You are currently viewing FOGHAT : 8 Days On The Road

FOGHAT : 8 Days On The Road

FOGHAT
8 Days On The Road
Classic Rock
Foghat Records

Foghat a décidé de fêter ses cinquante ans de carrière en sortant un nouveau Live intitulé 8 Days On The Road, qui a été enregistré au Dary’ls House Club situé à Pawlin, à New-York, club fondé par Daryl Hall du célèbre duo pop rock Hall & Oates. Pour ceux qui n’ont pas suivi leur carrière, rappelons que Foghat a été formé à Londres en 1971 et connut le succès aux Etats-Unis en multipliant les tournées et dont plusieurs albums furent disques d’or ou de platine. Groupe anglais de Boogie Rock, Roger Earl continue à tenir la batterie et est donc le seul British survivant du line-up, rejoint par des Américains avec donc au chant Charlie Huhn, à la guitare l’ex-Molly Hatchet Bryan Bassett et Rodney O’Quinn (ex Pat Travers) à la basse. Ce concert commence donc avec « Drivin’ Wheel » et la slide d’enfer de Bryan Bassett, puis « Road Fever » du tout début, et un « Stone Blue » de 1978 toujours aussi efficace. La suite confirme que Foghat est toujours le roi du « Boogie Rock avec « Chateau Lafitte 59 » de 1974. Deux reprises viennent ensuite avec « It Hurts Me Too » de Elmore James et « Take Me To The River » de Al Green qui éclatent tout. Je ne peux pas détailler tous les titres mais notons la présence des classiques du quatuor comme « Chevrolet », « Fool For The City », « Maybellene » hommage à Chuck Berry et on finit sur le tube de Foghat : « Slow Ride ». Ce double disque est donc un must surtout qu’il est accompagné d’un DVD, permettant ainsi de savourer le concert comme si on était assis dans la salle. Le groupe britannico-américain est venu en août 2019 en Belgique au Golden Age Rock Festival de Liège, et on aimerait bien les retrouver par ici en 2022 pour nous permettre de les voir de nouveau sur scène. A noter que Foghat prévoit un nouvel album studio en 2022 et ce style de musique festive et rock’n roll est vraiment ce qu’il nous faut dans une période qui aura été difficile pour tout le monde. [Philippe Archambeau]