C’est bien connu : c’est dans les vieux pots que l’on fait la meilleure soupe ! Et à vrai dire, le guitariste américain Lenny Rutledge a eu le nez fin en tombant sur de vieilles démos humides de Sanctuary dans sa grange au-dessus de laquelle le groupe de Seattle a l’habitude de répéter depuis ces dernières années suite à sa reformation en 2010. Ces vieilles bandes dataient de 1986 et sont les prémices du premier album officiel Refuge Denied paru lui en 1988, album produit à l’époque par un certain Dave Mustaine (Megadeth) et un célèbre ingé son Terry Date (Pantera, Deftones, etc.) Récupérées in extremis et confiées au célèbre producteur Zeuss il y a un an, le résultat baptisé Inception s’avère tout bonnement incroyable et culte pour les fans des Américains. En attendant un successeur à The Year The Sun Died, dernier album studio en date de Sanctuary, voyageons à travers le temps pour un retour dans le passé puis dans le futur grâce à son sympathique guitariste et cofondateur, plutôt bavard sur le sujet…

[Entretien avec Lenny Rutledge (guitare) par Seigneur Fred]

SANCTUARY Press_Photos_01

Comment se sont déroulées la promotion ainsi que la tournée qui ont accompagné votre précédent album studio The Year The Sun Died sorti en 2014 ?
Je pense que ça s’est plutôt bien passé en considérant que nous étions un groupe qui avait disparu de la surface de la terre durant vingt ans… (rires) (le groupe a splitté entre 1992 et 2010, ndr) Après la sortie de The Year the Sun Died, nous avons tourné aux Etats-Unis et en Europe. Nous avons eu l’opportunité de tourner avec les légendaires Overkill en Europe notamment. Ce fut une chouette tournée pour nous, vraiment. Et il m’a paru que les fans répondaient vraiment bien au dernier album. On a le sentiment que nous sommes vraiment chanceux d’avoir des fans aussi loyaux après toutes ces années et on a hâte de revenir jouer chez vous en Europe bientôt.

Depuis le retour de Sanctuary sur la scène en 2010, comment doit-on considérer le groupe aujourd’hui en 2017 : s’agit-il d’un vrai groupe à temps complet pour l’ensemble de ses membres ou bien d’un simple projet parallèle le temps d’une reformation ? Avez-vous d’autres boulots en parallèle ?
Nous considérons Sanctuary comme un groupe actif à temps plein, mais certains d’entre nous ont en effet d’autres projets ou groupes parallèlement, et quelques-uns ont d’autres boulots aussi à côté. Par exemple, je travaille dans l’industrie du Ski nautique et du Wakeboard en tant qu’administrateur d’une équipe technique.

A présent, peut-on revenir sur l’origine plutôt curieuse de ce vieux matériel retrouvé chez toi je crois dans votre local de répétition près de Seattle et qui a donné naissance à ce nouvel album ou bien plutôt cette compilation intitulée Inception qui sort en 2017 ? Dans quel état était-ce ? C’était très humide et endommagé j’ai cru comprendre… Comment avez-vous fait pour les rendre exploitables et audibles ?
En fait, j’ai trouvé ces vieilles bandes dans une poubelle au second étage de ma grange. On possède une grange sur notre propriété pas loin de Seattle. Quand on a déménagé ici il y a environ quinze ans, on a entreposé pas mal d’affaires dont nous n’avions pas besoin dans cette grange. Je n’avais pas réalisé alors que ces bandes étaient parmi tous ces objets. Le toit de la grange en plus était ouvert aux éléments naturels et la toiture était dans un sale état à vrai dire… C’était plus un grenier ouvert aux animaux (oiseaux, etc.). L’étage du bas avait été transformé en studio dans lequel on faisait des répétitions avant les tournées, et des pré-productions d’enregistrement lorsque l’on avait de nouvelles compositions. Il y a environ un an, j’étais en train de farfouiller à l’étage de la grange et je suis tombé sur ces vieux masters sur bande deux pouces. Ces bandes étaient toutes humides et moisies et je craignais alors qu’elles soient abîmées. Miraculeusement, ce fut possible en fin de compte de les restaurer. Durant le processus de récupération de ces vieilles démos, elles ont été chauffées dans un grand déshydrateur qui ressemble en fait à quelque chose pour faire comme du steak haché (rires). Après cela, nous avons dû les numériser et les transmettre alors au producteur Zeuss.

Est-il vrai justement que Zeuss est un grand fan de Sanctuary et souhaitait à tout prix restaurer ces vieilles bandes retrouvées et y apporter le meilleur son possible avec la plus grande authenticité ?
C’est totalement vrai, oui ! Nous avons rencontré Zeuss lors d’une réunion de travail en fait avec le groupe. Il voulait être notre producteur studio si nous nous décidions à l’époque de refaire un autre disque. Zeuss est un type incroyable. Il est devenu un grand ami à nous tous durant l’enregistrement de notre dernier album The Year The Sun Died.

