MEMORIAM
The show must go on !

Si les sessions démos Hellfire puis un premier album, To The Fallen, se sont vite enchaînés pour Memoriam fondé en 2016 sur les cendres de Bolt Thrower (R.I.P.), nous avons tout de même été surpris par la rapide parution de The Silent Vigil, second album plus direct de nos voisins anglais. Son batteur, ex-Bolt Thrower (1986-1994), nous en dit plus.

[Entretien avec Andrew Whale (batterie) – Par Seigneur Fred  Photo : DR]

Memoriam2018 photo#1

Le nom de Memoriam ainsi que votre premier album To the Fallen étaient dédiés à votre ami Martin « Kiddie » Kearn, malheureusement décédé en 2015. Comme toi, il fut l’un des principaux batteurs de Bolt Thrower (période 1994-97 ; 1999-2015). Selon toi, comment les fans de Bolt Thrower ont accueilli votre premier album et la musique de Memoriam ? As-tu rencontré des fans de Bolt Thrower en tournée ou parlé avec eux sur internet ?
Cela a déjà été évoqué maintes fois. Quand Kiddie est mort brutalement en 2015, et que Bolt Thrower a décidé de faire une pause, Karl (NDLR : Karl Willetts (chanteur)) a ressenti le besoin de canaliser ce sentiment de perte d’un vieil ami. D’une certaine manière, ce fut la raison d’être de Memoriam. Je dirais que ça a été à moitié une déchirure au sein des fans de Bolt Thrower, cinquante/cinquante. On a rencontré des tas de gens de par le monde qui nous ont dit que ce que nous faisions était génial et on a apprécié leur soutien ; mais nous connaissons également bon nombre de fans de Bolt Thrower qui pensent que nous n’aurions rien dû faire d’autre après car nous ne pourrons jamais égaler Bolt Thrower ce qui est clair aussi pour nous, et c’est leur point de vue. Mon argument est simple : on est des musiciens qui aiment et veulent faire de la musique. Certes, il y a des éléments de nos anciens groupes (Bolt ThrowerBenediction et Sacrilege), mais nous avons également un nouveau son, une nouvelle direction musicale. Nous sommes heureux avec ce groupe, et c’est tout ce qui importe. Mieux vaut ne pas trop s’inquiéter de ce que pensent les gens…

Un an seulement après To the Fallen, vous sortez déjà votre second album The Silent Vigil. Est-il composé de neuf nouveaux morceaux écrits tout spécialement ou bien est-il tiré des sessions de vos démos Hellfire I, II, et III ? 
Nous avions déjà un tas d’idées prêtes pour le second album à la fin de l’enregistrement de To the Fallen. Scott avait déjà les idées depuis longtemps. Nous avons travaillé dessus lorsque nous avions quelques semaines de repos entre les concerts. Puis à la fin de l’an dernier, en septembre, nous les avons intégrées parmi les chansons que tu peux écouter sur le nouvel album. Certaines des chansons ont été cependant fignolées en studio…

Memoriam2018 photo#2

Et avec deux membres de Benediction et deux ex-membres de Bolt Thrower donc, comment travaillez-vous au sein de Memoriam ? Quel est le processus d’écriture et de composition ? Comme un groupe à l’ancienne, avec les mêmes vieilles habitudes héritées de vos anciens groupes ou bien de manière totalement moderne ?
En trois étapes, nous travaillons principalement : Scott enregistre le premier jet d’une idée de morceau ; puis/ou Scott et moi tapons le bœuf sur cette idée en salle de répèt’ quand nous avons un moment, puis Scott enregistre un morceau brut ; enfin, Scott et Frank se prennent un week-end pour structurer les morceaux. Ensuite, Karl, notre chanteur, ajoute ses paroles, et nous apportons les dernières modifications pour coller aux paroles. Voilà, ça se passe comme ça, et ça le fait pour nous !!

Je trouve ce second album moins épique, moins Doom que le précédent. En fait The Silent Vigil est plus direct dans le tempo, il sonne parfois même plus Thrashy, par exemple dans certains riffs. Le ton est donc ici différent, bien entendu toujours dans une vaine Death old school, crue et sombre. Était-ce le but de créer un album plus direct et groovy avec beaucoup de breaks et de parties lourdes, comme l’illustre si bien le second titre « Nothing Remains » ?
On peut dire en effet que cet album est plus direct. Je ne dirais pas que nous l’avions planifié ainsi. Nous avons juste écrit les chansons comme ça… Tout ce que je peux dire, c’est que nous avons structuré les morceaux pour les placer tels qu’ils sont sur l’album et le rendre brut à l’écoute. Nous voulons que les gens s’interrogent sur l’album avant qu’il ne les attrape par le cou et leur botte le cul ! (rires) Le morceau « The Silent Vigil » aurait pu servir d’intro à l’album, mais nous l’avons volontairement placé au milieu. L’album est direct mais il bourré de riffs à te faire headbanguer. 

