Communic s’est fait très discret ces dernières années. Trois ans c’est long mais pas forcément pour son compositeur et tête pensante Oddleif qui à pris son mal en patience pour accoucher de Hiding From The World, un nouvel album fort progressif. [Entretien avec Oddleif Stensland (chant, guitare) par Loïc Cormery – Photo : DR]

Parlons de ce nouvel album tant désiré. Comment as-tu approché les compositions et les sujets au niveau des paroles ?
Comme certaines de ces compositions et des idées de chansons sont quelque peu « vieilles », toutes les paroles sont nouvelles et à jour. Ma pensée et mon état d’esprit à certains niveaux, et les choses qui m’inspirent, est ce qui me pousse à écrire ces petites histoires qui se transforment en mes paroles. Ce n’est pas un album de concept, mais il a une importante connexion traversant toutes les chansons je pense, les liant ensemble. En ce qui concerne les paroles et le thème général que j’avais en tête lors de l’écriture de ces chansons, faire face à ce que nous laissons en héritage quand nous mourons, comme un artiste qui va très probablement jamais obtenir sa reconnaissance, sa richesse et le respect qu’il mérite de son vivant, après
qu’il soit mort. La vie est imprévisible et nous ne savons pas ce qui va se passer dans un futur proche. Eh bien, cela semble vraiment déprimant, mais c’est de là que ces chansons viennent et je pense que ce sentiment a été capturé à travers les chansons et les histoires de cet album… Pas un album important en aucun cas, mais peut-être le plus épique collection de chansons que nous ayons jamais écrites !

Pouvez-vous nous parler de cette œuvre épique qu’est « Born Without a Heart » ? Dix minutes de musique riche…
Merci, ouais, nous avons de longues chansons cette fois-ci. C’est une de ces chansons qui touchent vraiment le « son Communic » traditionnel. C’est un peu ce que nous faisons aujourd’hui et nous luttons pour ça. Cette dynamique change dans une chanson comme « Born Without A Heart » . Nous essayons de perfectionner, en augmentant la tension, en utilisant de la mouvance, des tempo qui changes et pour tout cela ça vaut la peine d’avoir le sentiment que nous nous cherchons encore après temps d’années. Cette chanson a toutes ces « marques » commercial chez Communic, de l’intro acoustique à l’accumulation de riff lourd et la fin épique. Une chanson sur tous les maniaques de ce monde qui semble être complètement sans âme ni cœur, et parfois je me suis demandé si cela m’incluait pas aussi…

La pochette a été réalisée par le formidable et talentueux Travis Smith . Pouvez-vous nous expliquer le message ?
L’œuvre de Travis Smith ne fait que clouer ce sentiment de désespoir, dépassé par le la terre et tout semble hors de portée ou trop difficile à comprendre mais il reste encore une trace d’espoir. J’ai toujours aimé le travail de Travis Smith et son style. J’ai eu cette idée de cette personne en pierre dépassée par la terre avec ses branches d’aspect mort accrochées sur lui. Un trou dans sa poitrine et une cage suspendue à l’arbre avec le cœur ou l’âme enfermés, puis la clé de la cage suspendue à atteindre. Je pense que cela s’est avéré génial et représente l’énergie et l’atmosphère sur l’album.


CHRONIQUE ALBUM

COMMUNIC
Hiding From The Worlds
Heavy Metal progressif
AFM Records

Communic se situe dans la lignée des groupes tels que Nevermore qui ont su faire un savant mélange de rythmiques sanguines avec des passages beaucoup plus posés. La formation norvégienne offre un panel large de variations et d’ambiances ainsi que de tempos qui fluctuent assez tout au long de l’album, ce qui lui confère une touche progressive certaine aux accents heavy/thrash.« Plunder Of Thoughts» marie riffs saccadés qui apportent toute la puissance, soutenus par une batterie précise et percutante avec des envolées mélodiques assez jouissives pour certaines. Le travail de la basse est assez incroyable tout au long du skeud. Le groupe sait être très accrocheur avec ses rythmiques et avec cette voix qui s’adapte aux riffs pour fournir des humeurs plus thrash ou plus progressives suivant l’instant, même si c’est avec les aigus qu’Oddleif Stensland aime le plus souvent flirter. La production est de très bonne qualité, servant la musique avec efficacité, en accentuant l’agressivité des riffs et en arrondissant les mélodies et la voix sur les passages plus calmes comme sur «Born Without A Heart ». L’alternance des riffs est bien pensée, on ne s’ennuie pas  une seule seconde et c’est l’avantage d’avoir de l’expérience après temps d’années. Communic signe un retour conquérant avec beaucoup de titres taillés pour le live (un jour). Un album remarquable en termes de heavy/progressif cette année. [Loïc Cormery]