Quatre ans après Koi No Yokan, Deftones nous revient plus en forme que jamais avec le sobrement intitulé Gore. Pour autant le groupe orginaire de l’Oregon n’a pas viré sa cutine, et n’a pas troqué sa blouse « métal alternatif » pour celle du « Death Metal ». Le titre sonnait bien tout simplement et soulevait une question. Chino et sa bande aiment varier les plaisirs et pour l’occasion, nous n’allons pas bouder le nôtre.

[Entretien avec Abe Cunningham (batterie) et Frank Delgado (Samples, clavier) par Julien Meurot – julien@metalobs.com]

Deftones

Que pouvez nous dire sur la période « Koi No Yokan« ?
Abe: Nous nous sommes bien amusés. Pas de pression, juste du fun.
Frank: et particulièrement en France ou nos derniers concerts ont été vraiment cool (ndlr : au Trianon en février 2013). Malheureusement pour les raisons que nous connaissons tous, nous n’avons pas été en mesure d’assurer les derniers prévus en dates (ndlr : Deftones devait se produire au Bataclan la semaine suivant les évènements du 13 novembre). Mais nous reviendrons prochainement à Paris.

Quand avez-vous commencé a composer Gore ?
Abe: Il y a un an et demi environ. Mais cette fois la façon de composer fut différente. Nous vivons tous dans des villes différentes, enfin sans Frank et moi qui vivons à Sacramento. Du coup, nous avons fait des sessions d’écriture d’une dizaine de jours réparties sur plus d’un an. C’était très sympa, car assez inédit pur nous.
Frank: Pour les deux albums précédents, nous avions été plus rapides, et plus intenses dans notre façon de faire. C’était sympa de procéder différemment pour Gore, de prendre le temps, d’avoir du recul sur ce que nous faisons.

On retrouve Jerry Cantrell sur « Phantom Bride »
Abe: Lorsque nous avons terminé ce titre, nous l’adorions, mais il semblait manquer quelque chose. Chino l’a envoyé à Jerry qui a écrit ou du moins joué ce solo. Le morceau s’en retrouve métamorphosé.

Vous aviez tourné avec Alice In Chains en 2010. Votre amitié remonte-t-elle à cette époque ?
Frank: Je suis un fan inconditionnel d’Alice In Chains. De tourner avec eux a été un grand honneur. Nous avons eu l’occasion de faire plus ample connaissance, c’est vrai. Son solo est un vrai plus sur ce disque, c’est indéniable.

J’adore le titre « Hearts/wires« , ce qui n’est pas le cas de tout le monde au sein de Deftones.
Abe: (rire) Stephen (Carpenter, guitare) détestait ce titre. Mais pas simplement « ne pas aimer », il le détestait vraiment. Imagine-toi Stephen bouder dans son coin dans le genre : non, non, non, c’est de la merde, je ne le jouerai jamais. Au final, une fois le titre en boîte, il l’a adoré.
Frank: Ce n’est pas la première fois, ni la dernière où nous ne serons pas d’accord. Mais beaucoup de personnes comme toi adorent ce titre au feeling très 70’s. Il ouvre notre spectre musical et maintenant nous l’adorons tous.

Comme le bien nommé « Dommed User » qui n’est pas sans rappeler Black Sabbath et qui fait bien retro aussi.
Abe: On ne peut rien te cacher. Mais Stephen adore ce titre par contre (rire). Il a sorti sa plus belle huit cordes pour le faire sonner bien gras.

Heureusement sur certains titre comme l’éponyme « Gore », les fans retrouveront le Deftones des débuts.
Frank: On ne changera pas non plus. Simplement avec le temps, nous osons plus de choses. Mais Deftones restera toujours Deftones. Là aussi ce n’était pas prémédité. Ce titre sonne old school, tant mieux. Mais il est sur l’album car nous l’adorons tout simplement.

On vous pose souvent la question, mais pensez-vous sortir un jour Eros (ndlr: album sur lequel bossait Deftones avant l’accident de leur bassiste historique, Chi Cheng, en 2008. Ce dernier est décédé en 2013 et l’album n’a jamais vu le jour)
Abe: Ce disque verra le jour, un jour. Mais il reste encore pas mal de travail dessus. Nous n’en parlons pas vraiment, nous préférons nous concentrer sur l’avenir. Nous ne disons pas jamais, mais un jour.
Frank: Penser à ces titres nous rappelle beaucoup de choses négatives.