À quoi fait référence ce « Silent Vigil », titre de l’album et de la chanson dont tu parles justement ? Est-ce en relation avec ces racines ou cet arbre figurant au centre de la pochette du disque ? 
Un « Silent Vigil » est quelqu’un qui veille au chevet d’un proche malade, ou sur son lit de mort et qui prie pour sa délivrance au seuil de la vie… L’arbre qui au centre de la pochette de l’album symbolise la renaissance. C’est le second disque de trois idées d’albums réalisées par Dan Seagrave. C’est super de l’avoir pour mettre nos idées en images…

Comme sur les pochettes de Bolt Thrower par le passé, on peut voir des soldats et des chars détruits au premier plan, est-ce une façon de faire un lien avec le passé de Bolt Thrower, ou bien la guerre et ses effets sont une obsession dans vos paroles, la guerre étant toujours présente aux quatre coins du monde sous différentes formes ?
Nous aimons cette imagerie.
 Le mélange de guerre futuriste et de guerres passées correspond tout à fait à la race humaine. On trouve toujours des façons de tuer nos congénères, c’est à la fois terrifiant et fascinant… Cela dit, c’est vrai que c’est aussi une manière de garder notre passé vivant, même si nous regardons vers l’avenir. Je dirais que nos deux pochettes de Memoriam sont de loin plus profondes que tout ce que nous avons pu faire précédemment, nous voulons que les visuels reflètent le sens de nos textes.

Sur la chanson « Bleed The Same », on peut entendre des samples d’un homme s’exprimant lors d’un meeting, de quoi s’agit-il ? Est-ce politique ? Pensez-vous que les politiciens peuvent nous sauver de nos funestes destins ? 
Ce sample est tiré d’un extrait d’un discours de Martin Luther King, juste avant qu’il ne soit assassiné. Ce titre parle des injustices sociales et de l’indifférence sociale dans le monde d’aujourd’hui, de la façon dont les gouvernements sèment la graine de la peur au sein des différentes populations pour ensuite mettre en place des lois qui nous privent chaque fois plus de liberté. On a juste pensé que ce sample collait parfaitement à cette chanson.

Memoriam2018 photo#2

Toi ou Karl, avez-vous des nouvelles de vos anciens camarades de Bolt Thrower : Gavin Ward, Jo Bench, et Barry Thomson ? J’ai entendu dire que Jo Bench vivait maintenant en Allemagne. Joue-t-elle toujours du Death Metal ?
Nous ne voyons plus vraiment qui que ce soit de Bolt Thrower aujourd’hui à vrai dire… Ils ont toutefois notre respect le plus total ! Ils resteront à jamais une part importante de nos vies…

Et qu’en est-il de Scott Fairfax (guitare) et Frank Healy (basse), qui évoluent aussi dans Sacrilege et Benediction avec leur chanteur Dave Hunt (alias V.I.T.R.I.O.L/Anaal Nathrakh) ? Y a-t-il un nouvel album en préparation ou Memoriam est devenu leur priorité ?
Memoriam est notre priorité ! Mais tous les membres de nos anciens ou autres groupes actuels ont notre plus grand respect. Frank ne fait plus partie de Benediction et Scott joue uniquement en live pour eux. Alors qui sait de quoi l’avenir sera fait ?

Pour finir, allez-vous tourner pour promouvoir The Silent Vigil et jouer notamment dans les festivals cet été en Europe et aux Etats-Unis comme vous l’avez fait l’année dernière au Wacken, au Graspop et au Roadburn ? Allez-vous passer par la France ? 
Nous avons environ une quinzaine de concerts prévus jusqu’à maintenant. Nous prévoyons de jouer davantage dans les clubs que dans les festivals cette année, mais nous verrons bien comment ça se passe… On est prêt à venir jouer dans le monde entier, mais le contrat doit être juste ! Nous venons avec une prestation, et si la proposition ne nous apparaît pas équitable, nous ne jouerons pas ! Nous ne voulons pas faire des concerts au rabais !