Si le nom de Luna’s Call évoque un synonyme de Moonspell, et musicalement l’influence majeure d’Opeth, ce serait pourtant une hérésie de cantonner le death metal progressif de ces quatre talentueux musiciens anglais. Leur second album Void, réédité cette année, regorge en effet d’excellents moments et de surprises musicales et lyriques car dans la tête de son auteur-compositeur, ça bouillonne… [Entretien avec Neil Purdy, guitares et chant, par Seigneur Fred – Photos : DR]

Vous venez de Lincoln en Angleterre. Comment et quand le groupe Luna’s Call a-t-il été lancé exactement ? Pourriez-vous résumer rapidement votre histoire car on vous découvre véritablement avec cette réédition de votre second album Void sur Listenable Rec. en fin de compte ?!
Luna’s Call a commencé comme un projet solo à l’université et pendant les vacances d’été, j’ai écrit et enregistré Divinity. J’étais intéressé à utiliser différents musiciens pour enregistrer la basse et la batterie (la batterie d’autant plus que j’avais utilisé des batteries programmées) alors j’ai demandé à mes colocataires de l’époque, Brad et James, et ils ont accepté d’enregistrer leurs parties. Une fois l’album terminé, nous l’avons mis en ligne et avons créé un petit lot de marchandises. À partir de là, nous avons joué sporadiquement pendant quelques années et avons commencé à gagner une petite base de fans. Une fois que Liam a rejoint le groupe, nous étions motivés à jouer davantage et à commencer à écrire du nouveau matériel. Liam jouait avec un autre groupe lors d’un concert où nous jouions également et après l’avoir rencontré, nous avons immédiatement su que nous devions le faire entrer dans Luna’s Call. En 2018, nous avons joué au festival Metal 2 the Masses de Bloodstock et bien que nous n’ayons pas gagné notre région, nous avions suffisamment impressionné visiblement les juges pour avoir l’opportunité de participer à Bloodstock cette année-là. Le producteur légendaire Russ Russell nous a contactés après l’édition du Bloodstock et nous a demandé si nous voulions enregistrer un EP avec lui. Comme nous venions de terminer l’enregistrement de notre nouvel album, Void, nous lui avons demandé s’il aimerait à la place mixer et masteriser carrément nos nouvelles chansons. Void a été auto-publié le 28 août 2020 et nous avons été submergés par les commentaires positifs reçus en retour. Notre fanbase a grandi et on nous a récemment demandé de revenir au Bloodstock Festival pour la deuxième fois, mais cette fois sur la scène Sophie Lancaster ! Au début de cette année Listenable Records est entré en contact avec nous et nous a demandé si nous aimerions travailler ensemble pour rééditer Void, ce à quoi nous avons bien sûr accepté. (sourires)

Pourquoi ce choix du nom « Luna’s Call » pour le groupe qui peut aussi évoquer le célèbre groupe portugais Moonspell qui en est son synonyme ? (sourires)
Au début du processus d’écriture de Divinity (NDRL : leur premier album), j’ai décidé de nommer le projet Luna’s Call. Cela s’est produit lors de l’écriture du concept général du premier album. À l’origine, il y avait un concept différent pour la Divinité qui impliquait la voix de la lune… Cela ne s’est jamais concrétisé mais le nom du groupe est resté du coup !

Ainsi, vos deux premiers albums studio sont sortis en autoproduction et Void est votre deuxième album que Listenable Rec. réédite donc maintenant. Ne pensez-vous pas que vous pouvez perdre votre liberté artistique en signant sur un label maintenant ? Ça pourrait être un risque d’être commercialisé et défini uniquement comme groupe de Death Metal progressif par exemple et d’être collé comme ça toute sa vie à cette étiquette avec le devoir d’obéir à l’ambition artistique d’un label ? (Je te provoque un peu ici, bien sûr, et je connais Listenable Records, mais dans le passé, beaucoup de labels ont souvent forcé les groupes et les artistes à produire ce que le label demandait…)
Nous avons tous entendu ce genre d’histoires d’horreur sur des groupes obligés de se plier aux exigences du label et de renoncer à leur liberté artistique. Je suis sûr que ce risque est quelque chose qui passe par l’esprit de chaque musicien lorsqu’il signe pour la première fois sur un label. Cependant, l’une des principales raisons pour lesquelles nous avons été attirés par le contact initial avec Listenable Records était la variété des groupes sur leur liste, passés et présents, et les chemins que ces groupes ont empruntés. Nous avons été signés sur ce label avec la pleine conscience que nous sommes un groupe de  « progressif ». De par la nature même de ce terme, il devrait être évident que nous ne cherchons pas à nous répéter et à sortir le même album maintes et maintes fois.

