KVELERTAK @ Trabendo, Paris (03.03.20)

LIVE REPORT par JULIEN MEUROT
PHOTOS par FRANÇOIS CAPDEVILLE

Vous le savez, Kvelertak est en couverture de notre numéro 91 et il était tout naturel que nous allions les voir lors de cette tournée. Car plus d’une fois depuis l’arrivée du fantasque Ivar Nikolaisen, nous avons été un peu frustré par la longueur du set. En effet, que ce soit au Hellfest ou en première partie de Mastodon, il nous en fallait plus.

C’est donc en ce mardi 3 mars que les Norvégiens reviennent enfin à Paris avec l’envie d’en découdre. Ivar nous le confira alors qu’il reçoit son Metal Obs’, il est chaud comme la braise ayant eu un jour off la veille. Ça tombe bien, la salle est pleine à craquer !!!
Nous ne pourrons malheureusement pas dire grand-chose de Blood Command pour la simple et bonne raison que nous sommes arrivés trop tard, mais en revanche, les Grecs de Planet Of Zeus ont fait un travail remarquable. Il faut dire qu’avec 20 aux compteurs, le métier est là. Déjà à son avantage lors de son passage avec Clutch, le groupe réitère ce soir avec son rock bien énervé. Même si il est en décalage avec le style de Kvelertak (qui ne le serait pas de toute façon), la sauce prend rapidement et le public est bien chaud. Ça chante les titres les plus connus, ça commence à sautiller gentiment, la température monte bref il est temps de se jeter une dernière bière avant le grand show.



Il est donc temps pour les amis des hiboux de monter sur scène. Cachés par un grand rideau blanc, le son de « Rogaland » monte progressivement et on sent bien que la salle n’attend plus que le premier hurlement d’Ivar pour se déchaîner. Le rideau tombe et la guerre est lancée. C’est un véritable florilège de décibel qui s’abat sur nous. Le son toujours bien balancé entre les trois guitares et la basse rondouillarde de Marvin Nygaard (qui a retrouvé sa houppette).



Le nouveau venu derrière les fûts, Håvard Takle Ohr, possède un jeu qui fait colle parfaitement au style de Kvelertak et il matraque comme un fou son kit. Les titres s’enchaînent sans véritable pause. Pour autant la communion entre Ivar et son public est totale. Ce dernier ne se ménage pas et démultiplie les « stage diving » pour le plus grand plaisir des photographes.



Tournée Splid oblige, le nouveau rejeton est très largement mis en avant avec pas moins de sept titres joués ce soir. Test live réussi avec une mention toute particulière pour notre titre préféré de l’album « Necrosoft » décoché en quatrième position et qui met la salle à terre. Aussi à l’aise sur les vieux titres, le nouveau frontman fait réellement parler la poudre en mettant ses tripes sur les classiques du groupe. Ainsi « 1985 » ou encore « Mjød » sont repris a gorgés par les fans. Voyant qu’Ivar s’amuse bien dans le pit, ses compères font de même et c’est un défilé de slams qui voit Kvelertak et la salle ne faire qu’un.
Petite pause blague « Coronavirus » avant de repartir de plus belle pour un show d’une rare intensité. Le temps passe tellement vite que nous sommes déjà rendu au rappel. C’est le classique de chez classique, l’éponyme « Kvelertak » qui conclut la soirée à gorge déployée. Le temps pour son frontman de s’essorer le t-shirt dans la bouche et il est déjà temps de rentrer. Rincés mais heureux, nos six valeureux Norvégiens viennent au contact de leurs fans pour photos et dédicaces.

Une grande leçon de rock’n roll ce soir au Trabendo !!!!!

Setlist Kvelertak
Rogaland
Crack of Doom
Bruane Brenn
Necrosoft
Discord
Nekroskop
1985
Stevnemøte med Satan
Evig Vandrar
Ulvetid
Blodtørst
Berserkr
Mjød
Bråtebrann
Encore:
Fanden ta dette hull!
Kvelertak