You are currently viewing <strong>AUÐN</strong><br/> Ice-solation

AUÐN
Ice-solation

Ah l’Islande ! Ses nombreux volcans et glaciers, sa vie autarcique sans Mc Do, ses artistes de Pop/Rock rares de renom (Björk, Sigur Rós, etc.) mais aussi ses formations de Métal atmosphérique comme nos amis de Sólstafir ou bien dans une registre plus extrême les excellents Black Métalleux d’Auðn qui nous livrent déjà cet automne leur troisième opus intitulé Vökudraumsins Fangi (rassurez-vous, il ne s’agit pas là d’un nom de volcan comme le film de Dany Boon) nous entraînant dans les froids paysages de son pays qui, en période de pandémie, bénéficient d’un certain avantage du fait de son isolement, enfin pas tant que ça contrairement à ce que l’on pourrait croire… [Entretien avec Aðalsteinn Magnússon (guitare) par Seigneur Fred – Photos : DR]

Quelle est la situation en Islande? Êtes-vous en sécurité là-bas dans cette pandémie mondiale du fait de votre isolement géographique ? Comment vivez-vous la situation sur l’île, puisque vous êtes en quelque sorte isolé du virus Covid-19 ?
Cela s’est fait par vagues, nous avons en fait réussi à éliminer les virus au niveau national avant qu’ils n’ouvrent à nouveau les frontières, ce qui était une mauvaise idée à mon avis, mais je suppose que les engrenages du capitalisme doivent continuer à grincer… J’ai utilisé le temps pour écrire et répéter et apprécier honnêtement le rythme lent dans lequel nous sommes tous contraints pendant ces moments étranges. Mais le virus est de retour en force en Islande et nous continuerons d’être prudents.

Les concerts vous manquent-ils beaucoup ? Y a-t-il actuellement quelques petits concerts quand même dans la capitale Reykjavik ? Y a-t-il bientôt de nouveaux spectacles de prévus, ou bien rien ne se passe pour le moment ?
Bien sûr, ça nous manque de jouer en live et avec un nouvel album, nous manquons de nombreuses occasions de jouer mais nous faisons avec et saisirons les opportunités dès que possible, en attendant, nous continuons à vivre. Il n’y a aucun spectacle en cours et à l’heure actuelle où je réponds à cette interview, nous avons un maximum de dix personnes au même endroit et une règle de distance de deux mètres. Les masques sont obligatoires là où vous ne pouvez pas assurer une distance de deux mètres, les spectacles sont donc pratiquement impossibles…

Petite question sur le nom du groupe Auðn à présent : qu’est-ce que cela signifie ? Odin en islandais ou vieux islandais peut-être ? Est-ce lié au père des dieux Thor et Loke (ou Loki) ? Le puissant Odin ou Wotan ? Pouvez-vous nous parler de l’origine de votre nom ?
Auðn signifie « paysage désolé » ou un endroit où rien ne pousse. Dans notre cas concernant les déchets gelés de l’Islande et les déserts volcaniques noirs. Le nom n’a rien à voir avec Ásatrú ou avec la religion nordique, bien que pour certains, le nom ressemble en effet à celui du père des dieux.

La dernière fois que l’on s’est vu en concert, c’était au festival de Métal français appelé Motocultor (édition 2018), et votre show fut plutôt réussi et efficace. L’ambiance de votre musique était peut-être plus agressive sur scène que sur disque finalement. Pensez-vous qu’Audn soit plus colérique et moins atmosphérique sur scène par rapport à vos disques où les choses sont plus calculées ? Ces deux facettes représentent-elles les visages d’Audn : la fureur et l’atmosphère, comme le feu et la glace en quelque sorte ? (sourires)
Motocultor était l’un de nos temps forts pour 2018, super festival ! Nous sommes un groupe live à coup sûr, jouer en live est une chose différente d’être en studio bien que nos deux derniers disques aient été enregistrés en live en tant que groupe dans la même pièce. Il y a une urgence à se connecter avec la foule et à avoir un impact qui appelle parfois une approche plus agressive. Mais les performances en direct varient, pour une grande foule comme Motocultor ou Summer Breeze, le spectacle demande plus de mouvement et de feu alors que jouer dans un petit club, cela appelle davantage à des choses et sentiments plus intimes…