Votre musique respire beaucoup d’influences et votre deuxième album intitulé Void est un échantillon de cette richesse… Comment pourriez-vous résumer vos influences musicales (et d’autres types d’influences culturelles bien sûr) par vos propres mots selon toi ?
Nous écoutons tous un large éventail de genres et je pense que cela se ressent dans la musique. Pas seulement mon écriture en particulier, mais le jeu de chaque membre. Si j’avais initialement écrit une partie de batterie de démonstration pour l’une des chansons, James aurait peut-être entendu ou ressenti quelque chose de différent en ce qui concerne l’enregistrement. Ces inclusions de nos inspirations individuelles aident les chansons à devenir beaucoup plus originales. En ce qui concerne mes inspirations personnelles pour l’écriture de chansons pour Void, évidemment des groupes comme Rush ont joué un rôle énorme, en particulier leur album A Farewell to Kings. Cependant, beaucoup de compositeurs modernes, de bandes sonores de films et de jeux ont été une grande inspiration et quelque chose que j’écoute encore régulièrement. Des compositeurs tels que John Williams et Ennio Morricone font depuis longtemps partie de mes favoris et sont essentiels à mon écriture. La bande originale de Goblin pour Suspiria et la musique de The Last of Us par Gustavo Santaolalla ont été très influentes pour Void.

Pour être honnête avec vous, j’ai pensé immédiatement au travail d’Opeth en écoutant votre musique sur Void… mais pas seulement, et ce serait une erreur de réduire la musique de Luna’s Call à cela. Que répondez-vous généralement lorsque nous comparons l’appel de Luna à Opeth par exemple ?
De toute évidence, c’est un énorme compliment à comparer aux géants du métal progressif que sont Opeth, cependant, nous n’entendons pas autant de similitudes que d’autres. Oui, nous avons de longues chansons qui contiennent un mélange de styles, mais la plupart des groupes de death metal progressif le font de nos jours. Notre dernier album, Void, tire plus de similitudes avec un groupe comme Between the Buried and Me et nos riffs en général sont beaucoup plus inspirés par des groupes de death metal technique tels que Necrophagist et Decapitated. Je pense que les gens qui aiment écouter Opeth nous aimeront aussi, mais cela ne signifie pas nécessairement que nous sonnons de la même manière.

Maintenant, pourriez-vous présenter le concept de l’album Void qui peut être une réflexion sur notre monde, notre planète Terre, par vous-même à travers le (s) dieu (s) comme le personnage que nous pouvons voir en haut de votre pochette qui domine la Terre ?
L’homme sur la couverture représente en fait un soleil mourant qui est référencé dans notre chanson « Solar Immolation » mais votre interprétation est incroyable. Nous voulions une pochette d’album que les gens pourraient interpréter de différentes manières, ce qui est agréable à entendre. Comme les morceaux de l’album sont des histoires courtes et non un album conceptuel complet, nous voulions inclure différents éléments de ces histoires sur la couverture. Beaucoup de gens n’ont pas encore repéré la navette qui vole dans le vide sur l’artwork. Nous sommes extrêmement chanceux d’avoir mon frère, Ian Purdy, comme graphiste, car je suis capable de faire des allers-retours entre les idées et décisions et je peux pinailler sans cesse avec lui ! Avec Void, je savais que je voulais que la pochette de l’album soit beaucoup plus colorée et vibrante pour vraiment refléter les chansons de l’album. Je voulais aussi qu’il soit accrocheur, qu’il se démarque et qu’il ait fière allure sur un t-shirt.

Void est-il aussi un album philosophique et écologique alors peut-être ? Pourriez-vous vous sentir fermé à un groupe de Metal comme Gojira que nous avons en France et essayer de parler des problèmes écologiques sur Terre ? (sourires)
Void n’a jamais été conçu pour être écrit philosophiquement ou pour exprimer nos opinions sur les problèmes écologiques de notre planète. Il y a certainement des passages dans mes paroles qui touchent à ce sujet, mais l’album dans son ensemble n’a pas été inspiré par cela. Les paroles incluent à la fois l’admiration et le mépris de l’humanité, la beauté que nous pouvons apporter à la terre mais aussi la destruction et l’insouciance. Je ne crois pas être en mesure d’écrire sur les questions écologiques de manière aussi approfondie de peur d’être hypocrite ou de paraître « plus saint que toi » ou « meilleur que les autres »…

Doit-on considérer cette réédition de Void comme un voyage musical, comme une odyssée spatiale, ou plus exactement une odyssée terrestre pour faire un bilan ou un bilan sur la planète Terre maintenant ?
Absolument, nous voulions que Void soit un voyage musical. L’album a été écrit pour une sortie en vinyle et cela nous a aidés à planifier le tracklisting et le flux général des chansons de l’album. Encore une fois, j’adore ton interprétation ! Nous voulions exprès une ambiguïté dans les paroles afin que les auditeurs puissent tirer leurs propres conclusions. Comme répondu à la question précédente, nous faisons référence à la destruction planétaire dans les paroles, mais elles ont été écrites en se concentrant sur différents aspects de la race humaine – en particulier en ce qui concerne la vie et la mort. J’ai eu l’idée d’observer différents types de moments qui changent la vie d’un point de vue extérieur.

