ALCATRAZ FESTIVAL
Passer à la vitesse supérieure

Dix ans déjà pour le festival belge, dix ans que les beaux noms se succèdent sur la scène de Coutrai. Il était temps pour les organisateurs de faire coup double, en agrandissant le site et en étendant la durée du festival mais cela, nous allons laisser l’un des organisateurs du festival nous le conter…

[Entretien avec Mattias Vanderschueren par Julien Meurot – julien@metalobs.com]

Alcatraz header

Quelles vont être les nouveautés de l’édition 2017 ?
Nous avons ajouté une seconde scène, un chapiteau de 5 000 personnes pour les groupes qui ont besoin de créer une ambiance plus sombre. C’est assez amusant, car nous avons eu beaucoup de demande de ne pas installer cette seconde scène, mais c’était un cap à franchir pour nous. La jauge passe à 15 000 personnes. Nous pourrions monter à 20 000, mais pour des questions de confort nous n’irons pas au-delà de 15 000.

Au cours du temps, la programmation devient de plus en plus extrême…
C’est vrai, et c’est pour cela que l’ajout de la tente était nécessaire. L’Alcatraz est souvent réduit à un festival de Thrash, mais nous essayons d’ouvrir notre programmation au maximum. Il y a Korn cette année, qui est à mille lieues du Thrash ! (rires)

Votre programmation Stoner / Doom est vraiment excellente, avec des pointures comme Sleep ou encore Candlemass !
Nous ne devons pas nous cantonner au heavy et ses dérivés. Nous sommes très fier d’avoir des groupes comme Sleep, que j’apprécie beaucoup. L’ajout de cette fameuse tente sera propice à l’ambiance liée aux groupes comme Sleep. Si le planning s’était mieux goupillé, nous aurions pu avoir un groupe comme ZZ Top en tête d’affiche, mais ce n’est que partie remise. Nous cherchons vraiment à nous ouvrir.

Pour autant, vous n’êtes pas trop chauvins, avec seulement trois groupes belges !
(rires) Oui, c’est certain, mais nous sommes bien tristes de ce constat. Il y a des tas d’excellents groupes Belges, et nous avons une demande croissante des groupes nationaux du fait de notre ouverture musicale. À l’avenir il faudra vraiment remédier à cela, car c’est également un aspect qui nous tient particulièrement à cœur.

Vous semblez très préoccupés par le bien être de vos festivaliers…
C’est évidemment le plus important. Il est important pour nous que malgré l’augmentation de la capacité, tout le monde s’y retrouve. Ainsi il y aura au moins dix minutes entre chaque groupe, nous faisons très attention à la qualité du son – même si nous ne pouvons pas contrôler le vent (rires) – et nous avons même de vrais toilettes. Bref, nous mettons tout en œuvre pour que les choses soient le plus sympa possible pour nos festivaliers.

Un souvenir à partager avec nous ?
Je vais me répéter, mais le concert de Twisted Sister l’an dernier, qui était leur dernier européen, a été phénoménal. Le temps était de la partie, et le show fut génial. On leur a fait faire un gâteau, tout a été filmé, un grand moment.

Un rêve de groupe ?
Metallica. (sourire) J’aurai adoré Motörhead, mais il est trop tard. Nous n’aurions pas pu les avoir avant. Sinon, je suis un grand fan de Maiden, alors pourquoi pas. De façon réaliste je dirais Scorpions, à voir.

Un dernier mot ?
Merci à vous tous et on espère vous voir : Coutrai n’est pas si loin que ça de Paris et encore moins de Lille ! (rires)

+ d’infos : alcatraz.be