnard – Photo : DR]

Ad Infinitum n’est pas le premier groupe à utiliser ce nom. À quoi ce nom fait-il référence pour vous ? Pourquoi l’avez-vous choisi ?
Le symbole d’Ad Infinitum est le phénix. Le nom et l’animal représentent tous deux quelque chose qui reste pour toujours, renaît des cendres, se remet sur la bonne voie après un échec, etc. C’est une orientation très positive que nous aimerions suivre : créer quelque chose qui restera pour toujours !

Chapter I : Monarchy est votre premier album. Sans spoiler, pourquoi avoir choisi cette thématique ?
Ce thème historique est très riche et, à mon avis, l’un des plus beaux de tous les temps. Cependant, en écrivant les paroles, j’ai essayé de le rendre suffisamment abstrait pour que les gens puissent voyager dans le temps avec nous ou se rapporter à eux.

Les différentes chansons sont un mélange de Power Metal et de Métal symphonique. Est-ce la volonté du groupe ou est-ce le résultat naturel des compositions ?
Je suppose que c’est les deux. Nous savions quel genre de musique nous voulions créer, puis l’énergie, la couleur et l’atmosphère de chaque chanson ont été créées pendant le processus de composition.

Vous avez signé avec le label autrichien Napalm Records. Pour un premier album, c’est excellent ! Comment s’est passée cette collaboration ?
Très bien ! Nous sommes très chanceux d’avoir une merveilleuse équipe autour de nous pour nous guider et nous aider. Il n’est pas facile pour un jeune groupe de sortir un album avec succès, de bien le promouvoir et de s’occuper de l’aspect « technique » (communiquer avec certaines plateformes de distribution, partenaires etc.), donc nous sommes très reconnaissants de travailler avec Napalm Records.

« Marching on Versailles » est peut-être la chanson qui présente le mieux Ad Infinitum. Le vidéo clip est surprenant, il donne une vision du titre sous un nouvel angle. Est-ce vous qui en avez écrit le script ou bien a-t-il été imposé ?
Pour les clips, nous avons travaillé avec Ralf Leitner. Nous avons décidé ensemble à quoi ils ressembleraient tous les deux et il a eu de merveilleuses idées. Surtout pour la deuxième vidéo intitulée « See You In Hell ».

Si mes informations sont exactes, vous avez travaillé avec le très talentueux producteur danois Jacob Hansen… ?
Oui, tout à fait ! C’était vraiment un plaisir. Non seulement il est extrêmement talentueux mais aussi très gentil. Le son de l’album est encore meilleur que ce que nous imaginions et nous en sommes extrêmement fiers !


AD INFINITUM
Chapter I : Monarchy
Power / Symphonic Metal
Napalm Records
★★★★☆

C’est par le biais du single « I Am the Storm » (2018) que Ad Infinitum s’est fait connaître au grand public. Il aura fallu attendre 2020 pour entendre le premier son de Chapter I : Monarchy avec le single « Marching on Versailles ». L’album lui-même témoigne d’une véritable recherche, d’une implication de chaque musicien. Les riffs sont énergiques, marqués par la maîtrise du bassiste Jonas Asplind. Sans entrer dans une pâle copie des groupes symphoniques de la scène actuelle, Ad Infinitum frappe un grand coup en proposant au chant Melissa Bonny. La Suissesse avait déjà assuré ce poste avec Rage Of Light, surprenant par ses growls à la Alissa White-Gluz. Aujourd’hui, c’est une voix bien plus enchanteresse qui accompagne les mélodies de Adrian Theßenvitz (guitare). Les titres s’enchaînent sans difficulté, on en viendrait presque à regretter que cet opus se termine. Mais il se réécoute sans contrariété, des morceaux comme « Marching On Versailles » ou « See You In Hell » pouvant être isolés sans que cela n’affecte l’auditeur. En bref, c’est une excellente sortie que nous propose là les Helvètes. Ad Infinitum est un groupe à suivre de près car le potentiel est là, avec la volonté d’exister durablement sur la scène, une caractéristique forte sine qua non à tous les groupes déterminés.  [Jérémie Bénnard]

AD INFINITUM
Queen forever

Fermer le menu