Nombreux concerts européens à son actif (notamment en première partie d’Amenra, Integrity, Oathbreaker, ou encore Full Of Hell), deux EP remarqués sur la scène Post Hardcore/Black Metal underground outre-Rhin, et cerise sur le gâteau : une signature avec le label français Les Acteurs de L’Ombre. Notre sang ne fit alors qu’un tour pour vite découvrir ce trio teuton ! Nous nous sommes donc rués sur cette véritable révélation bavaroise à l’occasion de la sortie de leur premier missile longue portée Revelation Of The Pure. [Entretien avec Alexander Welzel (batterie) par Seigneur Fred – Photos : DR]

Afin de faire connaissance, peux-tu résumer l’histoire du groupe, s’il-te plaît? Comment est né Bait à Wurtzbourg en Bavière (ou Würzburg) en 2013 ? C’est une histoire de copains au début ?
Oui, c’est essentiellement une histoire de copains au départ. Nous nous connaissions depuis longtemps et après avoir quitté nos anciens groupes respectifs, nous avons décidé d’en fonder un nouveau et de jouer la musique que nous aimons. On a tous déménagé à Wurtzbourg pendant cette période, et après avoir longtemps cherché, nous avons eu enfin la chance de louer un espace de répétition à Wurtzbourg donc.

D’où vient le nom du groupe ? « Bait » signifiant en anglais « appât », est-ce en relation avec la nourriture que l’on donne aux poissons à la pêche (rires) ou bien faut-il y voir une métaphore ici comme sur la célèbre pochette de l’album Nevermind de Nirvana dans la piscine avec un dollar pour appâter un bébé ? (rires)
Il n’y a pas de sens strictement défini derrière ce nom, c’est plus une question d’interprétation après… (sourires)

Bait a la spécificité d’être un trio or dans la musique Rock, cela apporte souvent une énergie spéciale notamment scénique en live en général. Penses-tu que c’est le cas pour vous ? S’agit-il d’une force selon toi ?
On a toujours été un quatuor à la base, et ce jusqu’à fin 2017 avec plusieurs changements de line-up de temps en temps. Notre bassiste a décidé de quitter le groupe. La décision fut prise de continuer à trois avec Nico prenant le relais de la basse. À vrai dire, j’aime beaucoup le fait que nous soyons à trois musiciens, et d’après ce que j’ai entendu et lu à notre sujet, les gens semblent aussi aimer notre présence sur scène… (sourires)

Comment définirais-tu vos principales influences musicales car dans le passé vous avez tourné avec Amenra (Doom/Sludge Metal-Belgique) par exemple, ou Full Of Hell (Noise/Grindcore-USA), Integrity (Hardcore-USA) ou encore Oathbreaker (Post Hardcore/Post Black Metal-Belgique). Ces groupes sont-ils pour vous des influences importantes ? Quelles autres influences ? Une formation comme The Dillinger Escape Plan a-t’elle pu vous influencer à travers leur énergie débordante là encore tant sur album que sur scène ?
Eh bien, nous n’avons pas joué des tournées complètes avec tous ces groupes, mais avons partagé la scène avec eux plusieurs fois, oui (du moins avec Amenra et Oathbreaker). Nos influences sont très étendues, du Hardcore au Black et au Death Metal. Chaque membre du groupe a ses groupes favoris dans différents genres. Dès le début, nous ne nous sommes pas concentrés sur un seul genre musical et avons simplement écrit des chansons qui nous convenaient naturellement.

Le fait que votre bassiste Nicolas Ziska fasse partie parallèlement du groupe allemand Der Weg Einer Freiheit explique-t’il vos parties plus typiquement Black Metal sur votre premier album à présent ?
Je ne pense pas car il est avec Bait depuis le premier jour et fait partie de Der Weg Einer Freiheit depuis trois ans seulement. Hormis ça, nous sommes aussi de bons amis avec eux depuis des années.

Sur le plan artistique, vous sentez-vous plus proches néanmoins de la scène Black Metal avec ses codes et ses sujets comme le nihilisme ou l’occultisme, ou plus proches du Hardcore avec là aussi ses codes mais plus particulièrement dans l’attitude et l’énergie sur scène ?
Ni l’un, ni l’autre. (rires) Les deux scènes possèdent de grands artistes et des moins bons, et a connu de grandes évolutions. Mais nous sommes probablement quelque part entre les deux artistiquement parlant…

Dans le passé, vous avez déjà enregistré et sorti 2 EP : Cursed Among Saints and Sunburst. Vont-ils être réédités par votre nouveau label Les Acteurs de l’Ombre et avec une meilleure distribution ?
Cursed Among Saints a été publié par un ami (Woodhammer Ent.), le second EP Sunburst est sorti via plusieurs labels (WHOOAAARGH!, Sell your Soul, Tjueto Cvlt, Krimskramz and Smithsfoodgroup DIY). Peut-être qu’un jour il y aura une réédition, pourquoi pas ?

