Direction les 80’s, à l’époque où le Sunset Strip Boulevard voyait éclore les plus grands noms du Glam Rock. Steel Panther s’est amusé à reprendre les grands tubes interplanétaires de l’époque. [Texte et Photos : François Capdeville]

20h00 Pétante. Gus G monte sur scène, sa belle Jackson blanche à la main. Combo minimum avec une batterie et une basse. Qualité du son maximale. Et voilà le shredder grec égrener les chansons de son dernier album Fearless. Show hyper agréable qui mêle haute voltige (Thrill of the Chase, et riffs entrainants (Mr Manson)). Sa musique brasse un public large et c’est tant mieux ! Le public lui rend bien d’ailleurs avec un excellent accueil. Et quelle allure ! On sent que le shredder grec sait tenir sa scène. Il faut dire qu’il a été à la bonne école, celle d’Ozzy dont il était le guitariste dans les 2010’s.

21h00. C’est au tour de nos trublions glam rock de monter sur scène. Ambiance « moule-burnes » fluo. Les Steel Panther arrivent en terrain conquis auprès de la gente féminine. Il suffisait d’ailleurs de regarder au  premier rang pour s’apercevoir qu’il y avait du monde au balcon. C’est que nos compères ont l’art de faire monter sur scène pléthore de jeunes femmes plus sexy les unes que les autres et qui s’improvisent effeuilleuses d’un soir. Mais ce soir, ils rendent hommage aux 80’s en reprenant les plus grands tubes hard-rock. Van Halen, Mötley Crue, Bon Jovi. Le bataclan se transforme en Roxy l’espace d’un soir.

Le clou du spectacle ? Crazy Train avec un Michael Starr grimé en Ozzy. Même gestuelle, même sourire. Il est bon ce Michael. On s’est bien marré. Et c’est Bon Jovi qui aura les faveurs du public féminin avec son titre phare Livin’ on a prayer. Climax maximal pour le plus grand plaisir de nos gredins peroxydés.

sp2

steel1

steel2

steel3

steel4
steel6

steel7

steel9

steel10

steel11
steel15
steel17
steel19
steel21

Steel Panther fait revivre les grands moments du légendaire Sunset Strip Boulevard

Fermer le menu