Si Legions Of The North, le précédent opus des Suédois de Månegarm, avait connu son petit succès en 2013 sur la scène Pagan/Folk Metal, tous les fans du combo suédois ne l’apprécièrent cependant pas du fait de son caractère plus mélodique et commercial… À l’occasion du vingtième anniversaire du groupe originaire de Norrtälje (au nord-est de Stockholm), nos Vikings nous offrent une huitième offrande sobrement intitulée Månegarm, inspirée et très réussie, poursuivant son propre chemin vers le Valhalla avec une véritable sensibilité artistique Folk assumée.

[Entretien avec Erik Jurken Grawsiö (basse/chant)
par Seigneur Fred – Photo : DR]

MANEGARM Promotion_grupp4

Votre précédent album Legions Of The North avait rencontré un joli succès dans la presse et auprès des fans en 2013. Penses-tu que le fait d’avoir mis cette fois-là un titre d’album en anglais et d’avoir utilisé la langue de Shakespeare sur certaines chansons vous a aidé, d’une certaine manière, à obtenir davantage de succès ?

Oui, Legions Of The North a obtenu de bonnes critiques et nous avons été très satisfaits de cet album. Toutes les paroles furent écrites en anglais, excepté une chanson, ce qui est plutôt rare pour Månegarm car nous chantons habituellement en suédois. Peu importe, il y a tant de gens qui parlent et comprennent l’anglais alors je crois que ça nous a aidé à diffuser notre musique auprès de plus de personnes. À côté de ça, je pense qu’il s’agit d’un album avec beaucoup de belles chansons. Elles sont puissantes et mélodiques, et possèdent toutes pour la plupart de solides refrains, et j’espère que les auditeurs ont remarqué cela.

Et ne crois-tu pas que votre nouvelle collaboration avec le label Napalm Records vous a donné un sérieux coup de pouce après tous ces problèmes rencontrés avec Regain Records suite à sa faillite en 2011 ? Êtes-vous satisfaits justement de ce nouveau contrat discographique ?

Regain Records fut un désastre total, et nous n’avons jamais rien gagné ni obtenu quelque chose de ce deal. Napalm Records est un label solide et très bon, et notre collaboration est très bonne aussi ! (rires) Je suis persuadé également que ce nouveau contrat nous a aidés aussi.

MANEGARM photo 1

Musicalement, depuis vos tous débuts comme sur l’album Havets Varga, et aussi sur Nattväsen, vous jouiez une musique plus orientée Black/Pagan Metal mais à présent votre répertoire a évolué vers quelque chose de plus mélodique et typiquement folklorique avec une approche plus douce et émotionnelle. Est-ce venu naturellement cette tendance au sein du groupe ? Comment cette évolution musicale est-elle apparue ?

Quand nous avons démarré le groupe et particulièrement sur les deux premiers albums, nous jouions en effet une musique bien plus orientée Black Metal, mais avec notre troisième album Dödsfärd, nous avons ralenti un peu les choses notamment le rythme, et les chansons sont alors devenues plus mélodiques et influencée par le Folk, avec davantage d’accent sur l’instrument du violon et des arrangements plus travaillés sur l’ensemble. À partir de là, nous avons juste développé notre style et notre musique vers ce que tu peux entendre aujourd’hui. Cependant, tout est venu naturellement à vrai dire. Nous jouons la musique que nous aimons et on enregistre les chansons dont nous sommes entièrement satisfaits, voilà tout. C’est une chanson rapide parfois, dure et directe, lente ou bien atmosphérique, peu importe. Une bonne chanson reste une bonne chanson ! (rires)

Depuis 2010, tu as changé d’instrument, passant de la batterie à la basse tout en continuant d’assurer le chant. Vous avez d’ailleurs un nouveau batteur à présent nommé Jacob Hallegren. Avez-vous modifié votre façon de composer et d’écrire depuis cette date et tout spécialement au cours du processus d’écriture de ce nouvel album Månegarm ?

C’est essentiellement moi et Jonas (NDLR : Jonas Almquist (alias « Rune »)/guitare) qui écrivons la musique, et le processus de composition n’a pas changé spécialement du fait de passer de la batterie à la basse, non.

MANEGARM Promotion_grupp7

Selon toi, quelles sont les principales influences et différences entre votre précédent album Legions Of The North et cet album éponyme ?

Nos influences demeurent les mêmes, je pense, mais Legions Of The North était un album plus simple et rentre-dedans néanmoins, il possédait des morceaux plus rapides mais aussi peut-être plus sombres. Avec ce nouvel album Månegarm, nous voulions montrer beaucoup plus nos différents styles, Presque comme un résumé de notre carrière entière, et c’est ce qui fait que l’album est relativement varié.

« Blodörn », le premier morceau de ce nouvel album, est très long (+ 7 mn) comme introduction au disque. N’avez-vous pas peur d’effrayer certains fans impatients avec cette chanson placée en ouverture ? (rires)

Non, pas du tout ! Si certaines personnes n’ont pas le temps d’écouter au moins les premières minutes ou bien les toutes premières chansons ouvrant l’album, ils ne devraient pas alors écouter du tout Månegarm ! (rires) Personnellement, je pense que c’est une superbe chanson pour débuter l’album et ça sonne très bien comme du Månegarm selon moi. Elle possède une douce introduction et ensuite elle s’oriente vers une chanson plus suggestive, contrastée et atmosphérique.

Vos instruments folkloriques (violon, guitare acoustique, guimbarde, etc.) sont très bien et subtilement intégrés à votre musique, même dans les passages les plus Métal comme par exemple sur la chanson « Bärsärkarna Från Svitjod ». Comment travaillez-vous en studio avec tous ces instruments traditionnels ? Avez-vous recours à une aide extérieure (musiciens de session issus de la scène Folk ou bien à des conseils de personnes n’appartenant pas à la scène Métal) ?

