GADGET The Great Destroyer cover

Pour les nostalgiques des années 80 que certains d’entre nous sommes, Gadget évoque plus le magazine du célèbre duo Pif & Hercule qui offrait toujours à ses lecteurs un joli gadget chaque semaine ou bien alors le célèbre inspecteur du même nom, mais depuis 1997, c’est aussi et surtout une très bonne formation suédoise de Grind originaire de Gävle sur laquelle il faut désormais compter. Découverts au Hellfest en 2006 sur l’une des trois scènes d’alors, nos Scandinaves s’étaient plutôt faits discrets ces dernières années (un unique split CD avec les Américains de Phobia en 2010). Ils refont donc surface, dix ans après leur second album The Funeral March. Et ça valait le coup d’attendre car ces dix-sept nouveaux morceaux font mal par où ça passe. Bien sonorisé et plutôt moderne, leur Grindcore mâtiné d’influences Death se consomme rapidement, sans préliminaire ni avertissement (le frontal « Enemies Of Reason » en ouverture). Même avec cette très sombre pochette de disque ou lorsque le rythme baisse (le menaçant « In The Name Of Suffering »), on ne s’attend pas à si violent à vrai dire (le bien nommé « Violent Hours (For A Veiled Awakening) »). Ça tabasse sévère à la batterie, les riffs sont de la folie furieuse, renforcée par un certain groove Punk/Hardcore probablement hérité du passé du batteur/chanteur William Blackmon (fondateur) qui s’époumone à cœur joie au côté d’Emil Englund, principal vocaliste. Contemporains à Nasum et son regretté Mieszko Talarczyk (R.I.P.) disparu bien trop tôt, on pense beaucoup ici à leurs compatriotes suédois, retrouvant cette même fraîcheur et agressivité. Avec The Great Destroyer, Gadget a bien l’intention de rattraper le temps perdu et de tout annihiler sur son passage malgré ces vingt-six petites minutes qui passent bien trop vite (seul bémol avec les galettes de Grind). Espérons simplement ne pas devoir patienter encore dix ans pour avoir droit à un nouvel album aussi court de la part d’un groupe qui se fait trop rare…

[Seigneur Fred]

Retrouvez l’interview de Gadget en cliquant ici

GADGET
The Great Destroyer

Fermer le menu