Il faut croire que cela l’amuse, notre bon Wino ! Après avoir reformé Spirit Caravan, c’est au tour de The Obsessed de refaire surface. L’histoire de groupe est véritablement en dents de scie depuis sa création en 1976, mais qu’importe : seule la présence du légendaire Wino compte. Que ce soit sa signature vocale ou le son de sa guitare, tout est réuni pour nous offrir un Sacred de haute voltige. Vous a-t-on dit que l’on attendait ce disque depuis plus de 23 ans ?

[Entretien avec Scott « Wino » Weinreich (chant/guitare) par Julien Meurot – julien@metalobs.com]

IMG_0251-1

On retrouve sur Sacred, « Cold Blood », un titre vieux de près de 50 ans. C’est incroyable d’attendre aussi longtemps pour publier un titre ; généralement, ce genre d’idée finit à la poubelle !
J’ai toujours adoré ce titre, mais il n’était pas encore prêt, c’est tout. J’ai travaillé dessus encore et encore, jusqu’à cette version. Si tu veux t’amuser à chercher, il doit y avoir sur Youtube une version démo. Si tu savais le nombre d’idée que je traîne comme ça depuis des dizaines d’années ! (rires)

Pour autant, beaucoup de titres sont aussi issus d’idées récentes…
Quand en 2015 j’ai quitté Saint Vitus, les idées se sont mises à arriver d’elles-mêmes. Le problème, c’est qu’elles étaient assez variées et au final, je me suis dit que le seul endroit où je pouvais les exploiter, c’est au sein de The Obsessed. Cela tombait bien, c’était le seul groupe qui me restait ! (rires)

La reformation de The Obsessed semble avoir été compliquée, avec notamment un passage en quatuor, une première en 40 ans…
Tout à fait. Mais au final, cela n’a pas fonctionné, car le niveau d’implication et surtout de compréhension n’était pas le même. Bruce (Falkinburg, basse) ne connaissait pas vraiment l’histoire du groupe, ce qu’il représentait. Il jouait simplement les morceaux qu’il avait appris sans vraiment les comprendre. Sara ( « Seraphim » Claudius, guitare), elle, connaissait parfaitement le groupe et elle est très impressionnante. Nous avions composé des trucs cool ensemble, mais il a fallu que les sentiments s’en mêlent et ça a foiré à un moment. Au final, nous sommes revenus à un trio avec Reid (Raley, basse) et Brian (Costantino, batterie), et nous sommes bien mieux ainsi. Je pense que cela sera la dernière incarnation de The Obsessed.

Même si ce n’est pas d’actualité, penses-tu retourner un jour dans Saint Vitus ?
Pourquoi pas, dans le cadre d’une tournée d’adieux ou un évènement dans le genre. Nous ne sommes pas brouillés, bien au contraire. Cela restera le choix de Dave (Chandler, guitariste de Saint Vitus), c’est son groupe.

Tu parles beaucoup d’adieux, etc… Est-ce que la fin de Black Sabbath t’incite à prendre ta retraite ?
(rires) Ô que non ! Tant que je pourrai tourner, je le ferai. C’est juste qu’il faut être réaliste, je me souviens gamin d’avoir vu Black Sabbath sur la tournée Paranoid, et c’est l’un des plus grands moments de ma vie. Mais bon, pour revenir à ta question non la retraite n’a pas encore sonné, loin de là…

THE OBSESSED
Sacré Wino !

Fermer le menu