MAYHEM
Atavistic Black Disorder / Kommando – EP
Punk / Black Metal
Century Media

Si le dernier album de Darkthrone vous a peut-être quelque peu ennuyé, rassurez-vous, l’autre légende du True Norwegian Black Metal qu’a toujours été Mayhem malgré ses tragédies (et grâce à ses provocations) va assurément vous réveiller de votre torpeur estivale !! Ce nouvel EP 7 titres nous a fait comme la douce sensation d’écouter leur second EP Wolf’s Lair Abyss qui avait frappé fort en 1997. Celui-ci avait alors permis au fameux groupe norvégien de revenir sur le champ du bataille du Black Metal, champ de bataille à la fois dévasté et popularisé par la tragédie du meurtre d’Euronymous quelques années plus tôt… En effet, les trois premiers titres que contient Atavistic Black Disorder / Kommando donnent dans du Mayhem pur jus avec ses riffs dissonants où le guitariste Teloch tente toujours un peu plus de s’affirmer dans l’héritage de Blasphemer, et cette batterie de Hellhammer qui pilonne, tel le marteau des enfers (logique en somme vu le pseudo d’Alex Bomberg). Quant à Attila Csihar, on aime ou on déteste, mais il délivre là une nouvelle performance vocale hallucinée et hallucinante comme d’ailleurs sur le précédent album Daemon paru l’an dernier, évoluant entre cris déchirants schizophréniques, et chant d’opéra sur quelques passages. Le seul reproche finalement que l’on pourrait trouver réside dans cette production sonore moderne et presque trop propre pour le style de prédilection de Mayhem, comme déjà sur Daemon. Puis, l’autre effet ou plutôt claque que nous ont mis Necrobutcher, bassiste vétéran et seul membre historique du groupe, et sa horde, ce sont les quatre autres morceaux dédiés aux ténors du Punk Rock de la fin des années 70 et début des années 80, à savoir Discharge, Dead Kennedys, Rudimentari Peni, et The Ramones ici. Rappelons que Mayhem est né au début des années 80 (1984 précisément) alors leur présent hommage est totalement légitime et pas du tout opportuniste, dans la mesure où le Black Metal puise ses racines également dans le Punk, comme Darkthrone a pu le faire sur sa période F.O.A.D. il y a une dizaine d’années. Mais ici, finalement, on pense davantage à la démarche de Slayer sur son album culte de reprises Punk sorti en 1996 : Undisputed Attitude. Les guitares délicieusement punk et le chant clair d’Attila à la sauce « No future », mais surtout l’invitation au micro des deux anciens chanteurs survivants, d’abord Messiah sur « In Defense of Our Future » (reprise de Discharge) et Maniac, qui refait surface ici, sur « Hellnation » (Dead Kennedys) s’avèrent totalement réussie !! Un quatrième EP totalement assumé et convaincant dans la discographie désormais riche de Mayhem qui n’a plus rien à prouver depuis des lustres mais qui se fait ici simplement plaisir, et fera plaisir surtout aux fans du célèbre combo norvégien. Indispensable. [Seigneur Fred]