LES NUITS CARRÉES
Antibes, 01/07/2017

Amphithéâtre du fort Carré – Antibes (06)

L’Amphithéâtre du fort Carré d’Antibes au bord de la mer Méditerranée, accueilli le samedi 1er juillet 6 groupes de taille, avec une programmation hors paire. Il est plutôt rare de voir un public métal aux Nuits Carrées. La billeterie affichait complet.  Ce choix d’éclectisme musical est judicieux, et permet de varier les goûts et le public. Pour sa 11ème édition, le festival azuréen Les Nuits Carrées a choisi de placer la dernière soirée sous le signe du métal. La soirée débute dès 18h45 avec le groupe californien (L.A) Ze Gran Zeft au style CrunkRock, alliant un mélange subtil de musique hip hop. Le son est centré autour du basse-batterie et des mises en place rythmiques, variant entre syncopes complexes et beats hip hop/ragga classiques, et des guitares saturées sur les refrains apportant plus de puissance.

[Texte et photos par Aurélie Kula]

unnamed (7)

Après leur passage au Hellfest et au Motocultor, le groupe régional cannois Heart Attack revient jouer dans sa région natale. Formé depuis 2007, les quatre musiciens (Kevin Geyer – guitare/ chant , Chris Cesari – guitare, Christophe Icard – batterie, Tony Junior Amato – basse / chant ) apportent un son métal intense et vigoureux. Un groove thrash metal aux Influences de Gojira, Machine Head, Pantera, Metallica ou encore, Tool. Ils sont signés chez Apathia Records.

Troisième passage avec le goupe poitevin Klone, qui présente son projet « Unplugged » tiré de l’album « Here Comes The Sun » sorti en 2015 et revisité de manière acoustique. On se rappelle encore de leur passage à l’Altherax à Nice il y a deux mois mais avec une formation différente (sans l’accordéon). C’est sous un couché de soleil doré et une vue imprenable sur la Côte Azuréenne que nous assistons à un concert intimiste. Les tonalités sont apaisantes et atmosphériques. Il y a une pureté et sensibilité au niveau de la composition des morceaux.

Klone 1

On notera l’absence de basse. La basse est assurée selon les morceaux soit par le synthé Korg, soit par le tom bass. Il y a deux guitares électro-acoustiques, un set de percussion sans grosse caisse et une accordéoniste, où parfois vient de rajouter un vocoder à la voix féminine.

Trust, groupe devenu culte de hard rock et heavy métal français, originaire de Nanterre. Formé depuis 1977 leur musique s’est popularisée dans les années 80.

Nous retrouvons au chant : Bernie Bonvoisin et le guitariste Norbert « Nono » Krief. Ils sont les membres fondateurs du groupe. Le public est en flamme, tout le monde connaît les paroles par cœur. Il est pratiquement impossible d’accéder au devant de la scène. Leur set se clôtura avec le titre indémodable « Antisocial » qui passe toujours à la radio après plus de trente ans, morceau qui est devenu plus qu’un hymne. Ils étaient également présents au Hellfest 2017 qui a eu lieu mi-juin à Clisson.

Sepultura

Le public était clairement venu pour voir les 2 légendes Trust et Sepultura. Les deux groupes étaient très attendus. Le climax de la soirée fut pendant le concert de Sepultura. Ce « Tombeau » venu tout droit du Bresil nous balance son heavy métal puissant. Formé depuis 1984 par les frères Cavalera (Max et Igor) originaires de Belo Horizonte, ils utilisent la musique pour exprimer leur engagement politique dans le contexte d’époque de dictature militaire. Puis ils évoluèrent vers le metalcore dans les années 90. Depuis 2011 ils sont sur le label Nuclear Blast Records,  qui a sorti leur 14 ème album, comportant  10 nouveaux titres « Machine Messiah »  le 13 janvier dernier. Les membres actuels sont Paulo Jr. à la basse – seul musicien présent dans Sepultura depuis ses débuts –, Andreas Kisser à la guitare, Eloy Casagrande à la batterie, et Derrick Green – unique membre non brésilien – au chant. Le public est en extase devant autant de puissance scénique. Le très attendu morceau « Roots Bloody Roots » nous replonge 20 ans en arrière. On y retrouve aussi les morceaux phares de trois albums emblématiques que sont Arise (1991), Chaos A.D. (1993) et Roots (1996). C’est un black métal qui groove et les spectateurs n’hésitent pas à pogotter.

Carpenter brut 1

Carpenter Brut tourne de partout en 2017 avec leur tournée « On The Loose ». Il est rare de pouvoir les voir jouer dans le sud et c’est toujours un plaisir d’accueillir cette scène musicale dans le 06. Carpenter Brut s’inspire principalement des films de série B gorgés de synthétiseurs, types télé 80’s ou encore les films de John Carpenter. C’est un hommage à la musique electro des années 80 remis au goût du jour avec des influences darkwave, synthwave electro. La fameuse « Trilogy » remporte un franc succès et vous pouvez écouter et regarder le nouveau clip intitulé « Maniac ». L’esthétisme des vidéos à toute son importance dans le projet Carpenter. Sur scène, ils déploient une énergie abondante : batterie, guitare et synthé. Tout le long du set ça envoie nerf, force et vitalité. Ils seront prochainement à Dour pour ceux qui auront l’occasion d’y aller.