Depuis déjà plusieurs albums, Dark Tranquillity s’est clairement établi dans sa zone de confort sur la scène Death Metal mélodique scandinave, n’innovant plus vraiment depuis Projector malgré des disques au demeurant tout à fait corrects entre-temps… Deux mois après l’écoute en avant-première de leur douzième galette studio, nous étions impatients d’interroger le chanteur du groupe de Göteborg à propos de la genèse de Moment, successeur d’Atoma, qui a vu l’arrivée de deux nouveaux guitaristes dans le line-up des Suédois suite au départ tout en douceur de son fondateur et guitariste Nilkas Sundin (graphiste de métier). A l’occasion de leur concert live par internet au lendemain de la sortie de leur nouvel opus, retrouvez plus longuement cet interview ci-dessous. [Entretien avec Mikael Stanne (chant) par Seigneur Fred – Photos : DR]

Comment va le groupe depuis votre conférence de presse par internet lors de l’écoute en avant-première de votre nouvel album Moment en septembre dernier à laquelle nous avions participé ? Quelle est la situation sanitaire en Suède car il paraît que ça se dégrade sérieusement chez vous du fait d’une stratégie sanitaire différente de chez nous en France ?
Ça va, je te remercie. La situation est différente ici. La Suède a décidé de continuer la vie quotidienne donc il n’y a pas eu d’isolation ici ni de confinement contrairement à la Norvège à côté ou chez vous. Tu peux sortir sans problème. Je ne sais pas si c’est la meilleure option, le temps nous le dira, et à vrai dire personne ne le sait vraiment… Les gens sont responsables et font attention tout de même. Donc on n’a pas à se plaindre même si bien entendu on ne peut pas partir en tournée ni faire de concerts même ici ou alors en petite configuration devant un public assis mais ça ne nous correspond pas. On va cependant faire un concert live sur internet en huis-clos le 21/11/20 au lendemain de la sortie de Moment. Ce sera une première pour nous.

Vous allez faire un show acoustique ? Ce pourrait être en format unplugged comme Nirvana ou Pearl Jam (dont la version CD sort enfin) le firent en leur temps ?
Ah ah ! (rires) C’était chouette pour ces groupes. Je ne sais pas trop pour Dark Tranquillity, mais je reste ouvert… Ce serait fun ! Mais là ce sera un show électrique dans un grand théâtre, donc il y aura un certain vide, et on va essayer de jouer là-dessus. A l’avenir bien sûr on refera ça avec un public dès que possible.

Ce sera gratuit ou bien payant comme le fit Katatonia au printemps lors de la sortie de son nouvel album ?
C’est très coûteux pour nous, avec les moyens vidéo, l’équipe technique, la salle, les lumières, etc. Donc ce sera payant malheureusement. On ne peut pas faire autrement…

À présent, peux-tu nous dire pour quelle(s) raison(s) Niklas Sundin a quitté le groupe début 2020 ?
Tout simplement parce qu’il voulait se consacrer à sa famille et professionnellement il veut vraiment se focaliser uniquement sur son activité de graphisme avec Cabin Fever Media. Les choses étaient devenues claires pour lui et il a choisi. Il ne voulait plus partir en tournée et s’éloigner de sa famille. Maintenant il vit aux Etats-Unis. Il fait exactement ce qu’il voulait faire. Il en avait besoin. Il nous manque un peu mais bon…

Il ne joue pas du tout alors sur le nouvel album Moment ? Même pas un solo de guitare ici ou là ?
Non. Il a juste réalisé l’artwork de l’album, ce qu’il fait déjà depuis des lustres. (sourires)

