Judas Priest : déluge de metal sur Paris

Ambiance cuir clouté au Zenith pour le retour des Judas Priest venus défendre leur dernier opus Fireworks sorti l’année dernière.

[Photo et texte, François Capdeville]

Ça démarre fort avec ce titre taillé pour devenir un nouvel hymne heavy metal Firepower et qui met le public d’accord : un riff accrocheur et un solo acrobatique du charismatique guitariste Richie Faulkner.

Rob nous gratine de tous les titres majeurs du combo de légende, avec en bonus, un certain Killing Machine qui n’avait pas été joué en live depuis 1978. Les fans de Judas ont dû se faire bien plaisir.

Mention spéciale pour les capacités vocales de Rob, 67 balais, qui nous fait l’honneur de rapides vocalises a capella et qui rappelle au profane qu’il sait être un chanteur de talent.

On aura évidemment le droit à une entrée en Harley sur Freewheel Burning. Le combo fonctionne à merveille avec un Richie Faulkner flamboyant. On regrettera l’attitude en retrait du bassiste Ian Hill, unique membre originel du groupe depuis le départ de l’autre guitariste Glenn Tipton.

Bref, Judas Priest défend sur scène un show bien huilé. Judas Priest, Gods of Metal, est Incontournable !

Concert du 27/01/2019 au Zénith de Paris.

JP1 JP2 JP4 JP5 JP8 JP10 JP11 jp14 JP16 JP17 JP18 JP19 jp21 JP24 JP25 JP28

Playlist : 

Firepower
Running Wild
Grinder
Sinner
The Ripper
Lightning Strike
Desert Plains
No Surrender
Turbo Lover
Killing Machine (first live performance since November 24, 1978)
The Green Manalishi
Night Comes Down
Guardians
Rising From Ruins
Freewheel BurningYou’ve Got Another Thing Comin’
Hell Bent for Leather
Painkiller
The Hellion
Electric Eye
Metal Gods
Breaking the Law
Living After Midnight