BRAVE THE COLD
Scarcity
Grindcore/Death Metal
Mission Two Entertainment

Voilà des nouvelles rassurantes de l’état de santé et de créativité musicale de Mitch Harris ! Alors que le guitariste de Napalm Death ne fait officiellement plus partie du célèbre groupe de Death/Grindcore anglais (bien qu’il joue quelques parties sur leur nouvelle bombe Throes Of Joy In The Jaws Of Defeatism), notre bon vieux Mitch que nous avions croisé en coulisse sur plusieurs concerts français quand il était alors encore au sein du combo de Birmingham avait vraiment triste mine. Nous étions inquiets sur son devenir… Même si cet été le chanteur Mark « Barney » Greenway nous avait rassuré en interview lors de la promo de leur dernier album, nous n’étions guère optimiste pour un soudain retour que ce soit discographique ou à la scène du principal intéressé ici aujourd’hui. Non pas que nous doutions des talents du musicien ou de sa personnalité artistique (pour preuve son projet prog’ intéressant baptisé Menace et son unique album Impact Velocity en 2014 chez Season of Mist par exemple), mais cela faisait quelques années déjà que l’homme était bien trop discret. Sur Brave The Cold, ce dernier s’est associé des compétences du fameux batteur d’origine belge mais désormais américanisé du côté de la Californie : Dirk Verbeuren (Megadeth, ex-Soilwork, ex-Aborted, ex-Headline, ex-Artsonic, etc.) dont on vous a présenté récemment l’une de ses nombreuses autre collaborations avec le groupe ou plutôt one-man band norvégien Cadaver (chronique ici), étant donné que Dirk s’ennuie, ne pouvant tourner comme tous les musiciens dans le monde à cause de la pandémie qui perdure et que l’enregistrement en studio du nouvel album de Megadeth touche à sa fin et ce, malgré l’état de santé de Dave Mustaine. Sur ce premier essai du duo produit par l’actuel Once Human et ex-guitariste canadien de Machine Head, on retrouve bien entendu la patte du riffing de Mitch Harris rappelant forcément Napalm Death (« Apparatus ») mais il y ajoute ici ou là diverses nappes de claviers modernes (le joli clip « Blind Eye », « Dead Feed ») et divers effets (« Apparatus ») donnant un caractère froid et futuriste dans sa musique brutale et apocalyptique. Côté rythmique, c’est très puissant, à la fois technique et groovy, Dirk Verbeuren excellant dans le genre. Scarcity frappe fort et apparaît suffisamment dynamique pour ne pas décrocher durant les onze salves Death/Grind que nous balancent Mitch & Dirk. Les chansons vont généralement droit au but et peuvent sembler simples mais l’efficacité rythmique demeure grâce à de nombreux breaks. A cela il convient d’ajouter toute une panoplie de vocaux de Mitch Harris (d’ailleurs on se demande qui chante tout ça sur l’album parfois et ce sera compliqué en live pour notre guitariste) qui offre une réelle diversité, chose qui n’est pas toujours le cas dans le mélange Death/Grindcore ou plutôt l’inverse car ce qui prédomine est ce Punk/Grindcore, limite Crustcore moderne, teinté d’influences Death Metal. Enfin, Mitch Harris n’oublie pas pour autant certaines mélodies, essentiellement vocales justement, grâce à quelques effets en studio, et des refrains très accrocheurs (« Hallmark Of Tyranny », « Upheaval »). Au final, les fans de Napalm Death mais aussi Cephalic Carnage ou Cattle Decapitation s’y retrouveront à coup avec Brave The Cold et ce premier essai plutôt réussi mais surtout rassurant sur notre ami Mitch Harris. [Seigneur Fred]