Après s’être cherché sur quelques albums, Dynazty a trouvé son allure de croisière et propose avec The Dark Delight probablement son meilleur effort studio. Formé en 2008 dans la capitale suédoise, le groupe livre un septième opus de Heavy/Power Metal particuièrement réussi et délicieux de bout en bout ! [Entretien avec Nils Molin (chant) par François Alaouret — Photo : Tallee Savage]

Avec The Dark Delight, vous confirmez votre virage vers un Power Metal mélodique, avec des touches Heavy et Hard rock. Dynazty a enfin trouvé son style ?
Je n’aime pas beaucoup étiqueter la musique par sous-genres. Pour moi, tout est soit du hard rock, soit du heavy metal, que ce soit Toto ou Meshuggah… Bon, ça, c’est fait (rires) ! Je décrirais notre musique comme ayant un pied dans le passé et un autre dans le présent. Nous sommes, et avons toujours été, une sorte de trait d’union entre le passé et le futur, marqué par de multiples influences.  

Vous collaborez tous avec d’autres formations reconnues (Lindemann, Joe Lynn Turner ou Amaranthe). Dynazty est-il le meilleur groupe à vos yeux pour jouer librement ce que vous souhaitez vraiment au fond de vous ? 
Dynazty est le groupe auquel chacun d’entre nous appartient réellement. Nous partageons le même état d’esprit en termes d’approche musicale et de goût. Il y a une véritable alchimie entre nous et qui ne peut être reproduite ailleurs. Et notre musique et notre son en sont le reflet direct.

The Dark Delight bénéficie d’une puissante et très bonne production. Comment s’est passée votre collaboration avec Jacob Hansen ? Qu’est-ce qui a changé par rapport à Titanic Mass ?
En effet, Jacob est l’un des meilleurs artisans de l’industrie musicale aujourd’hui. Ses connaissances et son expertise sont tout simplement stupéfiantes. Son approche de la production sonore est naturelle et énorme. Il a fait des merveilles sur l’album et c’était quelque chose que nous avions toujours recherché.

Vos chansons sont vraiment taillées pour la scène. C’est une chose à laquelle vous avez pensé en composant ce nouvel album ?
Nous avons toujours cela à l’esprit lorsque nous composons des chansons. Il faut qu’elles fonctionnent bien sur scène. Lors de l’écriture de « Presence Of Mind », par exemple, on savait très bien que ce type de groove était parfaitement adapté au live.

Vocalement, tu as essayé beaucoup de choses et tu montres vraiment le meilleur sur l’album. Partages-tu aussi ce sentiment ?
Oui, c’est vrai. À chaque album, mon objectif est toujours de m’améliorer et d’être encore meilleur vocalement. Je pense avoir atteint cet objectif jusqu’à présent, et The Dark Delight est certainement ma meilleure performance vocale, la plus intense et la plus diversifiée à ce jour.

Pour conclure, un petit mot au sujet de la pochette de l’album, qui est vraiment très belle et particulièrement réussie. Quel était votre objectif au moment de sa conception ?
La pochette est l’œuvre de Gustavo Sazes (NDLR : Almah, Angra, Arch Enemy, Nightrage, Old Man’s Child, Secret Sphere, Serenity…). Je suis un grand fan de son style depuis des années. Dernièrement, il a collaboré avec énormément de groupes et son travail est à chaque fois différent, c’est une très bonne chose. Il a un immense talent. Pour l’album, il a su reproduire parfaitement ce que j’avais en tête… Sans même savoir exactement moi-même ce que j’avais dans la tête d’ailleurs (rires) !


DYNAZTY
The Dark Delight
Heavy/Power Metal moderne
AFM Records
★★★★☆

Avec le célèbre Jacob Hansen (Volbeat, Destruction, UDO…) aux manettes, les Suédois ont mis tous les atouts de leur côté sur The Dark Delight, alliance de puissance et mélodie. Dynazty a placé la barre très haut avec ses riffs tranchants, une rythmique imparable et des refrains hyper fédérateurs chantés par le virtuose Nils Molin. Flirtant avec le Power Metal, le combo scandinave n’en oublie pas pour autant de rester très Heavy conservant cet aspect Hard Rock particulièrement revigorant. Dynazty a trouvé la bonne formule, le niveau technique de ses membres assurant le reste. Comme le souligne le chanteur, The Dark Delight possède un groove qui va faire des ravages sur scène. Très bon album ! [François Alaouret]