MASS HYSTERIA Le Trianon cover
Dans la catégorie live de la famille Mass Hysteria, je voudrais le (déjà) quatrième du nom : Le Trianon. Encore un live, quel intérêt me direz-vous ? Hé oui, trois à peine après Mass Hysteria à l’Olympia qui célébrait alors en grande pompe les vingt ans du groupe français chez Bruno Coquatrix et cinq ans après l’énergique Live capté dans la chaleur du Bikini à Toulouse, voici le petit dernier enregistré dans cette superbe salle parisienne (à défaut peut-être d’un Bataclan endeuillé) au terme d’une première partie de tournée qui aurait bien pu ne pas voir le jour… En effet, depuis le live à l’Olympia de 2013, deux évènements majeurs ont eu lieu dans notre beau pays de la liberté d’expression que défendent tant nos chers Mass : un tragique tout d’abord début 2015 avec les attentats terroristes de Charlie Hebdo suivis en novembre de la tuerie du Bataclan comme vous le savez tous malgré lesquels Mass Hysteria a justement tenu à assurer son début de tournée à cette même période en communiquant clairement à ce sujet ; et entre temps un autre évènement, plus léger celui-ci, mais artistiquement très Heavy et puissant : l’excellent Matière Noire. C’est là que réside principalement tout l’intérêt de l’investissement dans ce nouvel enregistrement live limité à 5000 exemplaires toutefois. Niveau playlist, nous avons donc droit dans un premier temps à l’interprétation musclée et sans faille(s) du dernier opus des Parisiens. Et malheureusement jamais les nouvelles compositions de Matière Noire n’auront autant trouvé d’écho et pris vie en ces temps sombres L’Enfer Des Dieux » dédicacés aux victimes plus ou moins proches disparues le 13 novembre 2015) à l’instar par exemple de ces camarades de scène No One Is Innocent. D’un ton sérieux et plus grave, les musiciens enchaînent les brûlots (« Chiens De La Casse », « Vae Soli ! », « Plus Que Du Métal »…) entrecoupés tout de même de temps à autre de petites blagues (petite pub au passage pour un opticien bien connu) ou dédicaces politiques piquantes (« merci Macron ») du chanteur charismatique Mouss qui, s’il reconnaît durant le concert ne pas être très en voix ce soir-là, fait comme d’habitude le boulot à deux cent pourcents devant un public de fidèles au taquet. « Mère d’Iroise », dédiée à toutes les « mamans » dont tout spécialement celle disparue du chanteur, clôture avec mélancolie ce premier set qui constitue uniquement la partie audio du CD live. Puis nos lascars reviennent à la charge avec le classique « Contraddiction » suivie de l’incontournable et très Punk « P4 » où les deux gratteux Yann et Fred investissent comme d’habitude le pit entourant Mouss, bravant ainsi au passage les consignes de sécurité du Trianon pour cette soirée. De nombreux autres tubes de nos Furieux pleuvent encore Une Somme de Détails, « Babylone », « Knowledge Is Power », « Donnez-vous La Peine » et « Furia ») où le bon esprit règne tout du long, prouvant une fois de plus par sa fusion des publics et des genres (même si l’on n’en doute plus depuis leur petite baisse de régime en matière d’inspiration survenue entre 2001-2005) que Mass Hysteria est à la fois un groupe de Métal français incontournable sur scène et sur album et ce depuis vingt-cinq ans maintenant ! Enfin ajoutez la présence de quelques invités de renom ici ou là (Stéphane Buriez, Reuno (Lofofora), l’ancien guitariste Nicolas remis de convalescence et qui fait plaisir à voir, le précédent bassiste Vincent Mercier…) et en bonus le clip de « L’Enfer Des Dieux » ainsi que les préparatifs plus ou moins intéressants (on vous laisse la surprise, petits coquins !) de l’intro du concert reprenant le concept de Matière Noire et ayant donné naissant à l’artwork de ce nouveau live. Alors vite les Mass, à quand la prochaine tournée ? Surtout quand on sait que Mouss avait évoqué vouloir prendre une pause à l’avenir…

[Seigneur Fred]