DECAPITATED
Aucune règle

Puissant, concis et brutal, ce septième album de Decapitated est une franche réussite apportant une bouffée d’oxygène dans le milieu du Death metal Polonais…

[Entretien avec Vogg (guitare) par Loïc Cormery – loic@metalobs.com]

Decapitated2017
À l’écoute de cet album, nous avons remarqué des titres puissants avec une maturité déconcertante…
L’album est ambitieux effectivement, et je trouve qu’il apporte une perspective différente à certains moments. Je pense que cet album va nous apporter de nouveaux fans, je le trouve attirant et comme tu le dis, il y a une certaine maturité avec une prise de risques constante à travers les morceaux. Nous ne savons pas où l’album va nous mener, nous espérons juste qu’il plaise aux fans.

Anticult est un titre étrange pour cet album. Peux-tu nous en dire un peu plus ?
Le concept de l’album est basé sur une sorte de philosophie existentielle sur la façon dont nous fonctionnons en tant qu’ humains. C’est une observation, ces conflits que nous trouvons à l’intérieur de nos têtes peuvent venir de cette incapacité innée pure de se relier aux autres. Notre perspective est un filtre unique, composé de tout ce que nous avons vécu, de nos pensées, de nos sentiments et de nos environnements, de nos comportements, des choses qui déterminent nos décisions. Et nous ne pouvons pas partager la chose qui est notre perspective dans son ensemble, nous voyons les choses d’une manière tout à fait unique. Je pense que c’est un très bon titre qui décrit bien notre état d’esprit à l’époque où nous l’avons écrit. On recherche tous un état de paix et d’équilibre, mais cette noirceur reste en nous. Nous sommes proches les uns des autres et on se rapproche petit à petit grâce à ce mode de pensée. Avec cet album, on s’est concentrés sur le fait d’écrire des chansons concises et familières, il y a quelques titres super mélodiques, lourds, heavy et groovy. Certains titres sont les plus accessibles qu’on ait jamais écrits. On voulait un son moderne, mais en même temps très « organique », qui arrive à capturer l’intensité du groupe tout en étant concis. Le son de l’album est énorme.

Vous avez de superbes références dans la production musicale et la réalisation de l’artwork. Comment avez-vous rencontré ces personnes et pensez-vous que leur collaboration est très forte ? 

Extrêmement. Nous sommes si fiers de faire partie d’avoir rencontré ces gens étonnants et de travailler avec eux, c’est une de ces choses qui m’étonnent constamment, le talent des gens avec lesquels nous rencontrons et collaborons. Notre producteur est l’une des personnes qui sait exactement comment tirer le meilleur parti de nous, et c’est vraiment un grand type, à la fois humainement et hors du studio. Il a aussi joué dans un groupe que j’ai aimé. Un type a fait notre œuvre d’art, et nous avons agonisé sur cela pendant un bon moment, à la recherche de la bonne chose. Nous avons simplement donné le concept de l’album et le laisser faire. Nous avons vu les esquisses initiales, nous savions qu’il avait de superbes idées. C’est quelque chose que nous aimons vraiment et espérons que nos auditeurs et les fans vont vraiment apprécier.

Penses-tu que les réseaux sociaux sont une valeur sûre pour les groupes nouveaux comme pour les pionniers comme vous ?

L’Internet est une sorte d’endroit où nous vivons tous les jours n’est-ce pas. Il semble qu’il y ait presque plus d’entre nous là-bas que dans la rue. Je ne dis pas que c’est une mauvaise chose, c’est juste que c’est la vie. En tant que tel, cependant, je pense que tout nouveau groupe « provient de l’Internet » en quelque sorte, mais la chose qui devrait y être entièrement à fond, c’est la musique que vous faites.

Depuis Carnival Is Forever en 2011, Decapitated a évolué dans son état d’esprit et également dans sa musique plus « clinic » dans le son et les compositions. Tu es sensible aux critiques par rapport au passé ?
Je regarde plus ou moins les critique de la presse. Je suis conscient de ne pas plaire à tout le monde depuis Organic Hallucinosis de 2006, mais comme tu sais les choses ont changé et il a fallu avancer et ne pas se retourner. Je suis très heureux de nos albums et du nouveau Anticult qui renferme beaucoup de riffs et grooves très puissants. Je ne dirais pas que Decapitated est meilleur que par le passé, mais il est différent et surtout conquérant.