Pouvez-vous nous dire ce que signifie le titre de votre nouvel et troisième album Vökudraumsins Fangi ? Peux-tu l’expliquer ? L’œuvre est très belle au niveau des couleurs, représentant un coucher de soleil ou le crépuscule dans un paysage sombre, peut-être est-ce une peinture d’un paysage islandais à l’automne ?
Vökudraumsins Fangi traite d’un rêve ou plutôt d’un cauchemar perpétuel si immersif que vous commencez à douter de l’existence même de la vie que vous meniez autrefois. C’est un voyage à travers les émotions avec un certain nombre de concepts qui s’entremêlent dans l’album dans son ensemble : les lignes floues entre l’état de rêve et ce qui fait partie de la réalité ou même le surnaturel, comment peut-on faire confiance à quelque chose dont vous n’êtes pas sûr qu’elle se passe ? Toutes nos couvertures d’albums sont des représentations de paysages avec lesquels nous nous connectons émotionnellement en relation avec la musique. Il n’y a pas d’image claire peinte ici, c’est simplement une peinture qui représente ce que nous avons ressenti dans les chansons de l’album. L’auteur Víðir Þrastarson alias « Mýrmann » semble toujours capturer cela avec ses peintures pour nous. Chaque auditeur peut alors imaginer ce qui est représenté et je recommande de s’attarder sur la pochette tout en écoutant l’album car c’est une partie vitale de l’expérience.

En général, les thèmes de la nature et les sentiments dépressifs liés à cette nature omniprésents chez les groupes de Rock et Métal originaires de Scandinavie. Cela vous inspire-t’il aussi ?
La nature joue un rôle vital dans notre musique, venant d’Islande, il n’y a pas moyen d’y échapper. Nous sommes entourés de champs de laves volcaniques, de montagnes et de lacs, avec très peu d’arbres. Mais l’environnement naturel difficile nous a façonnés à coup sûr et continuera de faire partie de notre identité.

Dans quelle mesure ou comment ces thèmes (nature, mélancolie, etc.) vous ont-ils alors influencés sur Vökudraumsins Fangi ?
Nous créons des histoires autour d’événements ou d’émotions, réelles ou fictives et souvent inspirées de notre environnement naturel. La chanson  » Verður von að bráð  » par exemple traite d’un voyage dramatique à travers une tempête de neige avec quelque chose de sinistre vous menant à votre inévitable destin et à l’euphorie accueillante qui vous embrasse quand vous cédez enfin au froid qui devient mortel. L’idée des paroles m’est venue en traversant une tempête de neige tard dans la soirée, alors j’ai construit sur cette expérience et construit une histoire exagérée autour d’elle.

La chanson intitulée « Eldborg » est très directe et agressive. Que signifie « Eldborg » ? Je me souviens par exemple que le troisième album d’Enslaved s’appelle Eld, ce qui signifie « le feu » en norvégien. Quelle est l’idée derrière la chanson ?
Eldborg est le nom d’un volcan ici en Islande et signifie simplement « ville du feu ». Les paroles traitent de la mort par le feu et les cendres personnifiées dans un mal ancien qui provient de la terre pour couvrir le sol de nos paysages d’une terreur brûlante. Un hommage aux anciennes histoires de phénomènes naturels est ici personnifié comme à travers les titans ou les dieux.

Ne pensez-vous pas que le fait de chanter en islandais peut vous limiter afin de conquérir de nouvelles foules et de nouveaux fans ? Par exemple, Enslaved chante maintenant davantage en anglais (mais toujours un peu en norvégien) et traduisait toujours ses paroles dans ses livrets dans le passé. Dans un autre genre, Rammstein utilise l’anglais de nos jours, eux qui ne voulaient s’exprimer qu’en allemand pendant leurs vingt premières années… Alors qu’en est-il d’Audn ?
Je ne regarde pas cette musique comme un moyen de relayer un message, les mots sont là pour être traduits si les gens veulent savoir de quoi ils parlent mais cela n’a pas vraiment d’importance tant que les sentiments sont traduits et je pense qu’ils faire. Les voix dans notre musique sont plus un instrument ajouté au pli et livré comme tel, prenez Sigur Rós par exemple, ils sautent entre l’islandais, l’anglais et le charabia de façon transparente et personne ne se soucie d’essayer de comprendre les mots mais ils comprennent le sentiment et se perdre dedans. C’est drôle, vous devriez mentionner Rammstein car je voulais aussi les utiliser comme référence concernant cette question … (cela revient souvent) en tant que fan de longue date de Rammstein et des autres groupes que j’ai mentionnés, je pense que leur utilisation de leur langue maternelle est exactement ce qui les rend uniques et intéressants. L’islandais est notre langue et il n’y a pas beaucoup de gens qui peuvent s’exprimer sur la plateforme que nous pouvons dans une langue que seulement 330 000 personnes parlent et je pense que c’est plus intéressant que de rejoindre le troupeau.

