IHSAHN
Telemark (EP)
Black’n Roll progressif
Candlelight Records / Season Of Mist
★★★★☆

La saison hivernale des sports de glisse touche à sa fin et voilà qu’Ihsahn surfe sur la vague du ski nordique avec ce nouvel EP Telemark, deux ans à peine après le réussi mais quelque peu controversé Àmr. En effet, ce dernier fut loin de faire l’unanimité auprès des fans du guitariste/chanteur d’Emperor. Mais l’artiste norvégien à la créativité débordante continue d’évoluer en dehors des sentiers battus du célèbre groupe culte de Black Metal, se souciant bien des « qu’en dira-t’on », ne se fixant aucune limite comme en attestèrent ces derniers albums solo (accompagné sur scène par les musiciens de Leprous). C’est sur le nerveux et heavy « Stridig » que s’ouvre cet interlude de cinq titres en attendant un prochain EP moins typiquement Métal déjà en cours de conception en studio du côté de Notodden… Doté d’une intro tout en crescendo suivie d’un chant Black menaçant reconnaissable entre mille, on découvre un premier morceau rafraîchissant. Au milieu de celui-ci, survient d’ailleurs un break à la guitare accompagné un peu plus loin par des cuivres et le saxophone de Jørgen Munkeby (Shining) régulièrement entendu chez Ihsahn depuis l’album After (2010) avec un fin travail rythmique, limite jazzy, et toujours crescendo dans sa montée en puissance jusqu’à sa conclusion. Une belle entrée en matière qui finit donc en apothéose avec un chant ravageur rappelant un certain « Curse You All Men ! » d’Emperor, les riffs de guitares étant cependant désormais dissonants et accordés différemment sur un mid-tempo gentillet. Dans la même lignée artistique, avec de légères orchestrations symphoniques et toujours un côté Black Metal appuyé vocalement (les vieux Emperor et Satyricon nous reviennent en mémoire), Ihsahn nous propose une ode musicale au « Nord », thème omniprésent dans la culture du multi-instrumentiste scandinave ces derniers temps, surtout depuis l’album Arktis. Rappelons que l’EP s’intitule Telemark qui était un ensemble de techniques de ski nordique très populaire il y a un siècle en Norvège originaire du comté natal d’Ihsahn, région auquel il rend hommage ici à sa manière. Les guitares sont ici plus typées Hard Rock notamment sur les soli, et malgré des orchestrations et légers chœurs qui peuvent surchargés la fin quelque peu poussive, l’ensemble est extrêmement convaincant et plus subtil qu’il n’en paraît. S’en suit à présent une superbe chanson puissante et épique : « Telemark ». La chanson-titre de près de huit minutes est à la fois simple par sa mélodie entêtante basée sur un riff aux sonorités aigues folkloriques et presque arabisantes (étonnant après ce précédent morceau « Nord »)… Quel contraste dans ce mélange chaud/froid ! En trente-ans de carrière, Vegard Sverre Tveitan alias « Ihsahn » parvient alors encore à nous surprendre de par la richesse mélodique et pas forcément technique (pas de guitare 7 ou 8 cordes ici) toute en subtilité sur cette chanson Black’n Folk extrême et progressive. On note d’ailleurs que le chant clair a tendance à disparaître sur cet EP constitué donc de trois nouvelles compositions originales. Enfin, cerises sur le gâteau d’Ihsahn qui fêtera ses quarante-cinq ans cet automne : deux reprises Rock’n Roll légères mêlant cette fois growls Black et chant clair (peu mis en avant jusqu’ici sur Telemark), guitares Hard Rock, et saxophone. Le guitariste/chanteur norvégien se fait clairement plaisir et nous gratifie d’abord d’une version relativement fidèle et groovy du « Rock And Roll Is Dead » de Lenny Kravitz, lui qui faisait le baba cool dans sa jeunesse au collège auprès des donzelles new-yorkaises avec sa guitare à la fin des années 70. Dans un répertoire plus traditionnel, le fameux « Wrathchild » des stars du Heavy Metal britannique Iron Maiden est revisité de manière sincère représentant bien le panel d’influences d’Ihsahn et clôturant d’une certaine façon un chapitre de ses racines Heavy Metal. Chapeau l’artiste ! Alors même si nous n’aurons jamais droit à un nouvel album studio d’Emperor comme nous l’a déjà dit notre ami norvégien en interview (même si son acolyte Samoth ne serait peut-être pas contre…), il va falloir nous contenter de cet EP Telemark avant un prochain album studio d’Ihsahn qui, à coup sûr, explorera de nouveaux horizons musicaux mais sera probablement toujours influencé par sa culture nordique natale. [Seigneur Fred]

IHSAHN live @Festival Motocultor 2019 (St Nolff – 56/FR).
Live report disponible ici
.