HELFRÓ
Helfró
Black/Death Metal
Underground Activists/Season of Mist
★★★☆☆

Ce premier effort des Islandais de Helfró paru sous forme dématérialisée uniquement sur Bandcamp il y a deux ans déjà bénéficie aujourd’hui d’une distribution physique sur le label marseillais Season Of Mist. On retrouve dans ce duo d’affreux Black Metalleux un certain Ragnar Sverrisson, non pas le légendaire explorateur de la série Vikings (bien qu’il soit probablement un lointain descendant…) mais le batteur très actif de la scène musicale de Reykjavík puisqu’il évolue ou évoluait également derrière les fûts dans divers groupes nordiques comme Ophidian I (Death Metal plutôt technique), Azoic (Black Metal), et Atrum (Black/Death Metal). Ayant grandi sur sa « Terre de glace » avec du Dissection au biberon durant sa jeunesse probablement agrémenté non pas de Blédine mais de formations Death/Black européennes plus lourdes et véloces bien connues telles que les puissants Belphegor ou Behemoth, Helfró ne compte pas là révolutionner la scène Black/Death scandinave saturée depuis une vingtaine d’années avec cet album éponyme mais démontre déjà d’une belle vivacité artistique doublée d’un véritable savoir-faire (les parties de batterie de Ragnar avec ses nombreux blasts beats calment d’entrée !) avec des chansons directes et savamment construites. Le riffing des guitares du multi-instrumentiste Símon Þórólfsson (guitare, basse, chant) impose aussi le respect pour ce jeune groupe qui fait là une très bonne première impression générale sur les sept morceaux parus en 2018 auxquels s’ajoute le nouveau « Afeitrun » qui ouvre les hostilités . Côté voix, les chants sont assez variés tout du long (screams, grunts…). Un chant clair typé Viking Metal (Bathory, Enslaved, etc.) interprété par le local Gísli S sur quelques titres (« Ávöxtur af rotnu tré », « Hin forboðna alsæla », et « Katrín ») ravira également mais brièvement les amateurs du genre, celui-ci étant trop vite amené au détriment d’un développement d’atmosphères qui aurait été ici intéressant. Néanmoins, on sent clairement que Ragnar en a sous la pédale et que l’objectif du duo islandais est plutôt de foncer dans le tas sans tergiverser (« Eldhjarta », « Hin forboðna alsæla » et son méchant break après le passage au chant clair). Si Helfró parvient à personnaliser davantage son propos tout en conservant cette vélocité technique que ce soit au niveau des percussions ou des guitares, nul doute qu’il pourra à l’avenir se faire une petite place au soleil au côté des Necrophobic, Naglfar mais la concurrence est encore rude de nos jours, en témoigne l’excellent nouvel album Cosmic Terror de leurs cousins germains The Spirit.

[Seigneur Fred]