SETH
La Morsure du Christ
Black Metal
Season of Mist

Après avoir célébré vingt ans de blasphème avec l’album live Les Blessures de l’Âme (chronique à lire ici) paru chez Les Acteurs de l’Ombre Prod. il y a déjà deux ans (mais enregistré en 2018), voici la suite lyrique directe du premier album culte de Seth. La Morsure du Christ n’est donc pas conçu ni chanté en anglais comme The Howling Spirit, l’avant-dernier album studio des Black Metalleux français. L’attente fut longue mais en valait la chandelle. Ce précurseur de toute une scène francophone réussit à nous emmener dans sa croisade maléfique (symbolisée ici par l’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris du 15 avril 2019) à travers une production sonore contemporaine (studio Sainte Marthe à Paris). Si les riffs black de Heimoth, guitariste originel, et de Drakhian (ex-Loudblast) s’avèrent classiques, c’est pour mieux justement coller à l’ambiance des Blessures de l’Âme d’il y a vingt ans tout en sonnant plus puissamment aujourd’hui. Et que dire de la performance vocale de Saint Vincent, digne héritier du Vicomte Vampyr Arkames, totalement habité et audible (chose rare dans le genre), où l’on apprécie pleinement ainsi son travail d’écriture en alexandrin. Seth semblait avoir quelque peu disparu ces derniers temps de la scène Black européenne, mais il était toujours là, dans l’ombre. Plus de vingt-ans après, nous célébrons ce retour discographique d’extrême qualité et qui a encore du mordant. Seth, ou la black touch dans la langue de Molière. La classe ! [Seigneur Fred]