Cela fait bien longtemps que nous n’avions plus de nouvelles mélancoliques de Silentium. Révélé véritablement en 2001 avec leur second album Altum aux influences Doom lyrique à la My Dying Bride, le quintet finlandais a grandi et mûrit depuis. Et sincèrement, les entendre de nouveau en 2020 après cette longue absence est un réel plaisir. Nous avons ainsi découvert Motiva, un sixième opus de Gothic Metal atmosphérique à tendance symphonique honnête et séduisant, à l’image de ses membres spontanés et plutôt blagueurs… [Entretien avec Riina Rinkinen (chant) et Sami Veikko Boman (claviers) par Seigneur Fred – Photos : Johan ‘Staffan’ Turbanov et Terhi Ylimäinen]

Silentium est enfin de retour avec un nouvel album studio, Motiva, après douze longues années de silence radio… Pourquoi un tel silence de votre part ? (sourires) Que s’est-il passé ?
Sami : Une histoire ordinaire, la vie qui passe… Des emplois, des familles, d’autres responsabilités nécessitant plus d’attention, alors le groupe est passé en arrière-plan. On cherchait le line-up parfait ce qui prit du temps et a retardé nos plans. Il n’y a pas eu pour autant de séparation. Le processus créatif resta constant et question live, nous avons même joué quelques concerts ici et là. Maintenant, le moment est venu pour le groupe de jouer à nouveau un rôle plus important et plus actif. C’est formidable d’être de retour et de pouvoir partager notre musique avec nos anciens (car c’est appréciable) mais aussi nouveaux fans que nous espérons avoir avec ce nouvel album. A présent, je pense que le groupe et sa voix avec Riina n’ont jamais été aussi forts qu’aujourd’hui.

Justement Riina, on ne connaît pas tant que ça. Quelles sont tes influences musicales en tant que chanteuse ? Ta voix oscille entre Pop/Rock et Gothic Metal atmosphérique voire symphonique sur Motiva ?
Riina : Ouah ! Difficile question tant mes goûts musicaux et influences sont vastes. Enfant, j’écoutais des choses très différentes de celles de mes amis. Quand ils étaient dans la Pop, j’écoutais des groupes comme The Police, Led Zeppelin et de vieux tubes Rock des années 60/70’s. J’adorais et adore Ella Fitzgerald. En grandissant, j’aimais les chanteuses comme Alanis Morissette, Courtney Love (Hole), PJ Harvey et Tori Amos, des femmes aux paroles et tonalités sombres. D’ailleurs pour l’anecdote, on m’a dit une fois, à peut-être l’âge de vingt ans, que je ressemblais à Anneke de The Gathering ! (rires) Depuis ce jour, je n’ai plus écouté une seule note de son chant. Non pas parce que je ne l’apprécie pas en tant qu’artiste, bien au contraire, mais je voulais juste m’assurer de ne pas prendre ses manières. Je veux ressembler à moi et à personne d’autre.

Est-ce toi qui a écrit les paroles de Motiva ou bien vous travaillez en équipe pour les textes ?
Sami : Oui. Elle-même. Elle se torche même les fesses toute seule, comme une grande. C’est un fait ! (rires)
Riina : Vraiment ! Incroyable ! (rires) Plus sérieusement, les paroles de Motiva sont toutes les miennes à l’exception de « Vortex » écrit par notre ancien bassiste/chanteur Matti Aikio. Désormais, je serai la seule à déverser mes tripes et dépeindre des images lyriques car il a déménagé en Allemagne.

Riina Rinkinen 2020. The vocalist of Finnish Metal band Silentium. Photo : Terhi Ylimäinen

Alors, qu’est-ce qui vous a poussé à enregistrer ce nouveau et sixième album qui sort cet été 2020 ? Qu’est-ce qui vous a motivé à enregistrer Motiva ? (sourires)
Sami : Il était encore clair que nous ferions un autre album, quitter le groupe et arrêter n’a jamais été une option. Comme je l’ai déjà dit précédemment, les processus de création ne s’étaient jamais arrêtés durant ces dernières années. Et nous avons commencé à avoir du nouveau matériel tellement solide en stock que nous devions simplement le sortir pour que les gens l’entendent. De plus, le moment et le lieu de régénération du groupe me semblaient juste. On a eu quelques changements dans l’équipe et notre planning qui ont laissé en fin de compte une dynamique musicale plus forte que jamais, alors nous pouvons maintenant dépeindre notre vision musicale d’une manière qui lui rend justice et fait écho naturellement.

Riina, étant donné que tu es en charge des textes en tant que chanteuse et auteure donc, quelle est donc cette vérité évoquée dans le second single « Truth » qui ouvre ce nouvel album ?
Riina : « Truth » est une chanson qui traite de ma lutte contre la dépression. Il décrit l’état de stagnation qui, je suppose, est très familier à quiconque partage ce combat et les tentatives désespérées de rompre avec ce poids qui vous tire vers le bas. Pour moi, la vérité évoquée dans la chanson a plus à voir avec la question qu’avec la réponse. Si tu continues à te poser la mauvaise question, tu n’obtiens jamais la bonne réponse. Personnellement, la révélation fut qu’au lieu de demander comment puis-je me débarrasser de la dépression, je dois trouver une réponse à la façon dont j’apprends à vivre avec.