Le départ de Niklas Sundin a-t’il affecté la composition de Moment et a changé votre manière de travailler ?
Le fait que Niklas soit parti, d’un autre côté cela nous a permis de faire des choses autrement, d’essayer certaines idées. Un mal pour un bien en fin de compte. Mais sinon, non, on n’a pas vraiment changé notre façon de faire. Avec Johan Reinholdz qui nous a été recommandé par Christopher Amott avec qui on jouait déjà dans le groupe live en concert, on a peu composé, mais Christopher, lui, comme il nous accompagnait déjà, on lui a demandé de nous proposer des riffs de chansons. De leur côté, Anders, notre batteur, a commencé à écrire aussi des chansons, Martin aussi, puis on s’est retrouvé en studio pour mettre tout ça en place. On a demandé à Chris et Johan ce qu’ils ressentaient et ce qu’ils voulaient faire : Johan voulait vraiment creuser davantage les chansons alors que Chris préférait rajouter des soli de guitare ici ou là. Finalement tout s’est bien intégré sur Moment et ça donne ses douze nouveaux morceaux sur lesquels on a passé des journées parfois de 24h dessus afin de tout assembler et enregistrer minutieusement. Ce sont des de formidables guitaristes dans leur technique, leur style, et ils ont su s’intégrer dans le style de Dark Tranquillity.

Comment avez-vous trouvé du coup le juste équilibre lors de la composition des nouvelles chansons entre les guitares de Christopher Amott et Johan Reinholdz d’un côté, et de l’autre les claviers de Martin Brändström qui a en plus a produit l’album en studio ? Ça n’a pas été la guerre en studio ? (rires)
Non, non ! (rires) Comme Martin, qui en effet a produit Moment, est très ouvert et attentif à la fois aux claviers, bien sûr, mais aussi aux guitares, comment elles doivent sonner, la tonalité, et les notes. Donc c’était vraiment très clair ce dont on avait besoin et la manière dont ça devait s’articuler dans les chansons, que les guitares soient complémentaires ou leaders selon les passages. Ce fut donc totalement délibéré et clair. Je pense que ça a très bien fonctionné d’ailleurs. Les rôles étaient précis. On n’était pas du genre à se dire : « moi je veux entendre mes guitares ici » ou « Moi je veux plus de claviers là ! ». On ne se chamaille pas ainsi ! (rires)

C’est Niklas Sundin cependant qui a représenté tout ça et réalisé ce magnifique artwork de Moment ?
Tout à fait !

DARK TRANQUILLITY Moment (artwork par Niklas Sundin (Cabin Fever Media)

On dirait que Moment est un voyage introspectif, comme une quête de soi à travers ses chansons… Je me trompe ou pas ? Etant donné que tu en as écrit les paroles, peux-tu nous en dire davantage ?
Disons que tu n’as pas tort… (rires) C’est sûr. Il s’agit d’une profonde projection et regard sur le monde, les gens, tout ce qu’il y a autour de soi. Cela prend en compte tout ce qui m’oppresse, m’irrite, me met en colère, me fait peur aussi et me réveille la nuit, les choses sans espoir car on ne sait pas trop comment vont les choses vont finir, si ce sera pire ou pas en vieillissant. Parfois je me sens coupable. J’aime me focaliser paradoxalement sur ce qui me motive et me fait avancer, grâce à notre passé, notre éducation, notre expérience, cela t’aide à choisir une direction dans la vie en fonction de tes objectifs et ce que tu aimes, ou alors au contraire des fois tu manques de tout ça, et du coup tu n’arrives pas à avancer et prendre les bonnes décisions dans la vie. Voilà, c’est un peu tout ça. Moment est très personnel. Donc voilà pourquoi tu as dû penser cela et te retrouver parfois aussi sur ce nouvel album.

CHRONIQUE ALBUM

DARK TRANQUILLITY
Moment
Death Metal mélodique
Century Media Rec./Sony Music

Moment est un album parfaitement maîtrisé de bout en bout (trop presque), agréable, formaté certes mais toujours heavy et mélodique. Le chant clair de Mikael Stanne revient souvent, rappelant avec les claviers le tournant de Projector en 1999. Depuis le temps, le groupe suédois est à l’aise dans son Death Mélo moderne. Sans réelle prise de risque, le successeur d’Atoma fait cependant plaisir à entendre, notamment rien que pour le travail tout en finesse des deux nouveaux guitaristes Christopher Amott (ex-Arch Enemy, Armageddon) et Johan Reinholdz (Andromeda) parfaitement intégrés ici. On guette maintenant les concerts à venir de Dark Tranquillity dans l’Hexagone, en espérant cette fois les voir au prochain festival Motocultor 2021 ! [Seigneur Fred]