Votre premier album studio paraît à présent chez Les Acteurs de l’Ombre et s’appelle Revelation Of The Pure mais il a été enregistré en 2018. Pourquoi tant de temps jusqu’à sortie maintenant ? Vous avez pris votre temps pour le réaliser et parfaire son mixage ainsi que le mastering, et trouver un contrat avec un label ?
Nous avons commencé à l’écrire en 2018 et à l’enregistrer fin 2019 cependant. On a pris notre temps et réorganisé les structures des chansons de temps à autre pour obtenir les meilleurs résultats possibles. Nous sommes partis en quête d’un label juste après l’enregistrement de l’album.

Je crois savoir que tu connais les Français de Regarde Les Hommes Tomber et c’est son guitariste Antoine (alias « AM ») qui vous a présenté et mis en relation avec le directeur du label, Gerald Milani et permis de signer ce contrat avec Les Acteurs de l’Ombre Productions, n’est-ce pas ? Vous êtes proches de Regarde Les Hommes Tomber et appréciez leur Black Metal et leur dernier album Ascension ?
C’est Nico qui a connu Antoine lors d’une tournée commune avec Der Weg Einer Freiheit et Regarde Les Hommes Tomber en 2017. Ils sont devenus de bons amis lors de ce voyage. Antoine lui a donné le contact et nous avons tout de suite écrit à Gérald. Je suis le groupe Regarde (…) depuis leur premier album et je pense qu’Ascension est un chef-d’œuvre ! Leur approche du Black Metal et leurs progrès sont formidables.

Au niveau des paroles, qu’est-ce qui vous inspire pour écrire en général ? Quels sont les principaux sujets évoqués sur ce premier album Revelation Of The Pure ? Le nihilisme ou la colère par exemple ?
C’est beaucoup de colère, en effet, et de désespoir concernant la société et l’humanité en général, ainsi que des sujets plus personnels…

D’une certaine façon, êtes-vous sans cesse obsédés dans une quête musicale afin d’atteindre la perfection ou la pureté avec un tel titre d’album Revelation Of The Pure en quelque sorte ? Et pensez-vous avoir atteint une certaine forme de pureté à travers ce premier enregistrement long durée ?
Nous avons fait beaucoup d’efforts, bien sûr, pour pouvoir sortir un album représentant bien le groupe et ses idées. Le titre Revelation Of The Pure est un peu plus qu’un simple aspect lyrique, c’est une sorte de nihilisme misanthropique avec une question existentielle : « et si l’humanité avec toutes ses cruautés disparaissait » ?

Dans votre logo et les visuels à l’intérieur de la version digipack ou vinyle de votre album, il y a comme un symbole franc-maçon dans le logo de Bait… Alors, pourrais-tu l’expliquer s’il-te-plaît ? Même si normalement cela doit rester secret, êtes-vous membres de la Franc-Maçonnerie comme certains artistes dans le monde ?
Personne ne fait partie d’un mouvement underground ou quoique ce soit dans Bait. Il n’y a là pas de sens plus profond derrière ce logo ou le sceau. Nous aimons juste l’esthétique graphique qui les accompagne.

Enfin, ne vous ayant pas encore vu en concert, comment pourrais-tu décrire un show de Bait avec tes propres mots ? À quoi pouvons-nous nous attendre en France : du sang, de la sueur (et des larmes) ? (rires )
Certainement de la sueur, oui, parfois du sang ! (rires) Des larmes, non je n’espère pas ! (rires) Je pense que c’est à la fois calme par moment et énergique dans l’ensemble, avec diverses facettes de musique lourde, pas de conneries ou de trucs au rabais. (sourires)

CHRONIQUE ALBUM

BAIT
Revelation Of The Pure
Post Black Metal/Hardcore
Les Acteurs de l’Ombre Prod.
★★★★★

Pour une fois la bio du label (et non l’inverse) dit vrai ! « Quelque part entre Der Weg Einer Freiheit (dont le bassiste Nico fait partie) et Converge », ok, check ! Démarrant en trombe à la batterie suivie d’un riff sauvage Punk/HxC (« Nothing Is Sacred »), le tout dans une frénésie à la The Dillinger Escape Plan, ce premier LP frappe fort. Plus typé Black, « Leviathan III » continue au galop entrecoupé de breaks lourds et violents toujours dans une veine Post Hardcore. Si l’ambiance est clairement noire (« Odium ») voire nihiliste (« Ruin »), Bait nous en fait voir de toutes les couleurs éclairant une scène musicale Post machin chose actuellement très à la mode (« Lightbringer »). Alors c’est qui la baffe de la nouvelle collection printemps/été chez Les Acteurs de l’Ombre ? C’est Bait, et méchant. [Seigneur Fred]