CANNABIS CORPSE
Fais tourner !

Quand il ne joue pas avec Iron Reagan ou Municipal Waste, Phil Hall s’amuse à jouer du Death Metal avec son frangin du côté de Richmond (Virginie) dans Cannabis Corpse, ou plutôt du Weed Metal comme ils aiment à se définir. Inspirée par la Marie-Jeanne et leurs pairs, leur sixième galette intitulée malicieusement Nug So Vile est à consommer sans modération… [Entretien avec Phil « Landphil » Hall (basse/chant) par Seigneur Fred – Photo : DR]

Tu joues dans Iron Reagan, Municipal Waste qui sort d’ailleurs un EP 4 titres, et aussi Cannabis Corpse dont le nouvel album paraît à présent. Où et comment trouves-tu le temps et l’énergie pour faire tout ça ?
En fait, tous ces groupes, dont Cannabis Corpse, font partie intégrante de ma vie quotidienne. J’y travaille tous les jours, et je ne suis pas du genre paresseux à rester sans rien faire. Je m’exerce sur mes instruments et ma voix et écris/compose régulièrement. Dans Municipal Waste c’est un peu différent, car je suis arrivé après sa formation et les autres gars composent et écrivent à la base. En général, je travaille donc par cycle.

Trouves-tu l’inspiration dans l’herbe alors pour Cannabis Corpse ? Es-tu un gros consommateur ? (sourires)
Oui, absolument. Cela m’aide à me détendre, je m’en sers plutôt comme automédication si tu préfères. Mais je deviens fainéant et bon à rien si je fume trop ou si elle n’est pas bonne.

Quelle est la législation à ce sujet dans l’état de Virginie où tu vis, car en Californie, par exemple, c’est admis ?
En Virginie, c’est bien plus sévère. C’est illégal encore contrairement à la Californie. Mais je suis un gars sérieux et je ne veux pas déménager pour autant juste pour pouvoir fumer librement, car il y a des choses importantes ici pour moi et mon entourage compte.

Nug So Vile est déjà votre sixième album studio mine de rien. Pensais-tu sortir autant d’albums et tourner en fondant avec ton frère Cannabis Corpse en 2006 alors que ce n’était qu’une blague finalement au départ ?
On était jeunes à l’époque ! Mon frère et moi voulions faire alors du death metal classique en s’inspirant des grands groupes que l’on aime comme Cannibal Corpse. Ce fut le premier groupe extrême que l’on a écouté à l’époque, on avait alors seize, dix-sept ans… Depuis, on a joué avec eux et plein d’autres légendes, c’est génial ! Sur le nouvel album, il y a d’ailleurs une chanson « Edibles Autopsy » en clin d’œil encore à cette influence majeure pour nous. Mais le titre du nouvel album fait référence cette fois à l’album None So Vile de Cryptopsy, idem pour « Blasphemy Made Hash » en clin d’œil au premier album des Canadiens.

CANNABIS CORPSE
Nug So Vile
Marijuana Death Metal
Season Of Mist
★★★☆☆

Les plus grands noms du Death Metal sont une nouvelle fois passés ici à la moulinette ou plutôt au bang par le groupe américain de Richmond : Krisiun sur « Conquerors Of Chronageddon » et « Blunt Force Domain », Cryptopsy sur la chanson titre en clin d’œil à l’album None So Vile et « Blasphemy Made Hash » (au lieu de (…) Flesh), Cannibal Corpse bien entendu sur « Edibles Autopsy », et même Napalm Death sur le bien senti « The Cone Is Red (Long Live The Cone) » et, en bonus, « From Enslavement To Hydrobliteration ». Musicalement, on baigne dans un Death basique made in US, mais très bien exécuté ce qui techniquement requiert de grandes facultés, comme si nos compatriotes d’Ultra-Vomit parodiaient en quelque sorte la crème de la scène Death Metal de ces trente dernières années en vociférant des âneries non pas sur le pipi versus caca, mais la consommation de cannabis. Si cela n’apporte rien foncièrement parlant sur le plan artiste, il faut reconnaître la performance et le sens de l’humour des frères Hall.

[Seigneur Fred]

CANNABIS CORPSE : Fais tourner !

Fermer le menu