Pour la sortie de Flesh & Blood, nous avons eu l’occasion de nous entretenir avec Joel Hoekstra arrivé en renfort dans la bande à David Coverdale en 2015. Dans ce billet, nous parlons de ses ressentis à chaud sur cette nouvelle galette, de tournées mais également de l’esprit rock’n’roll de 2019 !

[Entretien téléphonique avec Joel Hoekstra réalisé par Théo Sanchez Lucu, avec Guillaume Dartigues]

Ça fait une semaine que votre nouvel album « Flesh & Blood » est sorti. Quel est ton ressenti à chaud sur ce nouvel effort ?

Ce fût un travail de dure labeur, nous y avons passé beaucoup de temps et mis beaucoup d’énergie. J’espère vraiment que les gens vont bien le recevoir et vont l’apprécier.

Dans ce nouvel opus, nous pouvons ressentir que la flamme du Heavy Metal des années 80 aux sonorités FM est toujours là, cela dit avec une production qui s’adapte plus à notre époque. Qu’en penses-tu ?

David (ndlr. Coverdale le leader du groupe) aime les grosses productions avec un son conséquent et aujourd’hui les méthodes d’enregistrements et de productions ont vraiment évoluées ce qui nous donne un panel de choix immense pour en quelque sorte gonfler notre son. C’est aussi un moyen d’adapter la musique du groupe à une nouvelle génération qui a d’autres attentes et bien qu’attachée aux classique aime entendre de nouvelles choses…

Le groupe, au complet !
©Katarina Benzova

Tu as rejoint Whitesnake il y a quelques années maintenant mais c’est réellement la première fois que tu es amené à contribuer à la création de nouveaux morceaux. Peux-tu brièvement nous raconter comment se sont passées les sessions d’enregistrement de l’album ?

C’est vrai que ça faisait un moment que j’avais rejoint le groupe. Mais c’était la première fois que je découvrais leur manière de procéder. David écrit très rapidement et compose de manière plutôt instinctive. On est toujours aux aguets avec les autres pour garder l’idée à chaud lorsqu’on dégage quelque chose de cool. Et je dois dire que ça me convient bien, puisque j’ai toujours fonctionné de manière similaire dans les autres formations dans lesquelles j’ai pu passer.

Lorsque tu as rejoins Whitesnake, as-tu du changer quelque chose dans ton approche et ton style musical, pour en quelque sorte, t’adapter au son du groupe ?

J’ai toujours écouté Whitesnake, et ça depuis plus de 30 ans. Donc dans un sens, je pense avoir été influencé par leur musique. D’ailleurs, j’ai toujours été dans le même registre musical, avec la plupart des anciens projets musicaux auxquels j’ai pu prendre part. Donc dans un sens, je pense que l’alchimie s’est faite toute seule et dès les premières répètes, ma guitare a épousé le son du groupe.

Shut Up & Kiss Me, tiré du nouvel album de Whitesnake Flesh & Blood !

Depuis que tu as rejoint Whitesnake en 2014, as-tu le temps de t’investir dans d’autres projets parallèles ?

Whitesnake me demande un énorme investissement en terme de temps et de travail mais j’arrive à dégager du temps lorsque nous ne sommes pas en tournée ; il y a quatre ans, j’ai sorti un album avec mon projet solo Joel Hoekstra’s 13 qui se nomme Dying To Live et je suis aussi parti en tournée en tant que guitariste pour Cher. Tout est question d’organisation.

Y a-t-il des morceaux du nouvel album que tu as particulièrement hâte de jouer sur scène ?

« Hey You », « Shut Up And kiss Me » and « Trouble is your Middle Name ». Ce sont des morceaux rentre-dedans que nous avons particulièrement pris plaisir à composer et à écouter. C’est d’ailleurs les 3 morceaux que nous avons choisi de révéler pour teaser l’album.

Joel Hoekstra
®Katarina Benzova

Après votre tournée des festivals d’été européens, prévoyez-vous de revenir sur les routes du vieux continent avec peut-être une date en France ?

Il est un peut tôt pour en parler concrètement. On part en tournée en Amérique du Sud en Septembre/Octobre et on enchaîne avec le Japon. Quelque chose pourrait probablement se faire l’année prochaine et on vous tiendra informés lorsque tout sera ficelé.

Ces dernières années, il y a un vrai engouement du retour aux sources du Heavy des années ’80 et de ce style de vie. On peut le voir notamment avec tous ces films qui sont sortis ces dernières années comme « Rock Forever » auquel tu as d’ailleurs contribué, ou plus récemment les Biopics de Queen et Mötley Crüe. Qu’en penses-tu ?

Je ne réfléchis pas vraiment à tout ça, bien qu’il soit vrai que cette flamme se soit ravivée ces dernières années. De mon point de vue, peu importe les phénomènes de société, ce style de musique a toujours été ma passion et ma motivation quand je me lève le matin, de travailler ma guitare, partir en tournée et créer du nouveau matériel. Donc si les gens s’y ré-intéressent, tant mieux mais si ça n’avait pas été le cas, je sais qu’il y aurait toujours des vrais fans qui continueraient à nous suivre et aimer ce que l’on fait.

Flesh & Blood, dans les bacs depuis le 30 mai 2019, par Frontiers Records !

WHITESNAKE : Hoekstraordinaire ! Interview à propos du nouvel opus Flesh & Blood

Fermer le menu