Suivant Silentium depuis 2001 personnellement, à vos débuts vers 2000, vous pratiquiez alors plutôt un genre de Doom / Gothic Metal atmosphérique influencé par la scène britannique Doom Metal avec des groupes comme My Dying Bride (avec notamment l’aport de violons) et Paradise Lost, combiné à des voix d’opéra (Tiina Lehvonen au chant féminin à l’époque), mais maintenant et depuis l’arrivée de votre chanteuse Riina Rinkinen en 2003, vous jouez un Gothic Metal plus sobre et mélodique… Avec vos mots à vous, comment pourriez-vous décrire l’évolution artistique du groupe aujourd’hui par rapport à vos débuts ?
Sami : La musique de Silentium a toujours eu beaucoup de couches les unes sur les autres. Et bien que le riche tissu de couches ne soit pas devenu plus mince pour autant au fil des années, je pense que nous avons réussi à trouver des points focaux plus précis parmi eux. La mise au point plus précise des compositions a permis à la musique d’évoluer à un niveau auquel je ne crois pas que Silentium l’ait atteint précédemment. Les mélodies sont plus fortes aujourd’hui, les sentiments sont plus profonds et l’impression ou la marque laissée à l’auditeur sera durable. Quant à notre évolution avec nos chanteurs, lorsque Riina a rejoint le groupe, la dynamique s’est tout naturellement déplacée vers elle en prenant plus de place à la fois dans les compositions et sur scène. Sa voix était très différente de celle du début de Silentium, c’est sûr, mais sa gamme vocale et son expression artistique se sont accompagnées d’un vaste ensemble de possibilités que nous avons explorées depuis.

Comment avez-vous composé les chansons de Motiva après tout ce temps sans enregistrer et publier de nouvelles choses. Comment travaillez-vous au sein du groupe pour l’écriture et la composition ? (répétitions, échanges de fichiers sonores par ordinateur et téléphone portable après enregistrement de vos idées et pièces…)
Sami : Le matériel a été composé pendant toutes ces années, pendant que nous semblions donc être hors de la scène, hors du bureau… (rires) L’échange de fichiers sonores par internet est vraiment notre clé du succès lorsque nous produisons du nouveau matériel. Nous vivons dans différentes parties de la Finlande, donc les jams en salle de répétition sont quasiment hors de question. En fait, on fait cela depuis si longtemps que c’est devenu un outil vraiment efficace pour nous.

En 2019, vous avez sorti le single « Empty » mais celui-ci ne figure pas sur le nouvel album. Pourquoi ? Cela aurait été une bonne idée de l’inclure avec les deux autres singles « Truth » et « Unchained » en bonus à la fin du nouveau disque par exemple…
Sami :
Ce fut simplement un choix artistique. Notre ingénieur du son en charge de l’enregistrement et du mixage de l’album, Aksu Hanttu (Korpiklaani, Entwined, Misery Inc.), a également suggéré que nous devrions peut-être inclure  » Empty  » sur Motiva. Nous y avons réfléchi et nous n’avons tout simplement pas pu trouver l’endroit idéal sur l’intégralité de l’album pour l’insérer. L’album est dans sa version la plus forte tel qu’il est ainsi, je pense.

Motiva possède des chansons relativement entraînantes, catchy, et assez heavy (comme « Unchained » ou « Vow ») ainsi que d’autres chansons plus mélodieuses comme « Safer Easier » mais toujours accrocheuses. Vous aimez combiner ces deux faces dans votre musique avec toujours un grand sens mélodique dans la recherche de sons que ce soit au niveau des claviers ou des guitares ou dans l’introduction de ta voix, Riina. Quel serait votre secret d’une bonne chanson dans le genre Gothic Metal et comment travaillez-vous dans votre approche artistique ? (écriture des parties de claviers d’abord, un riff de guitare, ou un air chanté par Riina…)
Sami : Cela doit juste te toucher profondément dès le début. Si la première idée n’arrive pas à faire cela, il n’y a alors généralement pas d’intérêt de la retenir. À ce jour, il me semble que presque chaque chanson de Silentium est née à partir de touches de claviers ou de notes à la guitare selon qui en a été le compositeur principal. Personnellement, je compose principalement avec aux claviers en premier lieu, et Juha, lui, avec une guitare. Les lignes vocales viennent après que le corps de la chanson est presque terminé. Il y a bien sûr quelques exceptions, mais c’est le cas dans la majorité des morceaux. Même s’il se peut qu’à l’avenir, il y ait plus d’exceptions à ce modèle, enfin bref.. (rires) Nous vivons des temps intéressants en termes créatifs.

