You are currently viewing AUDN : Vökudraumsins Fangi

AUDN : Vökudraumsins Fangi

AUÐN
Vökudraumsins Fangi
Black Metal atmopshérique
Season of Mist

Parmi les formations de Black Metal qui montent en provenance de l’île de glace, voici Auðn dont le troisième opus studio sort pile poil en cette saison automnale de plus en plus froide à l’image du superbe artwork (signé Víðir “Mýrmann” Þrastarson évoqué dans notre entretien avec le guitariste Aðalsteinn Magnússon) représentant un paysage islandais crépusculaire avec ses coulées de lave volcanique… D’emblée, vous vous retrouvez ainsi plongés dans l’ambiance de Vökudraumsins Fangi. Evoluant dans un Black Metal à la fois agressif et paradoxalement atmosphérique, Auðn apporte une nouvelle pierre solide à son édifice noir et assez mélancolique après déjà deux albums plutôt réussis et des prestations live carrées (Motocultor 2018). Les titres sont dynamiques avec un rythme soutenu (le très bon « Eldborg » en référence à un volcan islandais) et malgré l’abondance des riffs et la générosité du combo en la matière, on reste captivé du début à la fin. La caractéristique du sextet nordique provient justement de ce double sentiment de rage et de spleen (le déchirant ” Einn um alla tíð” en préambule de l’album ou le lourd ” Birtan hugann brennir” dans le bon sens du terme ici) faisant de ce disque un must du genre en cette fin d’année. Excellement enregistré quasi live (le groupe jouant ensemble dans la même pièce, ce qui se fait de plus en plus rare de nos jours) et produit au passage par Stephen Lockhart alias “Wann” au Sundlaugin Studio à Mosfellsbæ (Islande), Vökudraumsins Fangi a été mixé et masterisé enfin par le fameux ingénieur du son suédois Jens Bogren au Fascination Street Studios à Örebro. L’autre atout du groupe islandais réside dans son line-up comprenant pas moins de trois guitaristes. Là où l’on pourrait croire que ce soit brouillon, bien au contraire, les neuf chansons restent fluides mais intenses, possédant toujours ce côté incisif et mordant par conséquent dans les partie de guitares. A cela s’ajoute la dimension dramatique innée chez Auðn, forgée par la rigueur des hivers sur cette île sauvage de l’Atlantique nord et le caractère de ses habitants, qui confère une accroche émotionnelle voire épique (” Birtan hugann brenni “) assez novatrice dans ce style musical pourtant éculé. A consommer bien froid à la nuit tombée. [Seigneur Fred]