You are currently viewing DAEMON GREY : Follow Your Nightmares

DAEMON GREY : Follow Your Nightmares

Vous ne connaissiez pas Daemon Grey ? Rassurez-vous, moi non plus ! Et pourtant, Daemon Grey écume la scène américaine depuis plus de 10 ans, travaillant avec les plus grands comme Gavin Brown (Three Days Grace), Kevin Thrasher (Escape The Fate) ou encore Mike Riley (Marilyn Manson). Et aujourd’hui, Daemon Grey nous dévoile son album, Follow Your Nightmares. [Par Valentin Pochart en partenariat avec allrock.fr]


DAEMON GREY
Follow Your Nightmares
Rock/Metal alternatif
Out Of Line Music

Parlons peu, parlons bien ! Dès le début on voit que l’artiste canadien Daemon Grey a pour référence le nu metal un peu industriel de Dope et Static-X, voire un peu de Wednesday 13. Sur “King Of Sin” notamment, on reconnait le style et l’énergie du premier album de Dope, il en est de même sur d’autres titres comme “XXX” ou encore “I Like The Taste Of Blood”. On lorgnera également du côté de Motionless In White par exemple sur le heavy “Nature Of My Beast”, et du côté du metalcore très directement sur “I Don’t Wanna Grow Up” qui étonnamment rappellera au niveau de la mélodie les chanteurs pop irlandais de Jedwards et leur titre de l’Eurovision 2011, Lipstick.

Un autre côté de cet album qui est immédiatement remarqué, c’est que Daemon Grey sait faire des ballades ! En effet, “Stoned And Alone”, “Sworn To Black” ou encore le single “Isolated” nous feront directement penser à Five Finger Death Punch en termes de son de ces power ballads un peu bourrines par moment. On est donc sur un bon mélange, avec 3 faux slows contre 8 morceaux bourrins, cependant la voix change énormément entre les deux, et on se dit que ça s’enchaîne peut-être un peu brusquement au niveau du son.

En bref : Follow Your Nightmares ne sera probablement pas l’album de l’année pour nous, mais Daemon Grey a le mérite de livrer un album qui se laisse écouter dans un style pourtant un peu daté. A voir si on ne lui préfèrera pas Machine de Static-X ou Life de Dope, mais ça reste quand même sympa et bien produit ! [Valentin POCHART]