Magic-Kingdom-cover

Avec quinze années au compteur de Magic Kingdom, notre curiosité se trouve nécessairement piquée au vif : comment se fait-il que nous n’ayons pas outre mesure porté notre attention sur ce groupe ? Un petit débrief’ s’impose. L’album démarre sur un prélude intitulé In Umbra Mea (« dans mon ombre », pour les non-latinistes), c’est sympa, c’est mélodique, ça plante bien le décor.

Néanmoins les quelques temps forts de « Savage Requiem » iront sans concession à Rivals Forever, qui se trouve être relativement plus incisif et agressif, débutant sur un super solo de la mort. Ship Of Ghost, évidemment pour la partie Hymne à la joie de Beethoven, superbement exécutée, mais aussi Full Moon Sacrifice un brin plus lourd et progressif.

Cependant, trouver un bon groupe de power metal, c’est un peu la croix et la bannière au vu de la prolifération du genre. Nous sommes en présence d’un album qui n’a pas à rougir parmi le large panel proposé, mais peut-être manque-t-il encore une potion, une herbe magique à ajouter au chaudron « Magic Kingdom ». En une ligne : une bonne recette pour les aficionados du genre mais qui devrait peiner davantage à conquérir un public moins averti.

MAGIC KINGDOM
Savage Requiem

Fermer le menu