Après le nouvel album de leurs petits camarades de jeu d’Immolation en début d’année, place aux autres vétérans américains du Death Metal blasphématoire et ténébreux : Incantation. Si Dirges Of Elysium nous faisait errer dans les Enfers tels des damnés, leur onzième méfait, Profane Nexus, s’avère tout aussi oppressant et réussi que lors des débuts du groupe en Pennsylvanie il y a presque trente ans…

[Entretien avec John McEntee (guitare/chant) et Chuck Sherwood (basse)
par Seigneur Fred – Photo : DR]

Incantation_Scott-Kinkade-2017-2

Votre précédent album, Dirges Of Elysium, fut le dernier disque publié chez Listenable Records en 2014. Pourquoi avoir stoppé cette collaboration et quel bilan dressez-vous des années passées sur ce label français depuis l’album Decimate Christendom (2004) ?
Chuck : il y a eu des circonstances indépendantes de notre volonté, nous forçant à quitter ce label. Personnellement, je ne peux pas trop parler de cette période, étant arrivé sur l’album Vanquish In Vengeance malheureusement bien après le décès de Joe Lombard (R.I.P.) en 2012. Mais maintenant que l’on se retrouve de nouveau réunis avec Relapse Rec., les choses sont excellentes ! De la communication en passant par leurs efforts extrêmes pour nous aider à fournir le meilleur produit, c’est quelque chose que nous apprécions beaucoup et nous envisageons de grandes choses avec eux…

En effet, vous êtes de retour avec Profane Nexus sur le label qui vous a vus naître et a cru alors en vous. C’était en 1992 et votre premier disque s’appelait Onward To Golgotha. Dans quel état d’esprit êtes-vous aujourd’hui ? Vous sentez-vous aussi excités qu’à vos débuts ?
John : nous sommes ravis de travailler de nouveau avec Relapse. Après avoir passé si longtemps ailleurs, nous avons pu conclure un accord qui profite à la fois à nos intérêts et à eux. C’est génial de rebosser avec eux, et j’espère bien continuer ainsi encore longtemps.

Une nouvelle fois, le mixage ainsi que le mastering du nouvel album ont été confiés au maître suédois Dan Swanö comme sur Vanquish In Vengeance et Dirges of Elysium. Pensez-vous avoir trouvé véritablement la personne idéale avec la formule magique pour le son d’Incantation en studio ?
Chuck : sans aucun doute, mec ! Dan est un ingénieur du son impressionnant et hors-pair, sa réputation le précède d’ailleurs pour de bonnes raisons. Les trois derniers disques avec lui bénéficient de son expertise et ont démontré que non seulement que ce n’est pas si facile que ça de travailler avec lui, mais il se donne à fond avec nous pour trouver le meilleur son de nos performances en studio. Profane Nexus ne fait pas exception. Nous sommes donc très satisfaits du résultat.

Incantation_Scott-Kinkade-2017-1

Votre guitariste Alex Bouks a rejoint Immolation depuis l’an dernier. Pourquoi a-t-il quitté le groupe après la sortie de Dirges Of Elysium en 2014 ? Et qui est son remplaçant ?
John : Justement, je l’ai vu pas plus tard que la nuit dernière avec Immolation ! Ils étaient en train de filmer un nouveau clip vidéo pour une prochaine sortie. Nous sommes toujours très bons amis, tu sais. Son successeur s’appelle Sonny Lombardozzi dont les talents de guitariste soliste pouvaient déjà être entendus sur Dirges Of Elysium en tant qu’invité, et à présent sur Profane Nexus.

Est-ce qu’Alex Bouks a écrit tout de même quelques-unes des nouvelles chansons sur ce nouvel album durant les sessions de votre précédent album peut-être ou bien des idées avant son départ, car vous m’aviez dit en 2014 avoir déjà du nouveau matériel de prêt pour l’album suivant et aviez juste besoin de plus de temps pour jammer ensemble entre vous et enregistrer les nouveaux morceaux après votre tournée ?
John : Non, en fait on a tous été exténués à notre retour finalement à cause de tous les efforts et l’énergie que la sortie de notre précédent album a demandé. Les chansons qui figurent sur notre nouveau disque Profane Nexus ont seulement été composées par le line-up actuel d’Incantation.

