Opeth_Pale_CommunionLa transformation est donc bien opérée. Opeth est maintenant un groupe progressif dont les influences sont ancrées dans les années 70’s. Pour autant ce disque est bien plus « opethien » que son prédécesseur Heritage et on retrouve ce côté mélancolique limite dépressif que l’on ressentait à l’écoute de Blackwater Park. Alors certes, il n’y aura pas de guitares tranchantes ou de chant death, mais cela ne veut pas dire que l’album n’est pas d’une intensité redoutable. « Cusp Of Eternity » en est la parfaite illustration avec un Federik Akesson des grands jours. La production est encore une fois magistrale et démontre tout le savoir-faire du groupe et du légendaire studio Rockfiled. Un très grand album.

[Julien MEUROT]