Blaze Bayley était de passage à Paris pour nous inviter à suivre les traces de son héro maudit Williame Blake dont il raconte les aventures dans sa trilogie metal SF, Infinite Entanglement. [Texte et photos par François Capdeville]

Ce voyage musical était ponctué de quelques mots pour nous faire avancer dans les aventures de William Blake avec un Blaze Bayley qui se fendait de diatribes pour dénoncer les abus du système et des dirigeants de ce monde. Il n’oubliera pas non plus de nous rappeler son amitié pour la France qu’il apprécie beaucoup. Ce n’est pas pour rien que son dernier album live a été enregistré chez nous d’ailleurs. Alors, le public lui rend bien. Deux générations se mélangent, même si les quinquas métalleux sont légions. Les écussons et tee shirts Maiden sont également au rendez-vous, et pour cause, Blaze ayant été le chanteur de Maiden pendant quelques années alors que le père Bruce s’en était allé à s’essayer à des projets solos.

Voir Blaze Bayley en live, c’est voir un homme authentique et généreux. Authentique, parce qu’il a toujours été fidèle au Heavy Metal. Et bien que le genre soit passé « old-fashion », Blaze fait partie de ces artistes qui arrivent à renouveler le genre en y insufflant un sens aigu de la narration et des arrangements bien sentis pour nous raconter une histoire. Généreux, car il doit à ses fans sa survie musicale. C’est un homme qui sait ce que signifie « tout perdre ». Et la musique et les fans l’ont sauvé. Alors, il leur rend bien et finit toujours au stand de merchandising pour serrer des pinces.

Thanks Blaze

Voyage rétro-futuriste avec Blaze Bayley

Fermer le menu