You are currently viewing JOURS PÂLES : Éclosion

JOURS PÂLES : Éclosion

JOURS PÂLES
Éclosion
Dark/Black Metal mélancolique
Les Acteurs de l’Ombre Prod.

Fruit mort-né d’Asphodèle, Jours Pâles n’exista que le temps d’un unique album paru chez Les Acteurs de l’Ombre Productions voilà déjà deux ans. Ce projet éphémère qui réunissait alors Spellbound (chanteur des excellents Aorlhac) et Audrey Sylvain (chanteuse de Malenuit, ex-pianiste et vocaliste de Peste Noire ou encore Âmesoeurs au côté de Neige et Winterhalter d’Alcest) et divers musiciens, se voit finalement revivre à présent sous le nom d’un nouveau side-project pour Spellbound. Prolongement musical et doté de la même sensibilité artistique qu’Asphodèle, l’entité Jours Pâles s’avère moins mélancolique cependant. Globalement, une dynamique Rock/Métal plus enlevée prédomine ici. Les riffs de guitares peuvent sonner assez basiques de prime abord, mais très vite ils nous accrochent (« Illunés ») et nous donnent envie d’appuyer sur la touche « repeat ». Les mélodies relativement brutes débouchent sur des soli de guitares plaisants à l’oreille voire parfois sur des arpèges (« Illunés », la très belle chanson-titre).

Puis ce sont les paroles directes et touchantes qui nous interpellent, évoquant notre société actuelle avec son mal-être, ses fractures et déboires, chantées avec sincérité et de manière tout à fait audible (ce qui est rare dans le genre Black Metal généralement pour être signalé). Si l’on retrouve une certaine même complainte que chez Asphodèle dans le chant masculin sur ce premier album, la voix Black du frontman d’Aorlhac apparaît toutefois plus rageuse, aidée en cela par des guitares plus agressives et des rythmiques appuyées (« Aux Confins du Silence », « Le Chant du Cygne »). Les influences Shoegaze et Dark/Gothic d’Asphodèle s’éloignent ainsi sur Éclosion au profit d’éléments Black plus marqués et plus généralement Métal voire Hard Rock dans la structure des morceaux (l’exemple parfait de l’entraînant « Suivant l’Astre ») rendant chaque titre relativement catchy. Quelques invités font leur apparition sur ce premier essai comme sur le raffiné et trompeur « Éclamé » avec les vocalises de Lilas Ondine Dupont (Silhouette) ou bien « Des Jours à Rallonge » featuring Graf (Psychonaut 4) avec ses screams déchirés et déchirants…

Ce premier effort longue-durée de Jours Pâles augurent donc de belles choses et sonorités intéressantes sur la scène musicale française toujours aussi débordante en matière de Black Metal et ses dérivés. Une vraie sincérité se dégage sur Éclosion à travers les compositions personnelles et finement construites par Spellbound et ses comparses (Christian Larsson (Ex-Apati, ex-Shining, Gloson) à la basse ; Stéphane Bayle et Sébastien « Wilheim » Papot (Au Champ des Morts) respectivement à la guitare et batterie). Alors on espère vite une suite à cet album, à moins que Jours Pâles ne splitte comme Asphodèle et débouche encore sur un énième nouveau projet de l’artiste Spellbound, reprenant le nom de l’album, c’est-à-dire Éclosion cette fois, telle une histoire sans fin ? Après tout, qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse. Quelque soit la démarche et le nom sous lequel il évolue, l’essentiel est que l’artiste s’exprime à travers ses projets studio, à défaut pour l’heure de concerts… Mais pour ça, on compte bien entendu sur notre Grosse Tête du Ministère de la Culture, Super Roselyne ! [Seigneur Fred]