neal schonVous voulez écouter un album avec de la vraie guitare dedans, du feeling et tout et tout ? Sans jeu de mot, ce « So U » est pour vous (ça fait très « Si c’est bon pour moi, c’est bon pour vous » non ?) ! Le prolifique guitariste et membre fondateur de Journey nous revient en ce beau mois de mai avec un nouvel album qui fait suite à The Calling (2012). Et pour ce disque qui est tout bonnement splendide, notre homme s’est entouré de la crème du genre : Marco Mendoza (batterie – Whitesnake/Thin Lizzy) et Deen Castronovo (basse – Steve Vai/Ozzy Osbourne) ! A l’écoute des neuf titres qui composent cette perle, vous aurez droit à du blues, de l’instrumental (phénoménal Exotica), du hard-rock teinté de jazz rock façon survitaminé, refrains AOR accrocheurs, en gros du très bon ! Les superlatifs manquent au rédacteur de cette chronique qui a prit énormément de plaisir à l’écoute de So U, vous l’aurez compris ! Les soli majestueux pleuvent à tout va et la rythmique frappe dur, c’est garanti. Les cinquante minutes s’écoutent d’une traite, et les musiciens les plus endurcis ne trouveront rien à redire à l’écoute du disque de Neal. So U n’est pas seulement un album de musique, ce disque est LA musique, transpirante de beauté et de finesse, ce n’est absolument pas exagéré ! Même si votre dada se trouve dans le thrash, le speed, le death, le heavy, que vous avez la guitare qui vous démange et que vous n’avez qu’un album à acheter, cet album vous procurera entière satisfaction. A votre convenance, allez chez votre disquaire et faites comme les grandes marques de lave-vaisselle qui recommandent leurs tablettes magiques : « Neal Schön, recommandé par toutes les oreilles bien affûtées ! ».

[Guillaume Gautier-Boutoille]

NEAL SCHöN
So U

Fermer le menu