Listening session virtuelle du nouvel album The Nightmare of Being (Century Media) d’AT THE GATES en avant-première + conf. de presse avec deux des membres du groupe suédois le 18/03/2021

C’est non sans une grande excitation que nous avons assisté une nouvelle fois à l’écoute virtuelle en avant-première d’un album très attendu cette année d’un autre groupe majeur et pilier de la scène Death Métal suédoise depuis près de trois décennies, j’ai nommé At The Gates, après le sympathique Moment du même genre passé avec les membres de Dark Tranquillity à l’automne dernier. Encore une fois, même si l’organisation de cet évènement était parfaite techniquement, que nos deux hôtes ont joué le jeu des questions/réponses à chaud en direct, et que cela s’effectuait à distance en exclusivité en petit comité, rien ne peut remplacer l’humain et le face-à-face même derrière la machine quand il s’agit d’échanger, de réagir, de débattre, de parler musique (à défaut de la vivre sur scène actuellement), et d’avoir des émotions, etc. Voilà qui est dit ! [Texte et photo de conf. de presse par Seigneur Fred – Photos studio et promotionnelle 2021 : DR]

Hello At The Gates !!
De gauche à droite : l’animateur de la soirée, au centre le chanteur Tomas Lindberg, et l’un des deux guitaristes Martin Larsson

D’ailleurs, le principal thème de ce septième album d’At The Gates tourne justement autour de l’être humain, comme l’évoque son titre même si le mot « human » n’y figure pas (The Nightmare of (human) Being pourrait-on dire en quelque sorte). Son célèbre chanteur Tomas Lindberg (Lock Up, The Great Deceiver, ex-Disfear, ex-Grotesque (une reformation serait en cours d’après ce qu’a laissé entendre le principal intéressé…)) nous expliquera le concept lyrique et philosophique du nouvel opus au cours de cette mini-conférence de presse, accompagné du guitariste historique (mais pas fondateur) Martin Larsson, imposant et quelque peu réservé, en remplacement du bassiste/fondateur Jonas Björler initialement prévu au programme ce jeudi soir de mars (peut-être occupé par son autre groupe The Haunted…).

AT THE GATES The Nightmare of Being
(artwork par Eva Nahon)

Bon, vous voulez du teasing ? Un scoop sur The Nightmare of Being ?? Même si nos deux Suédois n’étaient pas des plus enthousiastes avec l’habituelle réserve des peuples nordiques, nous avons pu en savoir plus sur le successeur de To Drink from the Night Itself paru en 2018. Ce dernier nous avait un peu laissé sur notre faim, voire déçu, à vrai dire… Bah oui quoi, il s’agit d’At The Gates après tout ! Pour les plus vieux d’entre vous, souvenez-vous de l’époque où Slaughter of the Soul tournait en boucle sur vos platines CD et son clip « Blinded by Fear » était diffusé en mode repeat dans l’émission Headbanger’s Ball sur MTV avec Vanessa Warwick en 1995 !!! Donc les fans comme nous sont exigeants, non ? 😉

Alors n’y allons pas par quatre chemins, ou plutôt quatre portes : clairement The Nightmare of Being a tout pour s’apparenter à un nouveau chef d’œuvre dans la discographie du groupe de Göteborg pourtant peu fournie (break oblige entre 1996-2007). L’écoute en une traite de ce nouveau disque nous a totalement passionnés et absorbés de par son atmosphère mélancolique, sa nouvelle dynamique (probablement due à la collaboration avec le très prisé producteur Jens Bogren), son approche lyrique très personnelle et en même temps universelle en ces temps de crise socio-économico-sanitaire et surtout sa richesse musicale. Par moment, nous avions même l’impression d’écouter une bande-originale d’un vieux film d’horreur ou un drame/thriller des années 60’s avec ses diverses intros orchestrales, souvent glaciales, qui amorcent la plupart ici des nouveaux morceaux, sans pour autant sonner trop pompeuses.

At The Gates line-up:
(de gauche à droite, photo par Ester Segarra)
Adrian Erlandsson – batterie
Jonas Björler – basse
Tomas Lindberg Redant – chant
Jonas Stålhammar – guitare
Martin Larsson – guitare

Lieux d’enregistrements des différents instruments et voix :
– Studio Gröndal (batterie)
– Sonic Train Studio (guitares, basse avec Andy LaRocque/KING DIAMOND !)
– Welfare Sounds (chant)

Bien qu’enregistré dans trois studios différents, l’album The Nightmare of Being a donc été mixé et masterisé aux Fascination Street Studios à Örebro (à l’ouest de Stockholm), en Suède, par Jens Bogren (Opeth, Paradise Lost, Amon Amarth…).

