ARTILLERY
X
Thrash Metal
Metal Blade Rec.

Nos Danois d’Artillery auraient pu lâcher l’affaire depuis le temps (date de fondation : 1982 !!) et rendre les armes suite au décès en 2019 du guitariste Morten Stützer (R.I.P.), frangin de l’autre guitariste soliste survivant Michael Stützer, mais non, l’appel du Thrash étant plus fort qu’eux ! Il faut dire que le groupe originaire de Taastrup a déjà splitté par deux fois dans le passé (en 1993 et en 2000). Le précédent album et réussi The Face of Fear fut donc le dernier testament studio de Morten. Alors pour lui rendre hommage et donner du baume au cœur de tous les Thrasheurs que nous sommes, voilà ce nouvel et dixième album d’Artillery, sobrement appelé X. Enregistré encore une fois au Medley Studio à Copenhague dans les mêmes excellentes conditions techniques que The Face of Fear avec le producteur Søren Andersen, X a tout pour plaire et regorge de plans rythmiques catchy et de mélodies entêtantes. Avec le temps, paradoxalement, cette formation culte danoise de la scène Thrash européenne n’a rien perdu de sa verve malgré ce drame familial en 2019 donc. Saluons tout d’abord la très belle performance vocale de Michael Bastholm Dahl arrivé dans les rangs des artilleurs danois en 2012. Celui-ci évolue dans un registre mélodique, attention, et du coup certains seront en manque de growls ou de screams agressifs à la Bobby « Blitz » Ellsworth ou Mille Petrozza. Chez Artillery, on ressent clairement les influences Heavy Metal tout à fait assumées de leurs voisins allemands de Helloween sur la plupart des refrains (les excellents «The Devil’s Symphony » ou « Turn Up The Rage »), voire même Scorpions sur la magnifique power ballad « The Ghost of Me » où sa voix, vraiment bluffante et pleine d’émotion, nous donne la chair de poule sous notre perfecto à patches.

Mais les cinq Danois font vite parler la poudre sur le facile et futur classique à n’en pas douter « In Thrash We Trust », rappelant qu’ils sont apparus parmi les premiers sur la scène Thrash internationale en 1982 en même temps que les Metallica, Exodus, Venom, Sodom, puis Kreator, etc. À la seconde guitare, le nouveau venu et très expérimenté Kræn Meier (Hell’s Domain, Nominon, Sacrificial, ex-Strangler, ex-The Petulant, ex-Evil, ex-Pitch Black, Metallica Jam, ex-Thrash of the Titans…) assure des rythmiques d’enfer, s’intégrant parfaitement à côté du jeu de Michael Stützer (âgé de soixante ans tout de même !) qui, quant à lui, ponctue les toujours superbes mélodies de passages légèrement orientaux dans ses gammes (« Varg i Veum »), avec des soli en shredding pleins de feeling et d’une grande fluidité (« In Thrash We Trust », « In Your Mind », le tout sur de puissantes rythmiques (le méchant « Force of Indifference »). La basse, un peu à la manière d’Overkill sans disto, se fait régulièrement entendre, contribuant à apporter ce groove et ce son puissant mais très propre (on est là à des années lumières d’un Sodom ou Legion of The Damned par exemple ici). Par endroit, on pense aussi un peu à Forbidden, mais aussi Grip Inc. lors de plans plus expérimentaux et progressifs (l’intro de « Silver Cross ») ou bien speed (« Beggars In Black Suits ») bien qu’Artillery possède vraiment son propre style entre Heavy, Speed mélodique, et Thrash. Ce dixième opus ne devrait donc pas les fans du groupe ni les amateurs de Thrash en général, mais pas que, grâce à ses mélodies vraiment très travaillées et catchy, ce chant incroyable. Sur X, le célèbre quintet scandinave déploie donc toute l’artillerie Thrash pour vous convaincre, et la réussite s’avère totale. Grand bien lui a pris de poursuivre la cause après la disparition de Morten Stützer qui apprécie déjà certainement ce X au paradis des Thrasheurs. [Seigneur Fred]

=> Bientôt l’interview du groupe danois ARTILLERY à retrouver sur notre site www.metalobs.com !