Déjà la cinquième galette pour nos Californiens de Saviours, et armés d’un nouveau deal avec le label français Listenable Records, il est grand temps de rattraper le temps perdu pour découvrir cette jeune formation dans notre beau pays. Œuvrant dans un genre très prisé actuellement, leur Heavy/Rock Stoner, bien burné et bien plus technique qu’il n’y paraît de prime abord, s’avère d’une redoutable efficacité. Si la Bay Area a toujours été féconde comme région culturellement et notamment musicalement, Saviours nous ne le prouve une fois de plus aujourd’hui avec Palace Of Vision à écouter d’urgence et à fond les décibels !

[Entretien avec Scott Batiste (batterie) par Seigneur Fred – Photo : DR]

Saviours_photo_01_12_15_IMG_9513

En quelques phrases et avec tes propres mots, pourrais-tu résumer l’histoire de ton groupe Saviours car on ne vous connaissait pas tant que ça en France jusqu’à présent, bien que vous existiez depuis 2014 ? D’ailleurs, je pense que les choses vont probablement changer avec la sortie de ce nouvel album Palace Of Vision chez Listenable Records…
Nous sommes un groupe de Heavy Metal américain originaire de Californie, on a déjà sorti quatre albums et de nombreux singles. Nous avons tourné largement un peu partout dans le monde depuis 2005 à travers divers festivals comme le Hellfest, la Ozzfest, et au côté de High On Fire, Saint Vitus, Corrosion Of Conformity, Mastodon, Clutch et bien d’autres.

Pourquoi un tel choix de signature de contrat avec le label français Listenable Records ? Et quel est votre label aux USA ?
C’était simplement la meilleure offre que nous avons eue, et nous nous sentions bien à l’idée de travailler avec eux. Il s’agit là d’un contrat mondial, Listenable Records est donc aussi notre label en Amérique et dans le reste du monde.

À l’écoute de votre votre musique, on peut noter diverses influences musicales allant du Stoner Rock au Hard Rock en passant par le Heavy Metal traditionnel, le Thrash et le Sludge. Est-ce la somme de ces différentes influences le résultat de votre son mais aussi reflet de goûts hétéroclites au sein du groupe ?
Nous apprécions le vieux Hard Rock, le vieux Punk aussi, et plein de vieilles choses en Métal plus généralement. Je n’écoute pas tant de Stoner que ça, mais il est vrai que nous fumons pas mal d’herbe et aimons certaines boissons alors forcément ça sonne un peu comme tel… (rires) On écoute cependant pas tant de nouveautés ni de trucs Sludge ou peu importe comment tu appelles cela. Chacun d’entre nous écoute différentes choses, mais il y a beaucoup de goûts musicaux et sensibilités que nous avons en commun, heureusement ! On ne regarde pas tant que ça la télé ni de films ou concerts live en tournées. Simplement, on écoute toujours de la musique, ça oui.

SAVIOURS photo5

Si on regarde bien d’où vous venez, vous êtes originaires d’Oakland (Californie) qui se situe dans la Bay Area sur la côte ouest américaine, mais vous ne jouez pas pour autant du Thrash Metal (NDLR : courant né dans cette région au début des années 80) bien qu’il y ait parfois des influences. Avez-vous grandi toutefois au son de Metallica, Exodus, Testament, Megadeth, etc. durant les années 80 ?
Il y a bien d’autres groupes provenant d’Oakland qui ne pratiquent pas du Thrash Metal comme par exemple High On Fire, Neurosis, Asunder, Talk Is Poison, Brainoil, Lecherous Gaze, Stormcrow, Scolex et bien d’autres ! Bien sûr, on aime les vieux groupes de Thrash, qui n’aime pas ? Mais ce n’est pas pour autant un héritage si présent et pertinent comme tu l’imagines ici quand on vit ici. Toutes de sortes de musique Heavy Metal au sens large sont nées ici à une période. Mais pour ton information, nous sommes en fait originaires d’Oakland et y avions vécu pendant longtemps, mais trois d’entre nous vivent à Los Angeles à présent et un seul est resté là-bas maintenant. Il faut dire que l’industrialisation et les technologies ont détruit la culture de la Bay Area, plus personne ne peut se permettre de vivre excepté des personnes riches et obsédées par eux-mêmes les yeux rivés sur leur iPhone constamment et qui ne contribuent aucunement aux relations sociales dans notre société.

Sur votre cinquième et nouvel album studio intitulé Palace Of Vision, le son est très bon mais sonne terriblement old school, ce qui sied à merveille à votre style musical. Comment avez-vous préparé l’enregistrement justement et comment ça s’est passé en studio ? Avez-vous eu recours à certaines techniques pour sonner ainsi ?
On a utilisé principalement tout le matériel que l’on emmène en concert lors de nos tournées pour l’enregistrement de ce nouvel album. Cette fois, ce fut en fait l’album où il y a eu le moins d’expérimentation en studio au niveau du son. Ce disque sonne exactement comme nous, il est authentique. Nous n’essayons pas de sonner autrement ou comme d’autres, avec un côté vintage ou toute chose à la mode. On est comme ça. C’est Billy Anderson qui a capté naturellement notre musique en studio et cela rend cet album particulièrement puissant.

SAVIOURS photo2

Quelques mots en conclusion à propos de la pochette de Palace Of Vision dont le dessin est très sombre et gorgé de détails ?
L’artiste Derrick Snodgrass en est l’auteur. C’est un vieil ami à nous et a déjà fait pas mal de choses pour le groupe dans le passé. Il comprend bien l’énergie et les vibrations de notre musique. Alors nous lui annoncé le titre du nouvel album, on lui a joué les nouvelles chansons et on lui a dit : « dessine le palace de la vision ! ». Et voilà ce qui est ressorti. Nous pensons que c’est tout simplement parfait.

Retrouvez la chronique de Palace of Vision en cliquant ici

SAVIOURS
Melting pot fumant

Fermer le menu