Motiva a des chansons plus entraînantes et lourdes (comme «Unchained » ou « Vow ») et d’autres chansons plus comme « Safer Easier » mais toujours accrocheuses et mélodiques. Vous aimez combiner ces 2 faces dans votre musique avec toujours un grand sens de la recherche mélodique dans les sons des claviers ou des guitares ou des voix. Quel serait votre secret d’une bonne chanson de Gothic Metal et comment travaillez-vous pour cela ? (touches d’abord, un riff de guitare, ou une mélodie vocale chantée par Riina…)
SAMI: Cela doit juste vous toucher profondément dès le début. Si la première idée ne fait pas cela, vous n’avez généralement pas l’intérêt de vous y tenir. À ce jour, je pense que presque chaque chanson de Silentium a commencé sa vie à partir des touches ou de la guitare selon qui a été le compositeur principal. Je compose principalement avec des touches et Juha avec une guitare. Les lignes vocales viennent après que le corps de la chanson est presque terminé. Il y a bien sûr quelques exceptions, mais c’est le cas dans la plupart des cas. Même s’il se peut qu’à l’avenir, il y ait plus d’exceptions à ce modèle. Hummm… Nous vivons des temps intéressants, je pense.

Quelques mots maintenant sur la chanson très dynamique intitulée « Vortex » qui constitue une véritable bombe à la fois tragique et contrastée. Qui interprète le chant masculin sur ce morceau aux côtés de Riina ? Est-ce toi peut-être Sami qui t’occupe des claviers ?
Sami : Merci mais oh non ! Mon Dieu ! Quel enfer ce serait si je chantais ! (rires) Je ne suis pas un chanteur. Je n’ai pas ce genre de compétences. Le chanteur sur ce morceau  » Vortex  » est un gars vraiment talentueux nommé Tony Kaikkonen. Il a accompli un travail absolument fantastique. Vous devriez vraiment rechercher son nom sur Google pour découvrir son travail.

Pour conclure : quels sont vos projets pour la suite de l’année 2020 et pouvons-nous espérer vous voir bientôt sur scène en Europe et en France notamment afin de découvrir ce nouvel album sur scène ? Pensez-vous être en capacité quand même d’effectuer une tournée pour promouvoir en live Motiva ? Et quels sont les projets pour 2021 ? Des festivals d’été sont-ils déjà au programme pour l’an prochain ? (Motocultor Festival, Hellfesf Festival, Sylak Festival, etc. en France par exemple, Metal Female Voices en Belgique, etc.)
Riina : Hé bien, beaucoup de nos projets sont encore en suspens à cause de cette épidémie qui est vraiment une plaie pour tout le monde. Il n’y a rien que nous aimerions autant accomplir que de venir jouer dans tous ces festivals que tu cites mais pour le moment c’est impossible à dire. Si vous souhaitez nous voir jouer aux endroits mentionnés ou ailleurs, veuillez en informer les organisateurs. (sourires) Cela augmentera certainement nos chances d’y figurer à l’affiche. Sinon, suivez-nous sur Facebook et Instagram pour obtenir toutes les informations sur les concerts de Silentium et autres informations importants. Et aussi pour suivre nos blagues de merde, nous en avons aussi en réserve. (sourires)

Et comment vous portez-vous et vivez actuellement en Finlande dans ce contexte d’épidémie post-Covid-19 et cette période de vacances estivale ?
Riina : Alors, j’ai un peu de mal à faire travailler mon cerveau en ce moment sur cet écran d’ordinateur alors que j’ai activé mon mode « vacances » et suis si heureuse mais le devoir m’a appelé pour cet entretien… (rires) Plus sérieusement, heureusement, pour le moment, nous avons un gouvernement qui place la santé des gens au-dessus de l’économie et nous avons donc réussi à éteindre presque entièrement cet enfoiré de virus. Il y a encore des restrictions en place cependant, mais dans l’ensemble, la vie est revenue presque à la normale. Moi et les gars du groupe sommes tous sains, à notre connaissance, aucun de nous n’a attrapé ce C-19. Nous espérons d’ailleurs que quiconque lira ceci sera tout aussi chanceux et pourra en dire autant de ses amis, de sa famille et de ses proches.

CHRONIQUE ALBUM

SILENTIUM
Motiva
Gothic Metal symphonique
Out Of Line Music
★★★★☆

Honnêtement, on avait quelque peu oublié ce groupe finlandais découverte à l’aube des années 2000 avec son album Altum et qui séduisit les fans de Gothic Metal symphonique sur Seducia où apparaissait déjà une certaine Riina Rinkinen. Si cette dernière ne possède pas l’organe vocal le plus renversant et juste de la scène, elle fait cependant son petit effet. Mais voilà, la concurrence est rude. Alors même si des leaders du genre comme Theatre of Tragedy ont disparu, d’autres comme Delain ont explosé dans une veine plus mainstream. Silentium marche clairement là sur les plates-bandes néerlandaises (« Unchained ») et foulera peut-être les mêmes planches grâce à ce sixième opus touchant et intimiste, mélancolique et suffisamment rythmé (« Vortex ») pour conquérir un nouveau public. [Seigneur Fred]