Nous avons profité de la venue pour la première fois de Godsmack au Hellfest pour poser quelques questions à son charismatique frontman Sully Erna. Interview vérité sur le passé, le présent et le futur du groupe.

[Entretien avec Sully Erna (Chant, guitare) par Loïc Cormery]

Godsmack; Sully Erna; Shannon Larkin; Hellfest 2015; Clisson; 19/06/2015

Vous tournez bien plus en Amérique qu’en Europe ; pourquoi tant d’attente chez nous ?

Pour tout dire, je suis heureux que tu dise ça, car je pense qu’il est très important que j’explique et que tu transmettes ça aux fans : ce groupe veut jouer à l’international. Nous adorons venir en Europe, nous adorons aller partout en dehors des Etats-Unis. Le problème, et la raison pour laquelle nous avons fait une si longue pause, c’est qu’il y avait de méchants problèmes à l’intérieur du groupe, au niveau de notre société de management et au niveau de notre maison de disque et nous ne bénéficiions d’aucun soutien et d’aucune aide. Nous pouvions partir en Europe avec certains des plus grands groupes, de Black Sabbath à Metallica, et pourtant rien ne suivait, il n’y avait pas d’album dans les bacs, il n’y avait rien, aucun soutien. Et c’est devenu un véritable défi pour nous de continuer à nous rendre là-bas. Voilà donc pourquoi, après le dernier album, nous avons pris du temps et l’avons passé avec nos familles et amis et lorsque nous sommes revenus dans le business, la première chose que j’ai faite c’était de corriger ces problèmes. Nous avons mis en place une toute nouvelle équipe de management, nous avons embauché Spinefarm en tant que maison de disque en Europe et nous avons reconstruit tout ce groupe, de manière à pouvoir revenir là-bas et passer de plus en plus de temps en Europe. Je vous fais donc la promesse qu’en 2015-2016, le but de ce groupe sera de venir en Europe et d’y jouer autant que possible, de manière à rattraper le temps perdu.

IMG_20150619_181015[1]

Le maire Marty Walsh a déclaré le 6 août comme étant le « Jour de Godsmack » dans la ville de Boston. J’imagine que c’est un honneur pour toi ?

C’était un grand moment de fierté pour nous. Le maire est lui-même un jeune type, il est vers la fin de sa quarantaine et c’était un fan de Godsmack. Il nous écoutait lorsqu’il était dans sa vingtaine et sa trentaine, et quelques années plus tard il devient le maire et reconnaît un groupe qui a travaillé très dur ces vingt dernières années et a été fier de dire que nous venons de Boston. ça a donc fait du bien d’être honoré et d’être reconnu pour tout le travail que nous avons accompli à travers les années dans cette même ville où nous avons grandi.

Les chansons « Something Different » et « Generation Day » semblent parler d’une sorte de nostalgie de la vieille époque. Estimes-tu que les choses étaient plus réelles il y a vingt ans ou plus ?

Ouais, on traverse tellement de générations différentes et désormais, avec le monde du digital et tous ces trucs, on en est arrivé à un stade difficile pour ceux qui font de la musique aujourd’hui, si on compare à l’époque où c’était encore considéré comme un véritable art. J’aime toujours écouter des disques vinyles ; j’essaie de préserver chaque parcelle de ce monde analogique qu’il nous reste. Il y avait des moments vraiment spéciaux. A l’époque, tu allais dans un magasin avec ta mère pour acheter un nouvel album, tu revenais à la maison, tu allais dans ta chambre, tu mettais ton casque et tu écoutais l’album du début à la fin. C’était un véritable voyage musical, une véritable expérience que tu entretenais avec la musique. Mais aujourd’hui, les gosses grandissent à un âge où ils peuvent se procurer une chanson d’un groupe et une chanson d’un autre… Je ne sais pas s’ils vivent la même expérience que notre génération vivait et c’est vraiment de ça que parle les chansons, du fait de préserver ce vieux monde analogique mais en comprenant bien et ayant accepté qu’au bout du compte, le monde digital gagnera probablement, et il faut s’en accommoder de la meilleur façon qui soit.

On dit souvent que Sully Erna est un homme de caractère et on pense souvent à l’échange interposé avec Nikki Sixx ? C’est quelque chose qui te dérange ?

Ahah ! Je ne sais rien à son sujet. Je pense, en fait, que c’est très drôle que tout ce qu’il fait c’est se plaindre de nous alors qu’il ne sait rien de nous. Ce n’est qu’un vieux type grincheux qui essaie de se faire de la publicité gratuite, mais il ne l’obtiendra pas de nous. Donc, si Nikki Sixx a un problème avec moi, il peut venir me voir. Autrement, je n’ai pas l’intention de lui offrir de la publicité gratuite !

Un deuxième album solo est en cours d’écriture ?

Je suis déjà en train de commencer à écrire pour le nouvel album et espérons que lorsque Godsmack fera une pause, j’entrerais en studio pour enregistrer ça et commencer à sortir ça. Mais là tout de suite je suis le nouveau commencement de Godsmack et je veux rester concentré là-dessus. Nous voulons partir sur les routes et travailler, c’est un vaste monde là-dehors que nous voulons rattraper, donc nous prévoyons de travailler ensemble pendant un petit moment.

Quel est pour toi l’album de Godsmack qui te tient le plus à cœur ?

C’est une question difficile ça ! Mais je pense honnêtement que c’est le 1er album. J’ai des souvenirs intact à ce sujet. J’ai pratiquement tout fait tout seul chez moi et je ne savais pas où j’allais mettre les pieds par la suite. Un grand merci aux fans en tout cas.

Alors ce Hellfest ?

C’est vraiment un festival exceptionnel ! L’organisation est pro, le site est magnifique. Nous avons fait un show classique cependant mais c’est normal avec un temps de jeu court. Nous sommes ravies d’y avoir participé !