Musicalement, comment résumeriez-vous vos principales influences ? Bathory, Enslaved par exemple ? Ou vous sentez-vous plus proches des formations plus récentes mêlant Black Metal et Folk/Pagan Metal ou celles de Post Black Metal plus atmosphériques ? Ou tout simplement vous ne vous souciez pas des étiquettes et vous vous sentez libres à ce sujet sans faire attention au type de musique que vous jouez ?
Nous venons tous d’horizons différents avec des racines différentes en ce qui concerne les influences. En grandissant, j’ai beaucoup écouté Rammstein et principalement des groupes de Death Metal alors que ‘ai plongé par la suite dans d’autres genres plus sophistiqués comme Emperor qui a toujours eu une énorme influence sur moi personnellement aussi. Mais comme je l’ai dit, en tant que groupe, nous provenons de plusieurs directions au sujet de nos influences, mais de nos jours je ne pense pas qu’il y ait des groupes qui nous influencent directement. Je ne donc peux parler que pour moi.

J’ai remarqué une chose très spécifique dans le line-up d’Audn et notamment sur scène : vous êtes trois guitaristes au total dans le groupe et particulièrement sur ce nouveau disque Vökudraumsins Fangi : il y a Hjálmar Gylfason ; Aðalsteinn Magnússon ; Andri Björn Birgisson. Pourquoi cette présence spécifique de trois guitaristes chez vous car c’est plutôt rare dans le Black Metal ? Ce n’est pas trop compliqué de composer et de jouer avec tout le monde dans le groupe ?
Nous avons senti que nous avions besoin d’un changement de rythme et avons ajouté notre ami de longue date Matthías Mogensen à la basse, Hjálmar est passé à la guitare et l’ajout de cette troisième couche de guitare était exactement ce dont nous avions besoin pour revenir sur l’écriture de la piste et avec plus de guitaristes, le processus d’écriture était plus facile que avant, plus d’idées et plus de façons d’expérimenter.

Alors, pouvons-nous jusqu’à dire qu’Audn est l’Iron Maiden du Black Metal islandais en quelque sorte avec ses trois guitaristes comme la légende britannique du Heavy Metal Iron Maiden avec Dave Murray, Adrian Smith, et Janick Gers ?! (rires)
Haha !! (éclats de rires) Ici, nous arrivons aux préférences personnelles et aux influences, je n’ai jamais été fan d’Iron Maiden personnellement donc je ne peux pas vraiment commenter ça… Il y a des fans de Maiden dans le groupe cependant. (sourires)

Plus sérieusement, je trouve vos nouveaux morceaux très agressifs et dynamiques, surtout dans vos rythmiques, par exemple sur les morceaux « Eldborg » dont on parlait précédemment ou bien aussi « Drepsótt ». Comment composez-vous du coup les chansons car la mélancolie et de l’émotion font parties intégrantes de vos chansons et ce ne doit pas être facile d’exprimer tout cela avec trois guitaristes pour que ce soit efficace et rythmé, non ?
Le processus d’écriture se produit généralement pendant les répétitions, quelqu’un propose un riff, puis nous construisons dessus et superposons des parties, et avec trois guitaristes, il est facile de trouver son groove : quelqu’un joue un rythme et fait de la place avec un break pour un lead de guitare, et la balle commence à rouler à partir de là… Parfois, nous superposons même les leads les uns sur les autres pour un changement de rythme plus spectaculaire.

Au chant, votre chanteur Hjalti Sveinsson donne probablement sa meilleure performance ici, très touchante et agressive. Sa voix est très convaincante. Comment s’est-il entraîné et répété pour atteindre ce nouveau niveau par rapport à vos albums précédents, qui étaient déjà forts bien sûr ?
J’écris la plupart des paroles et trace un squelette des motifs vocaux sur les chansons pour lesquelles j’écris, nous construisons ensuite ensemble et livrons un produit fini, Hjalti, Matthías et moi avons travaillé dur pour obtenir le résultat final sur ‘Vökudraumsins Fangi ». Hjalti a toujours eu une large gamme et nous avons exploré cette gamme plus loin que les autres sur cet album. L’expérience était également de notre côté cette fois-ci après avoir déjà enregistré deux albums et tourné pour les soutenir et les interpréter d’innombrables fois, il est plus facile d’exprimer et de reconnaître davantage vos forces et Hjalti a fait exactement cela sur cet album, a embrassé ses nombreuses voix et a livré un vraiment de grandes performances. En ce qui concerne ses méthodes de chant, elles consistent principalement à fumer des cigarettes et à boire du whisky… !! (rires) Je n’ai aucune idée de comment il parvient à suivre le rythme pour être honnête. (sourires)