Ci-dessus le track-listing officiel du nouvel album The Nightmare of Being d’At The Gates à paraître le 2 juillet 2021, accompagné ci-après de nos toutes premières impressions à chaud (attention ! La diffusion de l’album n’ayant eu lieu qu’une seule fois, ce n’est donc pas un avis définitif) :

  1. « Spectre of Extinction » (4’49) : sur un léger souffle de vent, superbe mais courte intro acoustique, puis électrique. Un méchante accélération et nos Suédois rentrent dans le tas ! Cela sonne plus agressif déjà que To Drink (…). Un morceau heavy et idéal pour débuter les hostilités, avec un rapide solo de guitare signé Martin Larsson.

  2. « The Paradox » (4’43) : titre varié, relativement heavy et speed sur lequel Tomas s’époumone. Un solo de guitare simple mais efficace au milieu. Breaks intéressants. C’est du lourd, surtout avec ses mosh parts à la fin !

  3. « The Nightmare of Being » (3’49) : lente intro sur des accords de guitare, puis la basse, et la batterie puissante d’Adrian Erlandson (ex-Paradise Lost, ex-Cradle of Filth, ex-Vallenfyre, etc.) arrivent. Par moment des narrations du chanteur. Une belle mélodie qui se développe cassée par plusieurs breaks, l’intro se répète, revient. Jolis soli de guitare, refrain réussi.

  4. « Garden of Cyrus » (4’25) : présence de saxophone qui détonne sur cette chanson heavy et relativement originale par conséquent. Elle montre qu’At The Gates a toujours été précurseur sur bien des choses (rappelez-vous le début des années 90) et se moque des « qu’en dira-t’on) même si le saxo est rentré dans les mœurs du Metal depuis un moment déjà avec leurs voisins norvégiens Ihsahn ou Shining.

  5. « Touched by the White Hands of Death » (4’09) : flûte, parties orchestrales dignes d’une BO de film à la Dracula de Coppola, nos Suédois ne se refusent rien et créent là une ambiance lugubre… Puis ça part à la « Slaughter of the Soul » comme à la bonne époque, le tout globalement sur un rythme middle-tempo. C’est bon ça !

  6. « The Fall into Time » (6’47) : encore une intro symphonique, toujours bien amenée, jamais trop pompeuse, et qui s’intègre bien à l’atmosphère de l’album. C’est beau mais terriblement sombre…

  7. « Cult of Salvation » (4’24) : intro heavy/thrash très typée années 80’s à la Metallica ou Sanctuary, At The Gates voulant rappeler ses racines quand il a commencé il y a 31 ans…Puis on retrouve des sonorités made in Göteborg plus habituelles, l’ambiance est encore très noire ici. Les choses s’accélèrent vers la fin.

  8. « The Abstract Enthroned » (4″26) : Ouh la la ! Morceau rageur et agressif, puissant à souhait, bien heavy et speed, nos Suédois lâchent tout à l’approche de la fin de l’album. Des parties de sections à cordes achèvent d’assombrir le tableau déjà très noir. Enorme.

  9. « Cosmic Pessimism » (4’31) : « To be or not to be ». Voilà un peu le topo ici inspiré par les lectures philosophiques du chanteur Tomas Lindberg très intéressant ici dans ses paroles. On est dans l’introspection et les questions métaphysiques de l’Homme dans l’univers. Sur une intro bluesy (basse + guitare), Tomas s’interroge donc, et alterne entre growls et narrations sur ce morceau plutôt surprenant et réussi. Le groupe est bon quand il sort quelque peu de sa zone de confort.

  10. « Eternal Winter of Reason » (3’37) : Plus classique, cette dernière chanson dépeint là encore un décor sombre pour apposer la touche finale à cette œuvre d’At The Gates mature et des plus noires que l’on hâte de découvrir pleinement cet été…

=> Le septième album studio The Nightmare of Being du groupe suédois At The Gates sortira le 02/07/2021 (Century Media) si le ciel ne nous tombe pas sur la tête d’ici-là… Les pré-commandes seront disponibles à partir du 30/04/2021. Dans tous les cas, ne manquez pas ce chef d’œuvre en perspective pour ce millésime 2021.

AT THE GATES online:
http://www.atthegates.se
https://www.facebook.com/AtTheGatesOfficial
https://twitter.com/AtthegatesGBG
http://www.youtube.com/atthegatesofficial