Quel a été son travail au juste sur Conception ? Et à quel procédé analogique ou numérique at-‘il eu recours pour restaurer si merveilleusement bien ces vieilles démos alors ??
Il y a environ un an, nous lui avons transmis les vieux enregistrements retrouvés afin qu’il étudie s’il y avait une quelconque possibilité de remasteriser ces démos d’Inception. Je sais qu’il a eu recours a tout un tas de procédés plus ou moins créatifs et d’outils d’égaliseurs de son en studio. Je crois qu’il y également quelques endroits sur les bandes où il a dû abandonner. Ce fut mineur, heureusement, mais ça a demandé beaucoup de temps à Zeuss, j’en suis sûr ça ! (rires) Mais il a cette magie du touché quand il est en charge du mastering et du mixage, ce gars-là. Les chansons d’Inception possèdent une agressivité et un côté tranchant qui n’étaient alors pas présents sur notre premier album Refuge Denied à l’époque à sa sortie, et je pense que Zeuss a vraiment mis en évidence toute cette intensité grâce à son processus en studio.

Oui, et le résultat sonore est très bon, Inception conservant néanmoins ce son des années 80’s. Quelle a été votre participation au projet en studio avec Zeuss pour chacun des membres de Sanctuary ? Chacun a apporté son avis sur le chant ou les instruments, et sur les arrangements de l’ensemble ?
Hé bien, la plupart de la post-production fut basée sur la communication et des échanges entre Zeuss et moi. Quand nous avons à l’origine enregistré ces morceaux en 1986, nous avons déjà tous la vision et nos avis sur chacune de nos parties que nous jouions et avions enregistrées. En fait, nous avions bossé rapidement à l’époque dessus parce que nous n’avions tout simplement pas les finances nécessaires pour alors rester plus de temps en studio…

Sanctuary 30.07.2014 Session Dortmund - Hafen + Century-Office, Germany
Mais en fin de compte, nous retrouvons sur Inception la plupart des chansons présentes sur votre célèbre premier album paru en 1988 : Refuge Denied. Alors quel est l’intérêt aujourd’hui de sortir cette compilation de vieux titres pour les fans et quelle est la valeur ajoutée en comparaison à Refuge Denied ?
Si tu es un fan de Sanctuary, et tout spécialement un fan de vieux matériel, alors Inception est quelque chose que tu vas vouloir posséder dans ta collection de disques. Les chansons ont une approche sonore différente, bien plus agressive que sur Refuge Denied comme je le disais précédemment. De plus, c’est un regard différent sur comment nous avions enregistré et finalisé ces chansons à l’époque. Certaines possèdent des versions différentes. Elles contiennent un côté organique que la grande majorité des fans apprécieront. En considérant que nous avons passé un bref moment en studio sur Inception en comparaison à Refuge Denied, tu constateras de suite la différence. Et il y a aussi deux chansons qui n’étaient jamais parues. Les textes et diverses notes dans le livret contiennent aussi des photos inédites, des histoires, c’est l’histoire du groupe en fait ! La pochette, quant à elle, a été réalisée par Ed Repka (auteur des visuels de Megadeth avec la célèbre mascotte Vic Rattlehead, ndr). Nous voulions que la pochette soit liée à cette époque. C’est donc une compilation très sympa d’artwork, de photos, d’histoires et de musique que le groupe a énormément préparé et avec soin à destination des fans. Cette publication est pour les fans ! Les groupes et les maisons de disques ne font pas beaucoup d’argent sur ce genre de sorties, tu sais. Nous voulions simplement rendre des versions authentiques et propres de cette collection de chansons à disposition des vrais fans de Sanctuary.

La voix de Warrel Dane était déjà très impressionnante à l’époque, comme par exemple sur le morceau « Death Rider/Third War »… Il faisait penser à Rob Halford de Judas Priest mais avec déjà sa propre personnalité. Inception contient-il des versions réenregistrées de ces parties vocales par endroit et également pour les instruments ?
Oui, Warrel chante déjà très haut sur Inception, c’est là un autre exemple des différences sur cet enregistrement. Aucun des morceaux cependant n’a été ré-enregistré pour l’occasion sur Inception. Nous avons décidé depuis le départ du projet qu’il n’y aurait point d’overdubs car nous voulions rester tel que c’était en 1986 ? Crois-moi, il y avait bien quelques passages et notes que j’aurai aimé corriger ici et là, mais nous avons souhaité rester aussi organiques et authentiques que possible.

