Nous étions présents au PPM Fest qui s’est tenu du 18 au 20 avril 2014 à Mons en Belgique. Nous avons réussi à agripper Biff Byford avant qu’il ne monte sur scène pour clôturer le festival. Il nous a révélé ce que sera l’avenir proche du groupe. [Entretien avec Biff Byford (chant) par David Sporcq]

saxonEst-ce encore un défi que d’assurer la tête d’affiche d’un festival après 35 ans de carrière?

Certainement ! Passer après tant de groupes de Power Metal ou de Metal moderne reste un défi. Mais c’est bon pour nous.

 

Sais-tu qu’ici, à Mons où se tient le PPM Fest, s’est déroulée une terrible bataille il y a juste un siècle. Ne crois-tu pas que « Call To Arms » serait le titre idéal pour l’occasion ?

Oh, en effet, je connais cette bataille. Mais je pense que nous jouerons plutôt « Power And The Glory » ou peut-être que « Broken Heroes » conviendrait bien aussi (NDLR : Saxon interprètera ces deux titres lors du set et Biff introduira « Broken Heroes » en faisant allusion à cette bataille).

 

« Unplugged And Strung Up » vient de sortir. Envisagez-vous de jouer des titres en acoustique sur scène?

Nous pourrions inclure quelques titres acoustiques lors de notre prochaine tournée de novembre/décembre en Europe mais ce n’est pas certain. Cette tournée célèbrera nos 35 ans d’existence.

 

Possédez-vous du matériel vidéo inédit d’anciens concerts en quantité suffisante pour sortir un autre DVD dans la lignée de « The Chronicles » ou « Heavy Metal Thunder » ?

Oui, nous allons d’ailleurs sortir un DVD qui s’appellera « Saxon Chronicles 2 – The Warrior Of The Road ». Nous devons encore y travailler. Nous ne savons pas s’il s’agira d’un ou de deux DVDs. Il devrait être prêt pour notre tournée de novembre/décembre. Croisons les doigts.

 

Peut-on espérer aussi un nouvel album dans un futur proche ?

Nous sommes déjà occupés à y travailler pour le moment. Nous avons déjà commencé.

 

Vous ne vous arrêterez donc jamais ?

Non, nous ne nous arrêterons jamais !

 

Biff, tu as quatre enfants. Que pensent-ils de Saxon ? Aiment-ils ta musique ?

Je pense qu’ils doivent aimer notre musique mais en réalité, ils ne s’en préoccupent pas. Ils ont une vie plutôt normal. Ils ont l’habitude de voir leur papa aller et venir. Ils ont toujours connu cela.

 

Et que pensent-ils de ta vie passée plutôt rock’n’roll ?

Oh (rires), à vrai dire, ils n’en savent rien.

 

Ils n’ont pas lu ta biographie ?

Non, pas encore mais un jour, ils la liront probablement (rires).

 

Les pochettes d’album de Saxon sont superbes. Donnes-tu toi-même des indications à l’artiste qui les conçoit ?

Bien sûr, c’est quelque chose de très important. Nous avons deux artistes qui s’en occupent et je leur donne des idées.

Je veille beaucoup à cela.

 

Est-il vrai que la peinture originale de « Crusader » a brûlé dans l’incendie de ta maison en France ?

Non, elle est accrochée au mur chez moi. Ce sont les pompiers français qui me l’ont sauvée.

 

Dans le même ordre d’idées, prêtes-tu attention au merchandising ?

C’est quelque chose de très important aussi mais je m’y implique moins. Je m’occupe seulement du design des t-shirts. On soumet des idées à mon approbation. J’acquiesce ou je refuse mais cela ne va pas plus loin.

 

Lis-tu les commentaires écrits par les fans sur le site officiel du groupe ?

Je suis attentif à ce qui se dit sur Facebook car les gens à l’heure actuelle réagissent plus avec ce moyen. Sur le site, je vais lire les commentaires deux fois par jour. Je me tiens au courrant de ce que les fans disent ou veulent. Tu sais, ce genre de questions où ils me demandent si on va aller jouer chez eux. Ainsi, je sais exactement ce qu’ils attendent.

 

Lemmy a dit que si Motörhead avait obtenu un gros tube aux USA, son groupe aurait certainement arrêté. Penses-tu que cela pourrait être le cas pour Saxon ? Si vous obteniez un dernier gros succès aux USA, vous pourriez vous dire que c’est l’occasion de terminer en beauté ?

Je vois très bien ce que Lemmy a voulu dire. Si tu obtiens un hit aux USA, tu en vends pour des millions. Il a sans doute raison. En tous cas, on serait dans un tout autre groupe. Je crois que c’est plutôt cela, oui. On ne s’arrêterait pas et certainement que Lemmy non plus. Mais les choses seraient toutes autres. Nous avons bien marché un moment en Amérique mais nous étions plus populaires en Europe. Nous le sommes restés en Europe. Nos fans sont loyaux. En Amérique aussi mais si tu te limites à l’Europe, tu ne peux pas devenir millionnaire. Ce n’est pas possible. Il faut vraiment obtenir un tube qui passe en radio pour devenir une pop star et en vendre des millions. Cette situation est vraie pour d’autres groupes que nous et Motörhead. Regarde Status Quo par exemple. Ils marchent toujours très bien en Europe mais ils n’ont jamais rien fait aux USA.

 

Tu viens d’évoquer Status Quo. Tu sais qu’ils viennent de reformer le groupe d’origine les « Frantic Four » pour quelques dates. Penses-tu qu’une toute petite chance puisse subsister de revoir un jour Graham et Steve dans le groupe ?

Non, je ne le pense pas. Mais, on ne sait jamais….on ne sait jamais … (sourire et regard pétillant).

 

Biff, le mot de la fin : tu as vécu huit ans en France. As-tu appris le Français ? Allais-tu chercher ton pain toi-même par exemple ?

Oui, bien sûr, je parlais pas mal le Français mais comme je ne l’utilise plus, je le perds. Il n’y a plus assez de place dans mon cerveau. Je dois faire de la place (rires). Et oui, j’allais à la « boulangerie » (en Français) acheter mon pain. Le pain français me manque beaucoup. Qu’est ce qu’il est bon. Il est frais. Il a quelque chose. Le pain anglais n’est pas fameux du tout.

 

Merci pour le mot en Français Biff !

(rires) De rien mec, à plus !

SAXON
Les guerriers de la route

Fermer le menu