You are currently viewing DREAM THEATER : Distant Memories – Live in London

DREAM THEATER : Distant Memories – Live in London

DREAM THEATER
Distant Memories – Live in London (CD/DVD/Blu-Ray)
Metal progressif
InsideOut Music / Sony Music

InsideOut réalise une belle opération en ajoutant indirectement à son catalogue Scenes From A Memory, repris in extenso pour les 20 ans de sa sortie dans ce live des 21 et 22 février 2020 à l’Eventim Apollo, ex-Hammersmith Odeon, de Londres. L’album, bien plus emblématique qu’Images And Words, était une double première en 1999 puisqu’il proposait un concept (histoire d’amour fratricide) plus un clavier-maître (Jordan Rudess) pour le même prix. Les retrouvailles sont d’abord physiques et, sans abuser de stéréotypes, seul le bassiste d’origine coréenne John Myung se joue du temps qui passe. James LaBrie, dont on rapporte souvent à tort l’inconstance en concert, semble avoir fait bombance mais se trouve dans une forme vocale olympique. Quant à Mike Mangini, l’éternel remplaçant au jeu ambidextre, précis voire clinique de l’autre Mike (Portnoy), il est attendu de tous les air-drummers du premier rang sur le final de « One Last Time » : sa réinterprétation en décélération / accélération, sécurisée par ses collègues qui impriment le rythme, est un modèle de prise de risque. RAS pour Jordan Rudess, dont le clavier sur vérin hydraulique s’offre à notre regard sous une perspective presqu’isométrique, et John Petrucci, en 7 cordes sur un « Dance Of Eternity » qu’on a longtemps goûté isolé… Jusqu’à ce que le producteur qu’il est aussi assure des chœurs étonnamment justes (« there can be no turning back ») et exagérément épais pour un seul homme. Difficile dès lors de ne pas considérer les nouveautés, moins « Untethered Angel », comme du menu fretin. [J-C Baugé]