Vous n’avez pas recours à des invités sur votre nouvel album. Pourquoi ? Vous n’aimez pas inviter des artistes ou vous ne pensez pas que c’est nécessaire dans votre musique ? Avez-vous des projets en ce sens afin d’inviter des artistes issus de la scène folklorique ou Métal locale ou norvégienne comme Enslaved ou Wardruna par exemple sur une ou deux chansons à l’avenir ?
Nous avons deux invités sur ce nouvel album, Arnaldur à l’orgue et Magnús Jóhann au piano à queue. Ils sont entrés dans le studio et ont obtenu un laissez-passer gratuit pour ajouter une atmosphère et si vous écoutez attentivement, vous serez surpris de ce que vous allez entendre ici de leur part…

Avant de conclure, comment compareriez-vous ce troisième album Vökudraumsins Fangi par rapport à vos deux précédents disques lorsque vous écoutez le résultat final à présent ?
Je dirai que l’on a fait un pas de plus vers l’obtention du son et de la sensation que nous recherchons. Nous avons consacré du temps et des efforts à faire en sorte que cet album sonne comme nous le voulions, et c’est quelque chose que nous allons continuer à développer lors des prochaines versions !

Malgré la situation actuelle, comment vois-tu l’avenir de la musique et surtout de ta musique avec Audn ? Quels sont vos projets pour la fin de l’année et l’année prochaine 2021 ? Pouvons-nous espérer vous voir bientôt live en France ?
Vous nous reverrez quand le monde le permettra. Nous avons déjà commencé à travailler sur de la nouvelle musique et continuerons à le faire tant que nous ne pouvons pas voyager et jouer en live. Nos projets en la matière ne peuvent être planifiés à l’avance et devons attendre la fin de cette contagion. On reste donc dans l’ombre en attendant l’heure de frapper.
En ce qui concerne l’avenir de la musique, ce n’est pas à moi de le dire mais je n’ai pas peur, ce n’est sûrement pas la fin de la musique et certainement pas la fin d’Audn.

CHRONIQUE ALBUM

AUÐN
Vökudraumsins Fangi
Black Metal atmosphérique
Season of Mist

Parmi les formations de Black Metal qui montent en provenance de l’île de glace, voici Auðn dont le troisième opus studio sort pile poil en cette saison automnale de plus en plus froide à l’image du superbe artwork (signé Víðir « Mýrmann » Þrastarson évoqué dans notre entretien avec l’un de ses guitaristes Aðalsteinn Magnússon) représentant un paysage islandais crépusculaire avec ses coulées de lave volcanique… D’emblée, vous vous retrouvez ainsi plongés dans l’ambiance de Vökudraumsins Fangi. Evoluant dans un Black Metal à la fois agressif et paradoxalement atmosphérique, Auðn apporte une nouvelle pierre solide à son édifice noir et assez mélancolique après déjà deux albums plutôt réussis et des prestations live carrées (Motocultor 2018). Les titres sont dynamiques avec un rythme soutenu (le très bon « Eldborg » en référence à un volcan islandais) et malgré l’abondance des riffs et la générosité du combo en la matière, on reste captivé du début à la fin. La caractéristique du sextet nordique provient justement de ce double sentiment de rage et de spleen (le déchirant  » Einn um alla tíð » en préambule de l’album ou le lourd  » Birtan hugann brennir » dans le bon sens du terme ici) faisant de ce disque un must du genre en cette fin d’année. Excellement enregistré quasi live (le groupe jouant ensemble dans la même pièce, ce qui se fait de plus en plus rare de nos jours) et produit au passage par Stephen Lockhart alias « Wann » au Sundlaugin Studio à Mosfellsbæ (Islande), Vökudraumsins Fangi a été mixé et masterisé enfin par le fameux ingénieur du son suédois Jens Bogren au Fascination Street Studios à Örebro. L’autre atout du groupe islandais réside dans son line-up comprenant pas moins de trois guitaristes. Là où l’on pourrait croire que ce soit brouillon, bien au contraire, les neuf chansons restent fluides mais intenses, possédant toujours ce côté incisif et mordant par conséquent dans les partie de guitares. A cela s’ajoute la dimension dramatique innée chez Auðn, forgée par la rigueur des hivers sur cette île sauvage de l’Atlantique nord et le caractère de ses habitants, qui confère une accroche émotionnelle voire épique ( » Birtan hugann brenni « ) assez novatrice dans ce style musical pourtant éculé. A consommer bien froid à la nuit tombée. [Seigneur Fred]