À l’instar de vos amis d’Immolation, l’atmosphère sur vos albums, et notamment sur Profane Nexus, est une nouvelle fois très sombre et oppressante. Et cette ambiance constitue l’une des principales caractéristiques du son d’Incantation. Où et comment trouvez-vous encore cette inspiration afin d’exprimer ce sentiment si unique et malsain ?
John : Les aspects musicaux et lyriques de nos albums sont soit un débouché, le résultat en quelque sorte, ou bien le moyen d’exprimer ce côté malsain comme tu dis. Je pense que sans ça, nos vies souffriraient probablement sans avoir Incantation comme moyen d’exprimer tout cela. Du coup, il en résulte quelque chose d’incroyable et inspirant, ça c’est sûr !

Incantation_Scott-Kinkade-2017-3

Comme d’habitude, vos influences Doom et Dark Metal sont toujours très présentes sur ce nouvel album Profane Nexus, et vous aimez justement jouer sur le contraste et le dynamisme entre les différentes chansons, comme par exemple sur « Incorporeal Despair », qui est sans aucun doute la chanson d’Incantation la chanson la plus lente que vous ayez composé jusqu’à présent, suivie du titre « Xipe Totec » qui lui est très speed. Est-ce que cela a été difficile sur Profane Nexus de trouver le bon séquencement de l’album à partir des différentes chansons dans le but de créer le meilleur track-listing possible et arriver à ce contraste dans une atmosphère générale très lugubre ?
John : « Incorporeal Despair » est de loin le morceau le plus inhabituel de l’album, avec ses parties de guitares claires et ses chœurs, et sa basse afin d’ajouter une certaine dynamique de vide. Tandis que « Xipe Totec » est brut et écrasant, très rentre-dedans, les sujets abordés sur cette chanson correspondant merveilleusement bien avec la vitesse et la nature agressive auxquelles on a tous contribué sur nos parties. En moins d’une minute, nous espérons violer tous les sens de l’Homme. Bien que j’apprécie les commentaires sur ces contrastes rythmiques et dans les atmosphères, ce n’a jamais été l’intention de départ, c’est venu naturellement mais la manière dont le résultat sonne est tout bonnement impressionnant, et emportera chacun des auditeurs de l’album dans un voyage sans retour à travers ce Profane Nexus, façon de parler.

La toute dernière chanson intitulée « Ancients Arise » est également très intéressante et pourrait parfaitement résumer à elle seule ce que représente Incantation musicalement parlant. Mais à propos des paroles, de quoi traite cette chanson au juste ?
John : Je crois que nous avons tous pensé que ce morceau serait totalement approprié en guise de clôture de l’album au moment de la création du disque. J’adore comment c’est construit et ça s’accumule. Lyriquement parlant, euh… Alors dans l’épopée sumérienne de la création, Tiamat a confié les fabuleuses « Tables du Destin » à Kingu (NDLR : dieu de la mythologie babylonienne et époux de Tiamat). Pour faire court, plus tard, après que Marduk (NDLR : plus grande divinité babylonienne et dieu agraire et de la sagesse) les tue tous les deux, ce dernier crée les êtres humains à partir du sang de Kingu. Alors s’il y avait probablement des adeptes des Anciens dans les régions bédouines, les hommes rétablirent (ou bien ont été relevés par les dieux eux-mêmes) ces tables pour renverser l’ordre établi et revenir au monde comme il l’était durant le règle de la déesse Tiamat, dans le chaos…

Enfin, pour conclure, quel est votre avis sur la réédition en vinyle du Tribute To The Goat, votre album live (enregistré en fait en studio en 1997) qui comprenait votre démo de 1990 et qui a été publié sur le label français Season Of Mist en décembre 2016 ? Avez-vous donné votre accord sur cette réédition ?
John : Cette sortie était déjà en cours d’ouvrage quand nous avons été informés de sa sortie. Heureusement, nous avons pu apporter tout de même notre contribution à cette réédition. Mais comme la plupart des gens le savent sans doute, ce n’est pas une publication pour laquelle nous sommes très satisfaits. Apparemment, les gens semblent l’apprécier, alors tant mieux et merci.

INCANTATION
Retour d’outre-tombe

Fermer le menu