You are currently viewing CADAVER : Edder & Bile

CADAVER : Edder & Bile

CADAVER
Edder & Bile
Death/Black Metal
Nuclear Blast/Ada

Anders Odden est visiblement bien occupé en studio depuis quelques temps étant donné qu’il ne tourne plus avec Satyricon, et au vu de la situation actuelle, il a bien raison de composer et enregistrer chez lui en Norvège. Après avoir sorti Lex Amentiae (Listenable Rec./2017), le premier album d’Order en compagnie des deux ex-Mayhem Manheim (batterie) et Messiah qui nous avait bien plu en matière de Black/Death Metal, l’artiste multi-instrumentiste (excepté à la batterie) avait relancé son principal groupe Cadaver (ex-Cadaver Inc.) dont il demeure l’unique et principal membre d’origine. Rappelons au passage que Cadaver, à l’instar d’un Blood Red Throne dix ans plus tard, est l’une des premières formations norvégiennes de Death Metal apparue sur la scène à la fin des années 80 (avant qu’un certain Darkthrone ne change de fusil d’épaule). Et comme son copain americano-belge Dirk Verbeuren (ex-Headline, ex-Arstsonic, ex-Aborted, ex-Soilwork, etc.) que l’on ne présente plus, s’ennuie en studio avec Megadeth (le nouvel album est fini a priori, Dave Mustaine étant sur pieds après son cancer de la gorge contre lequel il s’est battu et a prié) en cette période de vache maigre en matière de concerts, quoi de mieux que de s’associer avec un ami comme Odden pour du bon Death/Black Metal froid et bien rentre-dedans à la Carcass (dernière génération) ?

Si vous avez aimé l’EP déjà paru au printemps 2020 D.G.F.A. en guise d’amuse-bouche et à l’artwork volontairement repoussant, il y a de grande chance que ce nouvel album de Cadaver conquiert votre cœur de metalhead toujours avide de sensations extrêmes. Froid comme l’hiver et brutal à souhait, le duo n’apporte rien de bien original sur Edder & Bile avec ses clichés du genre mais ce qui est intéressant c’est cette production sonore moderne où la batterie acoustique sonne comme une acoustique mais cogne sévère de manière bien propre, en premier plan ici, un peu comme sur les derniers Carcass justement, et presque trop propre… En tout cas, que diable, ça envoie ! Neddo (= Anders Odden) se fait vraiment plaisir ici au chant, aux guitares et à la basse, se mettant lui-même en scène dans ses vidéoclips. Cette union Death/Grind bucheronne à merveille, le temps est compté, et Cadaver va droit au but ! Si parfois les riffs de guitares s’avèrent un peu redondants, compressés par cette batterie omniprésente de notre ami poulpe belge Dirk, il y a cependant une alliance maléfique entre nos hommes. Dans le même genre musical de collaboration artistique, nous avons eu d’ailleurs droit aussi dernièrement à Brave The Cold que l’on vous avait présenté en 2020 et où Mitch Harris essayait d’innover, que ce soit dans les ambiances, les structures des morceaux, les mélodies (un minima) ou le chant. Ici, si le métronome s’affole et les breaks sont puissants, il manque un petit quelque chose pour ne pas décrocher à un moment donné, et ce malgré les trente-et-une minutes, format idéal pour un disque aussi intense et direct. Il faut attendre vers le milieu (« Deathmachine ») puis vers la fin de l’album pour entendre un peu de surprise (« Years of Nothing ») dans cet assaut sonore et sonique au demeurant extrêmement efficace car ça bastonne grave encore une fois ! Les blasts beats sont redoutables (« Morgue Ritual », « Reborn »…). Plus de diversité dans les riffs ou vocaux auraient été franchement les bienvenus de la part d’Anders Odden mais bon, on passe un moment frais et intense avec cette quatrième boucherie studio de Cadaver. Mais quid des représentations live ? Difficile à dire par les temps qui courent et vu le planning du batteur en général avec Megadeth et du leader norvégien avec Satyricon (live), cela risque bien de se cantonner à la collaboration studio uniquement même si autrefois Cadaver Inc. avait tourné en première partie de Zyklon et Morbid Angel (Printemps de Bourges 2001). Pour l’heure, dégustons cette galette studio d’une demi-heure. Alors Edder & Bile : assurément l’album Death Metal de cette fin d’année 2020 ? A vous de tester mais gare à vos oreilles car elles vont saigner ! [Seigneur Fred]