La chanson intitulée « Soldiers of Steel » fait évidemment penser à la célèbre chanson de Metallica « The Thing Should Not Be » par son riff et son rythme… Or Metallica était un groupe contemporain quand vous avez débuté au milieu des années 80, en 1986 sortait alors l’album Master Of Puppets contenant justement ce classique de Metallica. Alors Metallica était-il une grande influence pour vous à vos débuts en 1985-86 sincèrement ?
Ouais, je pense qu’il y avait tous en nous des fans de Metallica à divers niveaux à l’époque. Ce fut difficile de ne pas l’être à l’époque si tu étais un fan de Metal. Ils étaient alors en train de percer de l’underground. Je me souviens que nous avions l’habitude de jouer « For Whom the Bell Tolls » avant que Warrel ne rejoigne le groupe. C’était assez marrant d’ailleurs, je chantais alors moi-même la chanson. (rires) J’étais cependant plus fan de Megadeth quand même à l’époque… (sourires)

SANCTUARY Press_Photos_02

La première chanson de la compilation Inception s’appelle « Dream Of The Incubus ». Je présume qu’il s’agit de la même chanson qui se nommait simplement « Incubus » et qui figurait sur votre toute première démo parue en 1986 en face B ? Peux-tu nous en dire davantage sur ce titre ?
Hum… oui. On m’a déjà posé cette question en fait auparavant. Mais il n’y a jamais vraiment eu de démo de Sanctuary de sortie en fait… Je crois que quelqu’un a envoyé deux chansons dont celle-ci en notre nom. Nous avions enregistré quoi, cinquante cassettes de l’enregistrement original alors qu’il y en avait huit dessus au total. La musique de « Dream Of The Incubus » fut composée par Sean Blosl (second guitariste, ndr). Je pense que l’on a dû jouer ce titre une seule fois live. Il me semble que la chanson s’inspirait du film d’angoisse « The Entity » (L’emprise en français, sorti au cinéma en 1982, ndr).

Étant originaire de Seattle, je te pose la question qui tue à présent dans la musique Rock et Metal. Penses-tu comme la plupart des artistes de la scène Metal des années 80 et 90’s que le Rock Grunge avec Nirvana a tué la scène Heavy Metal au sens large au début des années 90 et si oui, penses-tu que la carrière de Sanctuary aurait pu être différente sans cette mode à l’époque alors que le groupe splitta en 1992 ?

Je ne suis pas sûr que le Grunge a tué le Metal. Je pense que de temps en temps, il doit y avoir des changements voire des bouleversements dans une industrie (musicale, etc.) afin de rafraîchir les choses. Personnellement, je n’ai pas été affecté et dérangé par le Grunge. Selon moi, Alice In Chains et Soundgarden restent des groupes géniaux. En fait, l’un de mes groupes favoris de tous les temps fut pour moi Temple Of The Dog. Après, je ne suis pas certain que cela ait joué et ait pu faire une différence sur l’avenir de Sanctuary en ce temps-là. Nous étions tous en train de développer de grands égos de nos personnes chacun d’entre nous, et faisions un peu trop la fête aussi… (rires) Je pense donc que l’on était destiné un jour ou l’autre à la séparation.

À propos de Warrel Dane, votre chanteur : quelles sont les nouvelles et peut-on espérer voir un jour un successeur à son premier album solo ? Il y avait d’ailleurs des influences Rock Grunge sur son album Praises To The War Machine produit par Peter Wichers (Soilwork)
Je ne peux pas répondre à cela pour Warrel mais je crois qu’il sortira un second disque solo à un moment donné. J’avais vraiment apprécié en plus son premier album. Ça ne sonnait pas comme du Nevermore et que c’était justement la clé à la réussite de ce premier essai. Pas sûr qu’en enregistrer un album solo qui sonne comme du Nevermore soit une bonne chose de toute manière…

SANCTUARY Press_Photos_03

Si un jour dans le futur Nevermore se reforme et revient sur la scène Metal justement, quel serait l’avenir pour Sanctuary ? As-tu déjà pensé à cette éventualité étant donné que Warrel Dane avait après Sanctuary créé Nevermore avec Jim Sheppard et Loomis en 1992 ?
J’ai des doutes que cela arrive un jour, mais ce n’est pas à moi de le dire. Alors, je crois que tout dépend du timing si ça se produisait. Je ne vois pas Sanctuary s’asseoir et attendre le retour de Warrel durant cinq ans…

Enfin, en conclusion : quels sont les projets à venir pour Sanctuary cette année et à l’avenir ? Allez-vous tourner et participer à des festivals en Amérique ou en Europe cet été ? Et à quand un véritable nouvel album studio pour succéder à The Year The Sun Died sorti il y a trois ans à présent ?
Nous allons faire de nombreux festivals cette année pour commencer. On va notamment jouer au festival Hellfest en France. Vous pouvez retrouver toutes les infos au sujet de nos dates de tournées sur notre site à www.EnterTheSanctuary.com et sur www.facebook.com/sanctuaryfans aussi. Et puis nous sommes en train de travailler en ce moment sur de nouvelles compositions pour une prochaine sortie d’album prévue début 2018. À ce jour, les nouveaux titres viennent très bien en termes de créativité…

SANCTUARY
Trésor caché

Fermer le menu