Injustement, Diamond Head n’est connu qu’a travers les titres joués par Metallica. Pour autant, Brian Tatler et son gang ont un sens inné pour trouver des riffs assassins. L’heure est donc à la mise au point. Album éponyme, retour du logo historique et surtout ajout d’un nouveau frontman qui n’est pas sans rappeler son chanteur historique Sean Harris, bref Diamond Head est de retour aux affaires, plus motivé que jamais. 

[Entretien avec Brian Tatler (guitare) par Julien MEUROT – julien@metalobs.com]

2016-01111-1024x784
Avant même d’écouter une seule notre de ce disque, on sent à travers sa pochette et le nom de l’album que l’on va avoir droit a du riff en béton.
(rire). Oui effectivement notre ancien logo fait son retour. Nous en avons longuement discuté et sur la dernière tournée, nous avions fait un t-shirt avec ce même logo. Il s’est super bien vendu et je dois dire que les fans l’adorent, et nous aussi. Quant au fait d’appeler notre album Diamond Head et bien nous voulions rappeler que nous étions bel et bien de retour.

Il semblait clair que tu avais perdu un peu la foi au niveau de la composition….
L’enregistrement de notre précédent album (ndr: What’s In Your Head en 2007) s’était assez mal passé. Nous n’étions jamais ensemble, la batterie a été enregistrée aux États-Unis, bref cette expérience m’a littéralement dégouté. Mais avec l’arrivée de Ras (ndr: Rasmus Bom Andersen, chant), une nouvelle façon de faire a été instaurée et voilà comment nous arrivons à un nouvel album.

Le fait que Ras vive en Angleterre aide aussi, j’imagine.
Nick (Tart, chant) vivait en Australie. Imagine la galère dès que nous souhaitions partir en tournée. Cela coûtait cher et niveau organisation, nous n’étions pas au top. Il était clair que nous souhaitions trouver un chanteur qui vivait en Angleterre.

Comment avez-vous découvert Ras qui était un parfait inconnu ?
Via une amie d’Eddie (Moohan, basse). Elle nous a filé son contact et nous lui avons envoyé un mail avec un titre instrumental. Suite a cela nous avons jammé sur six autres titres et l’affaire était dans le sac. Nous ne nous sommes pas posés de question Ras était l’homme de la situation.

Le fait que son chant ressemble à s’y méprendre à celui de Sean Harris doit aider aussi !
(rire) Aussi oui, mais il a sa personnalité. Et surtout, il a une très bonne mentalité. Mon regain de forme vient en partie de lui. Comme moi, il voulait écrire des titres de façon collégiale. C’est exactement ce dont j’avais besoin. Le résultat est largement à la hauteur de mes espérances.

As-tu pensé réintégrer Sean dans Diamond Head ? Le jam avec Metallica pour leurs trente ans semblait s’être bien passé ?
Je ne pourrais plus bosser avec lui. C’était marrant sur le coup, mais il était a bout de souffle au bout d’un titre. Depuis son départ du groupe, je ne suis même pas sure qu’il est joué ou enregistré quelque chose. Surtout que cette occasion m’a permis de visiter le HQ de Metallica. Mais je préfère 100 fois avoir Ras à mes côtés.

https://www.youtube.com/watch?v=F5WIsffO3H8

Penses-tu que l’on va devoir attendre encore neuf ans avant d’avoir un nouvel album ?
NON. Nous avons déjà des idées avec Ras et peut-être même que 2017 marquera le retour d’un nouvel opus.

La seule et unique fois où je vous ai vu sur scène était en 2011 avec le Big 4. Il était amusant de vous voir jouer vos titres devant les fans de Metallica qui du coup connaissaient parfaitement bien votre setlist. Comment as-tu vécu cette journée ?
Cette journée a été géniale. J’ai donné énormément d’interview, notre concert a été parfait et cerise sur le gâteau le jam avec le Metallica. Même si nous nous produisions tôt les gens étaient là pour nous. Ils voulaient voir le groupe qui a influencé Metallica (rire). Le fait que Metallica reprenne nos titres chaque soir est une grande source de fierté car c’est l’un des plus grands groupes du monde. Avoir la chance d’avoir pu partager un peu de leur temps est fantastique.