C’est moi et Jakob (NDLR : Jacob Hallegren) qui jouons de la batterie sur les chansons acoustiques et c’est moi qui joue de la guitare acoustique (en plus de la basse et du chant). Ensuite, nous bénéficions de la grande contribution de Martin Björklund au violon, et de notre ami John Gullmarstam à la contrebasse sur le titre « Blot ». C’est lui qui joue aussi de la guimbarde sur le morceau dont tu parles « Bärsärkarna Från Svitjod ». Sinon, nous composons toutes ces chansons nous-mêmes, et je ne suis point un musicien de Folk ! (rires) Disons que c’est notre interprétation de la musique Folk… C’est le « Månegarm Folk » ! (sourires)

Qui est la chanteuse à la voix magnifique qui apparaît sur certaines nouvelles chansons (« Vigverk – Del II », « Allfader »…) ? Est-ce la même chanteuse qui officiait déjà sur vos premiers albums tels que Havets Vargar… ?

Sur ce nouvel album, il s’agit de ma vieille amie Ellinor Videfors. Et oui, elle a vraiment une très belle voix ! Mais sur les anciens albums, il s’agissait alors d’Umer Mossige Norheim qui chantait.

Vous semblez accorder beaucoup de soin et d’attention aux chœurs (à la fois masculins et féminins). Cela apporte beaucoup de douceur et de caractère aux parties Folk de votre musique. Cela ne risque-t-il pas d’être un problème en live sur scène lors de l’interprétation de ces passages en termes de rendu et d’atmosphère ?

Oui, nous avons beaucoup travaillé sur les arrangements vocaux et tous les chœurs en studio sur cet album, et je pense que le résultat est vraiment beau. Sur scène, c’est moi qui chante et Markus, mais aussi parfois Jonas, qui assurent les chœurs et chants additionnels. Et comme tous les autres groupes en général, nous utilisons des samples de chants pour certaines chansons, nous avons donc pas mal d’aide de ce côté-là, n’aie crainte ! (rires) Pour interpréter tout en live sans « backtrack » ni enregistrement, nous aurions besoin d’être au moins huit ou dix personnes à jouer et chanter sur scène ! (sourires) Après tout dépend des morceaux à vrai dire…

Sur l’édition limitée de votre nouvel album Månegarm, figurent deux autres chansons en bonus que nous n’avons malheureusement pas pu écouter sur la version promotionnelle : « Månljus » et une reprise de Bathory « Mother Earth Father Thunder ». Quelques mots sur le choix de ces deux chansons supplémentaires pour les fans ?

« Månljus » est la toute première chanson de Månegarm que Jonas composa en 1995 quand nous démarrions alors le groupe. On l’a simplement rejouée dans notre local de répétition et on ne l’avait jamais enregistrée jusqu’à présent. Ce nouvel album étant comme un album anniversaire pour les vingt ans du groupe, alors on a pensé qu’il s’agirait d’une idée plutôt cool d’enregistrer cette vieille chanson et de la faire figurer dessus. Quant à « Mother Earth Father Thunder », c’est une grande chanson de Bathory. On voulait offrir quelque chose de plus sur cet album, or on voulait enregistrer une reprise… mais une reprise pas encore faite jusqu’à maintenant ! Je suis venu à penser à cette chanson dont je me suis dit qu’elle pourrait très bien faire l’objet d’une belle reprise avec la vraie « touche Månegarm » ! La sœur de Quorton, Jennie Tebler, est une ancienne collègue à moi et elle nous a aidés dessus en nous donnant un coup de main au niveau de la voix. Mats et Ragnar du groupe Ereb Altor y ont fait de superbes arrangements au niveau des chœurs et enfin, Alan Averill « Nemtheanga » de Primordial chante sur le dernier refrain.

J’ai toujours pensé et j’en conclus que tu es fan de Bathory comme nous tous… Cependant la période la plus épique et folklorique de Bathory se situe dans les années 90 avec les albums cultes tels que Hammerheart et Blood On Ice alors que cette chanson « Mother Earth Father Thunder » est tirée de l’album Nordland I paru à la fin de la carrière en 2002… Quelques mots sur tes influences de Bathory et l’héritage de Quorthon ? As-tu eu l’occasion de le rencontrer personnellement en Suède avant sa disparition en 2004 ?

Bathory signifie tant de choses pour les styles Black Metal et Viking Metal… Je crois que beaucoup de gens diront qu’il a tout fait et créé… Je veux dire par là, c’est l’homme qui a inventé le Viking Metal ! J’aime le vieux Bathory principalement parce que c’était si novateur alors à l’époque, mais musicalement j’aime et préfère peut-être les derniers albums plus récents, ils sont plus mélodiques et meilleurs en ce sens. J’écoutais un peu Bathory quand j’étais plus jeune, mais je n’ai jamais été un énorme fan pour être totalement honnête. En tant que musicien et auteur-compositeur, il a mon plus profond respect et a été une source d’inspiration pour des centaines et des centaines de groupes ce qui est absolument incroyable ! Je ne l’ai jamais rencontré personnellement cependant… R.I.P. Quorton !

Enfin, quand venez-vous jouer chez nous en France ? Des participations à des festivals cet été 2016 sont-elles au programme ?

Nous nous produirons au festival Ragnard Rock cet été, oui, et nous sommes impatients d’y être ! Nous ferons aussi une tournée en mars/avril mais le programme de tournée n’est pas encore totalement bouclé, donc je ne sais pas encore par où nous passerons… Mais j’espère bien venir tourner en France très bientôt, en France c’est toujours génial ! (sourires)

MÅNEGARM
Let there be folk !

Fermer le menu