GRETA VAN FLEET
Le talent à l’état brut

Nous vous en avons déjà parlé sur metalobs.com : Greta Van Fleet, c’est LE groupe à suivre. Même si le lait leur sort encore du nez, les frères Kiszka, accompagnés du batteur Daniel Wagner, ont déjà l’étoffe des grands. Et ça, c’est Robert Plant qui le le dit, alors nous n’allons certainement pas le contrarier ! Car si la filiation avec Led Zeppelin est évidente, le fait que son chanteur adoube nos jeunes loups fait d’eux de sérieux client pour l’avenir…

[Entretien avec Daniel Wagner (batterie) par Julien Meurot – julien@metalobs.com]

L-R:  Sam Kiszka, Josh Kiszka, Danny Wagner, Jake Kiszka

L-R: Sam Kiszka, Josh Kiszka, Danny Wagner, Jake Kiszka

Peux-tu nous présenter le groupe ?
Nous venons de Frakenmuth dans le Michigan. Le groupe se compose des trois frères Kiszka : Josh au chant, Jake à la guitare, Sam à la basse et de moi-même à la batterie. Je suis arrivé plus tardivement dans le groupe en remplacement de Kyle Hauck. Nous avons deux EP à notre actif, et nous allons sortir notre premier opus courant 2018.

Est-ce facile pour toi de trouver ta place dans cette fratrie ?
C’est très facile. Tu sais, nous vivons dans une toute petite ville, où tout le monde se connaît. Nous allions à la même école, fréquentions les même personnes. J’ai d’abord commencé à jouer avec Sam, et de fil en aiguille, quand Kyle est parti, j’ai trouvé ma place tout naturellement. Même si je ne suis pas le batteur orignal du groupe, ce n’est pas grave : je joue sur tous les disques et nous prenons beaucoup de plaisir à jouer ensemble.

Tu as donc ton mot à dire sur les compos ?
Bien sûr. Notre process est très collaboratif, très « à l’ancienne ». Lorsque j’ai rejoint le groupe, il y avait déjà quelques titres de prêts, mais dès mon arrivée j’ai été impliqué, et notre prochain album sera très varié et collaboratif.

Avant de parler de votre futur premier album, vous avez sorti fin 2017 un double EP, From The Fires, qui reprend votre précédent EP auquel viennent s’ajouter quatre nouveaux titres. Pourquoi ne pas avoir directement sorti un album ?
Grace à From The Fires, nous bénéficions d’une sortie mondiale ; nous voulions déjà partager nos premiers titres.

Cet EP contient même deux reprises de Sam Cook et Fairport Convetion. Est ce des titres sur lesquels vous jammiez en repet ou les avez vous choisis spécifiquement pour l’enregistrement ?
Ceux sont des titres qui nous parlent et que nous jouions régulièrement.

Tu disais que l’album était fini ?
C’est exact, il devrait contenir une dizaine de titres. Nous voulons rester dans un format dynamique, avec peu de temps morts. Nous avons tout écrit ensemble et enregistré live au maximum. Comme nous n’avons pas beaucoup d’effets ou autres ; cela a été très vite et le résultat est vraiment cool.

Vous allez partir en tournée européenne et les concerts affichent déjà presque tous complet, à commencer par la date de Paris !
Tu ne crois pas si bien dire. C’est tout simplement incroyable. Lorsque l’on nous a dit que les dates commençaient à être sold out, je n’y croyais pas. Notre EP était à peine sorti, nous n’avons pas d’album, et les gens veulent nous voir sur scène. C’est tout simplement impensable !

En tant que jeune groupe, allez vous pouvoir venir en Europe avec votre matériel ?
Là aussi, nous allons avoir la chance de pouvoir compter sur nos sponsors, qui vont nous préparer le terrain. L’avantage d’un groupe comme le nôtre, c’est que nous n’avons besoin de rien. Pour les guitares, comme ils n’utilisent pas d’effet ou presque, que leurs amplis assez faciles à trouver, notre son ne s’en retrouvera pas modifié. Mon set sera différent de celui que j’utilise aux US car les salles seront plus petites mais qu’importe, cela restera cool !