Je pense que vous utilisez beaucoup de sons étranges et de machines bien connues dans la musique Rock Progressif et AOR comme les claviers, de l’orgue Hammond peut-être parfois, des synthétiseurs, des ordinateurs, un mellotron peut-être aussi ?, un theremin ? Le parfait exemple de tout cela serait sur le long morceau typiquement progressif intitulé « Solar Immolation ». Vous n’avez pas peur de perdre par endroit les auditeurs qui écouteraient votre album Void ?
Dans la période entre nos deux albums Divinity et Void, mon amour pour le Rock progressif a grandi et je savais que je voulais vraiment utiliser plus de claviers dans les chansons. J’adore la liberté artistique dont je dispose en matière d’écriture et le fait que je suis capable d’écrire de la musique sans trop de frontières. En incorporant différentes instrumentations et en ajoutant des couches dans les chansons, cela rend l’écriture de chansons beaucoup plus excitante et intéressante. Évidemment, nous sommes conscients que certaines parties de cet album ne plairaient pas au grand public, en particulier à ceux qui ne sont pas familiers avec le métal progressif. En fin de compte, nous faisons de la musique que nous aimerions écouter. Si nous estimions qu’une section spécifique ne fonctionnait pas au service de la chanson, nous ne l’inclurions pas.

Avant de conclure, avez-vous regardé l’actualité des rovers Curiosity and Perseverance à la télévision et sur Internet lorsqu’ils ont atterri sur la planète Mars en février 2021 ? Êtes-vous intéressé par cela et êtes-vous curieux de connaître les innovations et les explorations spatiales dans l’espoir d’essayer des gens ou quelques personnes de la Terre comme dans le film Interstellar ou pensez-vous que c’est beaucoup d’argent pour rien alors que les gens meurent de covid-19 et ou mourir de faim dans nos sociétés modernes et pas seulement ailleurs sur terre (Europe et pas seulement Afrique, etc.) ?
J’ai suivi l’actualité spatiale de Perseverance, oui. J’étais et je suis toujours extrêmement excité de voir quelles nouvelles informations cela apporterait. Bien sûr, il y a une partie de moi qui croit que l’argent devrait être dépensé plus judicieusement quand il y a tant de souffrances dans le monde. Nous devons absolument essayer tout ce que nous pouvons pour abolir des problèmes tels que la maladie, la famine et la pauvreté. Cependant, alors que l’exploration spatiale coûte une somme d’argent insondable, je ne pense pas que l’argent dépensé pour cela soit la raison pour laquelle ces problèmes sont encore abondants. Malheureusement, il devient de plus en plus évident que la durabilité future de la Terre semble sombre et que les dommages que nous avons déjà causés sont irréversibles. La science et l’exploration spatiale sont une nécessité qui nous donne de l’espoir et une idée de ce que pourrait être l’avenir des êtres humains.

Quels sont vos objectifs et vos ambitions avec cette réédition du deuxième album Void sur Listenable Records maintenant et quels sont les projets pour Luna’s Call cette année et celle à venir ?
Les objectifs et les ambitions seraient de se produire dans plus de festivals à travers le Royaume-Uni et nous serions ravis d’avoir l’opportunité de rejoindre un groupe ou un artiste lors d’une tournée au Royaume-Uni. Comme mentionné précédemment, nous présentons le festival Bloodstock cette année et nous sommes impatients d’annoncer des spectacles plus tard dans l’année. Nous avons également une reprise intéressante d’une chanson sur laquelle nous travaillons actuellement et que nous sommes vraiment ravis de publier en ligne. Nous sommes incroyablement fiers du chemin parcouru par la sortie autoproduite du groupe et nous sommes ravis de voir jusqu’où nous pouvons aller avec l’aide de Listenable Records à présent. Cette réédition nous donne également l’occasion de participer à des interviews, ce qui est formidable ! (rires) On espère enfin jouer autant que possible dans les prochains mois afin de pouvoir présenter nos chansons de Void. Ensuite, nous travaillerons sur l’album n ° 3 ! (sourires)

CHRONIQUE ALBUM

LUNA’S CALL
Void
Death metal prog’
Listenable Rec.

Attachez votre ceinture, attention au décollage ! Envolez-vous pour cette seconde odyssée musicale et spatiale de, non pas Space X, mais Luna’s Call ! Véritables nouveaux génies du Metal progressif anglais un peu trop vite catalogués d’obédience opethienne, ils se révèlent totalement sur Void, un album loin d’être vide dont Listenable Rec. a eu le nez fin de le rééditer après leur découverte au festival Bloodstock par un certain Russ Russell (Insidious Disease, Napalm Death, Dimmu Borgir…). Puisant davantage ses influences dans le death metal tech (« Signs ») que le rock prog’ pur à Papa à la Rush (l’énorme « Solar Immolation »), Neil Purdy (à la barbichette très opethienne là-encore) démontre une maîtrise instrumentale folle et un potentiel créatif sans limite tout au long des huit morceaux à tiroir de Void. Mikael Åkerfeldt ayant délaissé le death metal sur disque, Luna’s Call a peut-être une carte à jouer, et ce, dès à présent. [Seigneur Fred]