fleshlandVoila bien 5 ans que les japonais de Coffins ne nous ont pas inondé de leur death poisseux. Malgré de noms splits depuis 2008, c’est ici leur premier vrai album depuis Buried Death et il y a matière a grossir. Boosté par leur meilleure production a ce jour, le son est gras a souhait et les tempi bien lourd. Malgré tout l’indigestion est bien loin car le groupe manie habillement les variations rythmiques et les solis aux résonances bluesies colorent un ensemble cohérent. Des le début de « Here Comes Perdition » le ton est donc donné pour les 46 minutes qui vont suivre. Le chant est poli au papier de verre, la batterie simple (pas simpliste) est ultra efficace, la basse ronronne ; bref en un mot comme en cent le job est fait avec passion et on en prend plein les dents.

[Julien Meurot]

coffins

Coffins
The Fleshland

Fermer le menu