À l’image d’Astérix, le Motocultor fait de la résistance et passe un cap décisif cette année. Nouvelle scène, des groupes de plus en plus imposants, une organisation qui promet beaucoup. C’est pour cela que nous nous rendons au Black Dog afin de rencontrer les organisateurs : Yann Le Baraillec et Yves Tattevin.

[Entretien réalisé par Julien Meurot]

Motocultor

Quelles sont les nouveautés de cette année ? 

Yann : L’année dernière, nous avons eu pas mal de retours sur le samedi où pendant 6h, il n’y a pas vraiment eu de métal. On était plus sur du punk et du hardcore. Du coup, cette année, nous allons ajouter une troisième scène. Ainsi, nous allons regrouper les styles ensemble et il y aura 2 scènes qui joueront en même temps. Il s’agira d’une tente ou d’un chapiteau, ce qui permettra au gens de s’abriter en cas de forte chaleur ou de grosse pluie

Yves : Même si nous essayons de proposer des groupes de qualités, nous restons à l’écoute de nos festivaliers. Nous espérons aussi augmenter le nombre de passes vendu par jour. Paradoxalement le samedi sur le dernier fest a été le jour où nous avons le plus de pass une journée. Et quand on disait qu’il n’y avait pas de métal, il y a quand même eu Behemoth.

Justement, le fameux concert où ils ont été « obligés » de faire sans leur matériel.

Yves : Cela a donné un concert unique (rire).Justement, le fameux concert où ils ont été « obligés » de faire sans leur matériel. Autant Behemoth a joué le jeu en s’adaptant au maximum, autant Testament nous a fait un petite sueur froide car il voulait avoir un matériel proche du leur et cela a été épique (rire)…

Pour en revenir à la prochaine édition, la jauge va donc être revue à la hausse ?

Yann : Nous allons passer à 9000 personnes sur site. Donc cela fait 8000 festivaliers et 1000 invités. J’entends par là les groupes, les bénévoles, les journalistes et les VIP.

Les bénévoles sont vraiment importants pour le bon fonctionnement du fest.

Yves : Tout à fait. Pour certains, ils sont la depuis le début de l’aventure. Ils sont appris le métier sur place. Pour certains, ils sont la depuis le début de l’aventure. Même si ce n’est pas le grand luxe, il y a une ambiance de folie, et même si on ne demande pas aux bénévoles de rester tout au long du fest, ils le font sans hésiter.

Dans la nouvelle annonce, nous retrouvons le Kyle Gass Band. Encore un OVNI dont vous avez le secret.

Yves : Il est la moitié de Tenacious D, ça va être génial. Chaque année, nous avons ce moment de grâce où tout le monde se retrouve autours d’un groupe atypique. Il sera sur la scène principale et je suis sûr que les gens vont tous adhérer. C’est l’avantage de ce genre de festival : l’éclectisme est permis du moment que c’est sincère.

Avez-vous déjà eu des demandes un peu étranges ?

Yann : Pas vraiment. Un groupe nous a fait le coup de changer d’hôtel en arrivant, mais ça a été bien géré.

Yves : Un jour, on nous a demandé des Kinder Surprise, ce qui n’est pas très commun pour des groupes de métal. Le pire, c’est qu’ils ne les ont même pas mangés et que j’ai du tout mangé (rire)

Un dernier mot ?
Merci a vous tous pour votre soutien et a bientôt chez nous (grand sourire)