Le cap des vingt ans ayant été admirablement franchi avec le superbe Winter Thrice en 2016 sur lequel apparaissait l’ancien chanteur Garm (actuel Ulver) au côté des autres titulaires, Borknagar a décidé aujourd’hui de se recentrer sur lui-même, remerciant au passage l’ami Vintersorg. Ce dernier est donc absent sur True North, onzième album du groupe norvégien, comme nous l’explique son claviériste/chanteur (également membre des excellents Solefald). [Entretien avec Lars « Lazare » Nedland (claviers, chant) par Seigneur Fred – Photo : DR]

Pourquoi Andreas Hedlund alias « Vintersorg » a-t’il quitté le groupe après dix-neuf ans passés avec vous ?

La raison principale est qu’Andreas a eu un grave accident à l’arrière de la tête en 2014 (choc contre un mur en béton). Il fut longtemps hospitalisé. Depuis, il a des soucis, cela a déséquilibré son oreille interne pour laquelle il a dû être opéré. De plus, il est aussi père de famille et habite au nord de la Suède et nous en Norvège. Donc on ne pouvait plus se voir pour travailler ni partir trop loin en tournée (sauf en voiture) car il ne peut plus prendre l’avion à cause de la pression perturbant son oreille interne. Par conséquent, on a convenu ensemble qu’il arrête avec Borknagar. Tu sais, il a aussi ses autres projets/groupes (Cronian avec Øystein (Borknagar), Fission, Otyg…) dont Vintersorg sur lequel il travaille d’ailleurs pour un prochain album. Mais sache qu’il n’y a aucun drame là-dessus : on est toujours amis.

Ça ne devenait pas trop compliqué tout de même trois chanteurs au sein de Borknagar, entre lui, ICS Vortex, et Garm revenu sur le précédent album Winter Thrice, plus toi qui chante également et assure les chœurs ?

On n’a jamais manqué de ressources au niveau des chanteurs dans Borknagar, ça s’est sûr ! (rires) Garm était venu chanter uniquement sur deux titres du précédent album Winter Thrice pour célébrer les vingt ans du groupe. A présent, on a recentré le groupe et c’est ICS Vortex qui chante (chant clair et screams), et moi-même en effet, depuis longtemps déjà, au chant clair également et chœurs.

Vous avez donc dû aborder différemment ce onzième album True North en studio ?

Oui, cette fois on a vraiment collaboré à trois : Øystein, ICS Vortex et moi. C’est le noyau dur de Borknagar. On a enregistré chez Øystein (Crosound Studio) à côté de Bergen, dans la campagne d’Hordaland. Il y a eu un travail de pré-production et on a tous participé à la composition du nouvel album. En gros, chacun a composé un tiers de True North.

BORKNAGAR

True North
Black Metal progressif
Century Media/Sony Music
★★★★☆

Øystein G. Brun poursuit son œuvre nordique de manière très classique sur ce onzième album studio composé à trois. Vintersorg ayant été débarqué, le bassiste ICS Vortex et le claviériste Lars Nedland (également membre de Solefald qui prépare un nouvel album, nous a confié l’artiste) se partagent désormais le chant clair, les cris Black Metal étant réservés à ICS Vortex exclusivement. D’emblée, on reconnaît les mélodies de Borknagar mêlant toujours aussi admirablement le feu et la glace (« The Fire That Burns ») accompagné du magnifique chant clair du frontman d’Arcturus. Les nouveautés résident dans l’approche plus organique et progressive encore (l’orgue Hammond sur le dynamique « Up North », l’entraînant « Lights ») et émotionnelle (« Wild’s Father Heart » dédié au père d’Øystein). Axée sur le nord et ses différentes interprétations, True North s’achève par la splendide et énigmatique chanson « Voices » qui rassurera les fans si toutefois ils avaient perdu le nord avec tous ces chanteurs.

[Seigneur Fred]

BORKNAGAR
Cap au nord

Fermer le menu